Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
690 SMC-R
KTM : 2012

(par Superman le 30/12/2012)

liens & avis
Prenez une 690 SM, un bon supermot' de route, un poil lourd mais bien confortable grace à sa selle large et ses suspensions douces, pratique avec son autonomie de 200 bornes et ses révisions espacées.

Maintenant mettez à coté une Husaberg 570 FS, agressive comme une racaille dans le métro avec son moteur de brute, ses suspattes "anti-conforts" et sa selle saillante à souhait. Coté aspects pratiques c'est encore pire : autonomie de 130 bornes, vidange et soupapes toutes les 15h, démarrage suivant l'humeur ( amis de la poussette bonjour) et en bonus comptez une bonne grosse facture en fin d'année quand la bielle aura fini par s'envoyer en l'air.

Pour finir, mettez la bourgeoise un peu dodue et la racaille dans la même pièce (ou la meme cave), laissez la magie de l'amour agir et attendez 9 mois, vous vous retrouverez alors avec le mix parfait : la nouvelle KTM 690 SMC-R !

Plus agile que la SM avec ses 13 kgs de moins et son réservoir placé sous la selle, gardant un coté relativement confortable, plus pechue à bas-régime grace à sa cylindrée plus importante, elle en garde les bons cotés tout en se rapprochant de la Husaberg pour le coté purement fun (comprenez wheelings et glisses), le gros atout de cette dernière.

Mais laissez moi vous faire le tour du propriétaire maintenant que les bases sont posées.

le SM en mini-jupe

La "nouvelle" SMC-R n'est en réalité qu'une simple évolution de la 690 SMC sortie en 2008, mais aussi simple soit elle, cette évolution tape juste en corrigeant tous les points qui faisaient que je n'en voulais pas jusqu'à présent.

Car effectivement avant d'acheter la Husaberg j'avais envisagé la SMC comme un excellent compromis, mais d'une part j'avais flashé sur la 570, d'autre part la KTM avait à mon gout trop de défauts.

Pour commencer, le moteur trop creux en bas, ensuite le train avant trop flou et pour finir la selle un poil trop haute et trop dure.

Et tel Dieu, KTM a écouté mes doléances et exaucé mes prières, il dota donc la SMC-R d'un surplus de cylindrée pour remplir le trou en bas, de nouvelles suspensions avec moins de débattement pour plus de stabilité et d'une selle plus basse, plus large et donc un peu plus confortable.

Pour ne rien gacher (et vider le stock de power parts au choix), les autrichiens ont décoré le supermot' tel un arbre de Noël : jantes anodisées orange, tés de fourche idem, cadre orange, écopes latérales spécifiques, bref que du discret !

On aime ou on aime pas ce coté ostentatoire, personnellement j'ai eu le coup de foudre. Après faut juste assumer de ne pas passer inaperçu, c'est un peu comme se balader avec une jolie fille habillée un peu trop court, la SMC-R fait gros