Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye du Dourdou 2008
Saison 2008 du 10/07/2008 au 13/07/2008
500 kms

(par Superman le 29/07/2008)

liens & avis
Arsouilleland 2° round



Jeudi matin, 7h, une bonne heure pour sortir de la couette.
Perception de la camionnette de course, mise en cale de l’aspirateur racing, check up de la check list et direction le Puy en Velay pour récupérer le père Fred Jalade et son autre aspiro bleu tuning.
Une bonne heure de chargement plus tard, les 2 ninjas sont casées, les 2 trains de pneus de Fred ont trouvé leur place (quel paylote d’usine celui la !) et les 500 kgs de bordel divers sont tassés au fond du gros Fiat.



Deux heures plus tard, les jolis paysages de l’Aveyron se dévoilent à nous et nous retrouvons sml sur sa Supermoto qui nous ouvre la route jusqu’au camping de Villecomtal.
Ouch ! blindé le camping ! ça va pas être facile de caser nos 2 tentes en plus du gros bahut !
Heureusement seb arrivé la veille nous a gardé une place au chaud juste à coté de mon ex-prof Patrick Curtat et du MC des guidons vellaves, une bonne bande de motards-fêtards du Puy.



Didier, le frangin de Fred nous rejoint au guidon de sa rutilante SV et nous attaquons le montage du bivouac, c’est qu’il faut être prêt à 19h, heure des recos autorisées des 3 spéciales du rallye.
Décision de la préfecture oblige, nous ne pouvons aller rouler dans les spéciales qu’entre 19h et 23h, indubitablement un casse-tête pour l’organisation de l’apéro, mais c’est comme ça, il faudra s’y faire…
Première bonne blague de la journée, je m’aperçois au moment d’enfiler ma tenue de combat que j’ai oublié mes bottes à Valence, ça me pendait au nez mais bon maintenant je suis bien emmerdé, heureusement que frère Didier me prêtera les siennes tout le weekend, ce qui me sauvera bien la mise (mais si tu pouvais avoir des bottes assorties à ma combine ça m’arrangerait pour la prochaine fois, hein ?).

19h, l’heure d’aller tartiner un peu.
Le temps de faire chauffer les pneus, nous voici donc au pied de la première spéciale, Pruines, spéciale relativement rapide mais ponctuée d’épingles et de virages serrés bien piégeurs.
Le grip est bon, on mémorise tranquillement les virages.
Quelques montées plus tard, nous voici au pied de l’ES de Villecomtal, LA spéciale à sportives avec les 2 premiers km hyper rapides et le dernier étant un enchaînement de virages serrés sans relâche pour nos pauvres petits sliders (ou repose pieds pour seb).
Un peu trop de monde dans la spéciale, nous décidons de changer de coin après une petite frayeur due à un concurrent un peu zêlé dans ses recos qui est arrivé pleine balle sur la voie de Fred pendant que nous redescendions tranquillement sur le coté droit.

La 3° spéciale, Golhinac, rebaptisée « Goldorak » par certains, est la plus lente des trois.
Elle démarre par un enchaînement très rapide donnant sur une épingle à droite annonçant le passage en sous-bois et son cortège de virages serrés.
Une spéciale taillée pour les supermots et pourtant c’est ma préférée, virages lents qui s’enchaînent, bitume bien abrasif, tout ce que j’aime.
Petite pause bière au bistrot du coin pour attendre la tombée de la nuit et quelques montées supplémentaires dans le noir pour s’habituer aux conditions nocturnes.

23h30, la pluie s’invite, il est temps de rentrer se mettre au sec
Première nuit au camping ou nous serons bercés une bonne partie de la nuit par le doux chant des rallyemen d’à coté « A poil Patrick ! à poil Patrick, à poiiiiiiil ! », le folklore quoi !

Vendredi 11

Nous partons pour la reco du parcours routier en prenant bien soin d’éviter les spéciales, le parcours est chouette comme tout, alternant liaisons roulantes et descentes viroleuses sur de beaux bitumes revêtus comme il se doit de graviers tout neufs par la DDE, à priori le rituel saisonnier.
Le père Sml envoie du gros comme d’habitude et ne semble pas plus perturbé que ça par le revêtement hasardeux, tant mieux, ça sera mon poisson pilote officiel du routier !

19h, rebelote, nous partons pour les recos et voila que survient la 3° bonne blague du rallye.
En arrivant à la station service du coin ou règne un bordel inimaginable autour des pompes (carcasses de bagnoles, morceaux divers et variés juste poussés pour pouvoir accéder aux pompes), une queue de rivet tombe subitement amoureuse de ma roue arrière et la pénètre sans prévenir (et les préliminaires bordel ?!?)



Le temps de mettre la mèche qui va bien (merci sml !), nous partons pour la reco de Golhinac.
C’est le moment où nous ferons connaissance avec Manoel Delaval sur sa Buell (champion de France 2003) qui nous déposera copieusement sur la mini route à chèvres qui mène au départ de la spéciale (mais euhhhh).
Spéciale suivante, Pruines, je manque de m’en coller une en sortie d’épingle ou, sorti gaz en grand, la roue avant s’est levée puis reposée guidon braqué à gauche, me gratifiant d’un bon vieux guidonnage des familles !
ouf, je reprends le contrôle juste avant le talus.
La nuit commence à tomber et une fois de plus je me fais déposer par ce satané Buelliste qui tartine grave dans la spéciale.
A Villecomtal, les sensations commencent à venir et le genou commence à pointer le sol, tout va bien.

Samedi 12

Les choses sérieuses commencent, et en me rendant au contrôle administratif j’aurai encore droit à une bonne blague car mon certificat médical est refusé, il y est inscrit « apte à la pratique de la moto » au lieu de « apte à la pratique de la moto en compétition », sans blague, comme si j’allais faire un certificat pour mes balades ardéchoises du dimanche…bref
Passablement énervé, je me fais un bon aller retour à donf chez le médecin du coin qui me corrigera gracieusement mon petit bout de papier.
Retour à l’administratif, cette fois ça passe.



14h, le contrôle technique, l’occasion de signer mon premier autographe (eh eh eh), et pas de souci pour la kawa qui passe sans encombre.

retieeeenns la nuiiiit!

18h, briefing pilotes « attention y a des graviers » (non, pas possible ???)
22h, départ des premiers concurrents, je guette le départ du grand Sergeï, en wheeling un pied sur la selle comme il se doit !
Le temps de prendre un peu de repos et de m’apercevoir que la pluie commence à tomber (décidément, ça devient une habitude), nous filons récupérer les brêles au parc fermé.
Sur le coup il faut bien le dire, la motivation pointe aux abonnés absents, j’ai vraiment pas envie d’aller me taper 130 bornes de petites routes gravillonnées sous la pluie battante, mais quand faut y aller…
Minuit, l’heure des poireaux de compétition, nous pointons au départ de la spéciale encouragés par nos vaillants supporters Aude et Didier (fallait bien ça).
Comme prévu je laisse une minute s’écouler pour partir avec mon poisson pilote, aka « GPSml ».
Dès le premier kilomètre un brouillard épais fait son apparition, réduisant à néant l’efficacité des phares Xénons, ce qui, couplé à la pluie tombant en abondance, rend impossible l’ouverture de la visière couvertes de gouttes, la visibilité en devient presque comique.
Heureusement le père sml et ses yeux de chat passe devant, me guidant et m’évitant par la même occasion d’avoir à regarder le roadbook, j’ai déjà assez à faire avec les plaques de ressuage noires qui me font faire des glisses à la Mac Coy.

Au premier pointage, j’arrive pile dans ma minute, une situation inédite et plutôt stressante, je l’ai échappé belle.
La première spéciale, celle de Pruines relève également de la farce, celle-ci étant couverte de brouillard du début à la fin, j’y vois rien, je suis sensé rouler à toc, je suis mouillé, ça me sâoule, je rends la main en conduisant avec 1m de visibilité et à l’arrivée je prends plus d’une minute dans la vue par rapport au temps scratch de Sergeï.
Bon, à ma décharge, les premiers partis 2h plus tôt ont eu la pluie, mais pas le brouillard, c’est con mais c’est la course comme on dit et celle-ci se soldera par une 71° place scratch pour ma pomme (ouhhh ouhhhh).

Dans la descente, je suis mon poisson pilote en direction du prochain CH, celui-ci semble un peu hésitant ce que je ne comprends pas trop sur le coup, je passe devant.
Je me rendrai compte un peu plus tard que nous roulions sur un tapis de graviers, comme quoi c’est bien dans la tête tout ça.
La 2° portion de routier est toujours aussi catastrophique et j’en viens à me demander quel plaisir on peut bien avoir à rouler dans des conditions pareilles, ce qui semble être également l’état d’esprit des concurrents que nous doublons malgré notre rythme d’allemands en vacance.
Arrivée au 2°CH, je manque de m’en mettre une dans l’allée boueuse abordée un poil trop optimiste et je vois mon seb qui me double pour pointer direct ! mais mais mais, et moiiii ??? ah ben voila, j’ai pris un pion, ma première minute de retard en rallye, même pas réussi à tenir du 60 de moyenne.
La partie suivante étant un peu plus roulante et bénéficiant de 5 minutes d’assistance, je pointerai en avance au départ de la spéciale de Golhinac, cette fois sans brouillard.
Spéciale sans encombre, j’assure tranquillement mes 3 bornes avec un glorieux 58° temps à la clef…

Villecomtal, 3° et dernière spéciale de l’étape de nuit, les conditions s’améliorent beaucoup, la pluie ne tombe presque plus et le brouillard a définitivement disparu, je finis 28°, légèrement avantagé par les conditions météo qui étaient plus mauvaises pour les premiers (y a une justice !!)

Ouf, fin de cette superbe balade nocturne, après 3h passées à subir, nous arrivons enfin au parc fermé pour déposer les tas de boues qui nous servent de montures.
Seb s’est régalé (va comprendre Charles), quant à moi, mis à part la satisfaction d’avoir terminé une étape de nuit de warrior, je n’ai éprouvé aucun plaisir.
3h30, nous filons enrouler la viande dans le torchon pour savourer ce repos bien mérité.
Evidemment c’est le moment que choisissent mes voisins du camping pour foutre le bronx mais mes boule quiès chéries me sortiront rapidement de cette mauvaise passe…

Dimanche 13

8h, le boulanger dingue du klaxon se charge de réveiller le camping.

10h, les premiers décollent sur le mouillé séchant, le soleil pointe le bout de son nez pour notre plus grande joie (cool, les gants et les bottes vont pouvoir sécher)

11h, perception de nos magnifiques montures, nous avons 1h d’assistance pour démonter les phares, faire le plein et casser une petite graine.

12h, départ sur une route quasiment sèche, le soleil brille et le moral sort enfin des chaussettes, nous filons pour cette longue journée de balado-tartinage.



Je m’élance tranquillement histoire de faire chauffer la machine et le bonhomme et ne tarde pas à être rejoint par seb.
Le rythme est bon et du coup nous sommes un peu trop en avance au premier départ de la spéciale de Pruines, je décide de baisser le rythme sur les derniers kilomètres.
Seb, visiblement déjà chaud comme une baraque à frites, me dépasse et continue à tartiner sur une route relativement étroite, et là, c’est le (mini) drame.
Loi de Murphy oblige, c’est dans le seul droite aveugle et serré de la montée jusqu’à Pruines que surgira un gros camping car, surprenant sml qui plante les freins de la Supermoto !
Celle-ci étant dotée en guise de freinage d’un authentique aimant à burnes, je vois mon seb partir direct en stoppie, avec une roue arrière farceuse qui tente de passer devant par la droite !!!
Ouille, plus de peur que de mal, seb se relève aussi sec, m’ordonnant presque de ne pas l’attendre pour aller pointer à l’heure.
Allez, on a de l’avance, cette petite chute sera sans conséquence si ce n’est pour le moral de mon compère.

ES4, Pruines

Rhaaaaa, enfin du sol sec et de la visibilité, je m’élance et pour la première fois je me fais plaisir en spéciale, le stress ayant disparu comme par enchantement !
Les bouts de droit sont avalés rapidos et bêtement je ne peux m’empêcher de partir en roue arrière à chaque sortie d’épingle suivie d’une ligne droite.
Je pense pas avoir gagné beaucoup de temps dans l’affaire mais visiblement certains spectateurs apprécient alors ça m’encourage !
Ouf, je finis 25°, à 11s du scratch de sergeï et juste une place derrière mon pote Fred Jalade (à 3 dixièmes !)



Je m’envoie le routier tranquillement, tout guilleret sous le casque et surtout content des sensations qui reviennent, puis j’arrive à Golhinac une grosse dizaine de minutes en avance.
J’aime pas ça, les pneus vont refroidir et l’accident d’un concurrent nous fait encore perdre une bonne dizaine de minutes, c’est pas bon pour la confiance que tu mets dans tes pneus mon ami !
Pas grave, j’adore cette spéciale et je la terminerai 26°, à 15s du scratch et surtout une grosse seconde devant Fred (hé hé hé)



Encore une bonne portion de routier à s’infuser et me voici au départ de Villecomtal, LA spéciale à sportives ou m’attendent mes groupies de choc Aude et ma frangine Jenny, va falloir faire le spectacle !
Gaz en grand dans les premières enfilades et le genou par terre dans la dernière partie sinueuse à souhait, je passe la ligne d’arrivée encore plein angle et jette un coup d’œil au chrono : WOAWWWW 3s du premier !!! J’hallucine, je pensais bien avoir tartiné correctement mais de là à faire aussi bien j’en reviens pas, j’en hurle de joie dans le casque !!!

Bon….ma joie sera finalement de courte durée car j’apprendrai à la fin de la première boucle que les chronos on sérieusement déconné et que ceux-ci ne sont pas justes…dégoûté de chez dégoûté, je finis 37° à 10s du scratch de sergeï (bah oui, qui d’autre ??), et même Fred m’aura mis un dixième de seconde dans cette spéciale que je pensais avoir « survolé ».

40 minutes d’assistance à la fin de la première boucle, j’en profite pour becqueter un peu puis repart pour quasiment la même boucle, un poil raccourcie sur la fin.

Pruines, 2°, rebelote, je fais quelques erreurs (sauf mes ouèles toujours aussi réussis…) et je termine en 32° position, à 14s du scratch et 2s derrière Fred qui se laisse décidément pas faire !



Liaison sage dans la vallée, nous sommes avertis de contrôles inopinés de nos amis (c’est une expression hein) de la maréchaussée.
Par peur de trop faire refroidir mes pneus avant le départ de la spéciale de Golhinac, je décide de stationner 5km avant le CH et d’en partir…5min avant mon heure de pointage, chaud de chez chaud, la route étant hyper lente, j’arriverai pile poil dans ma minute, j’ai bien failli me prendre une pénalité connement sur le coup !

Golhinac, re, cette fois on va voir ce que ça donne avec les pneus bien chauds !
Bon ben tactique moyennement payante, je finis 30°, une valise de secondes derrière le chevalier (18 pour être précis) mais cependant 2 dixièmes devant Fred, décidément c’est serré.

Villecomtal, dernière spéciale du rallye, je suis hyper décontracté car la fin se fait sentir et ma dose de plaisir a été au moins aussi grande que ma dose de galère de la nuit précédente.
Petit coucou aux Lacombes père et fils, venus couvrir la participation du MJ boy « lolo » Cochet, participant au rallye au guidon de sa mémé RDLC et auteur de temps en spéciales fort honorables (et pourtant c’est un parisien, comme quoi on peut être surpris tous les jours…hé hé hé)



Bref, je m’élance de la spéciale en ouèle (non, je peux pas m’empêcher de faire le mariole) et je boucle ma spéciale 1 seconde plus vite qu’au précédent passage, ce qui me vaudra un classement pourtant moins bon, 38°, à 13s du scratch et une devant Fred.

Ouf ! voila, fini, pas tombé, la vie est belle, on pose les meules au parc fermé et direction le bar le plus proche pour aller fêter ça !
Ah, ben ça va être moins festif que prévu, la pluie décidant de s’inviter de nouveau à la fête.
Pas de quoi néanmoins éteindre l’enthousiasme de certains gros fêtards du camping qui se tentent des gros jumps du bar de la salle des fêtes ! bien drôle de voir un Curtat et un Bos volants !



La fameuse soirée « aligot-saucisse » passée, l’heure de la remise des prix débute.
Malheureusement les soucis de chronométrage ont entraîné de gros retards dans la publication du classement final et les organisateurs décident tout de même de faire la remise des prix selon les classements provisoires, à savoir sans compter les pénalités de jour.

Le rallye sera finalement remporté par Serge Nuques, suivi par Manoel Delaval et Julien Toniutti, du moins au provisoire.
Les remises de coupes des différentes catégories se succèdent et soudain, stupeur, puis étonnement, puis joie, puis super joie : on m’appelle sur le podium !!!

Wouaaaaa c’est trop bon, je suis 3° pilote « hors championnat », comprenez n’ayant pas la licence NCA, derrière un cinglé sur une improbable 600XL des années 2 et une Husaberg 450 !
Ma première coupe, je suis trop content !



Et à peine le temps de descendre du podium que sml est appelé à son tour en tant que « meilleur pilote du MC Villecomtal », avec non seulement une coupe à la clé, mais également une boutanche d’apéro local, la classe !

Résultats officiels, 2 semaines plus tard

Et voila, le temps de refaire les classements nous disposons enfin des temps officiels !

Classement scratch Nuit :
Je finis 40, sml finit 50 et Fred 67 (avec 90s de pénalité)

Classement scratch Jour :
Je finis 22° (youpiiii), Fred finit 50 (avec 30s de pénalité pour cause d’excès de zèle de nos fonctionnaires préférés) et Sml finit 52

Classement scratch rallye
Serge Nuques emporte le rallye, suivi de Patrick Curtat et de Maxime Mettra
Pour ma pomme, je finis 23° et premier pilote hors championnat (vive les pénalités), Fred finit 60° à cause de ses pénalités et Sml finit 47
Au passage, un petit mot pour Ol’ qui ne finit que 31° à cause de sa petite chute en liaison et de ses phares défaillant de nuit.

Et voila, une super fin de rallye pour ce qui aura été tour à tour mon pire rallye pour la partie nuit puis mon meilleur pour la partie jour, et surtout, je me suis enfin gavé en spéciales.
Par contre, même s’il m’en reste un peu sous la poignée, le top 20 semble quand même bien difficile à rentrer, y a quand même de sacrés gros lapins dans ce petit monde !

Rendez vous aux volcans fin Août pour le 3° round !!

bonus-track

2 petites vidéos de seb et moi dans la spéciale de Villecomtal agrémentées des délicieux commentaires de mes 2 groupies préférées!

http://www.dailymotion.com/bourrassedusud/video/x69t3r_villecomtalseb_auto

http://www.dailymotion.com/bourrassedusud/video/x69sst_villecomtal_auto

A voir aussi...

Galeries : Rallye du Dourdou 2008
Galeries : Vosges : Mai 2008
Galeries : Rallye de l'Ain 2008
Rallyes : Rallye de l'Ain 2008
Galeries : Rallye des Volcans 2008
  

Commentaires
 
Ben (30/07/2008)
voila, j'ai voté objectivement ...

Karl Lagerfeld (30/07/2008)
C'est quoi ce CR completement desorganisé ? C'est vraiment trop moche ! On dirait presque une chasuble !

Djénaille (31/07/2008)
On est pas déçus, comme d'hab, de l'action, des rebondissements, du vécu, le tout avec fair-play et humour, et qui plus est des résultats à la clé ... Si tous les anti-chasubles maniaient aussi bien le guidon et le verbe, il n'y aurait pas assez de place sur les podiums !! Objective bien que groupie, et prète à rechausser les pompons ...

Le podiem (31/07/2008)
Le probleme c'est que j'ai 3 marches et ils n'étaient que deux ! Alors y 'a trop de place sur les podiums ^^ !

Le pompom (31/07/2008)
J'ai hâte d'être rechaussé !

Le verbe (31/07/2008)
Ah je suis aussi bien manié qu'un guidon ? Moi j'aurais plutot dit qu'un manche de pioche !

Djénaille (31/07/2008)
Je vous rappelle, chers pompom, podiem, verbe et Karl (tant de pseudos pour un seul justicier ...), que la rubrique "commentaires" sert à donner ses impressions sur le rallye, l'article ou les performances ... j'en conclus que vous n'avez rien à leur reprocher !!

Yeux fatigués (31/07/2008)
Hélàs, la mise en page le rend difficile à lire. Superman se recycle chez Moto&Motard ou quoi ? Tu signes déjà les autographes à des minots de 12ans comme eux ! C'est bon ça ! 8-)

Firstauchampionnathorschampionnat (01/08/2008)
laisse faire soeurette, ils sont jaloux parcequ'ils ont pas une belle coupe pour pouvoir boire une demi-bouteille de rouge d'un coup.

Pas le choix (01/08/2008)
Laisser ou pas laisser faire, telle est la question qui ne se poste pas. 8-) !

MIDO (04/08/2008)
de toutes façons, pour moi tu seras toujours le meilleur ! bravo pour tes résultats, mais garde la tête froide et freine tes ardeurs. On t'aime !

Désirée de la Martinique (06/08/2008)
les crevettes sont excellentes cette année :-) miaaaammm,

Fred j (10/09/2008)
Menteur...t'endore tes potes...Y a eu des erreurs de chronos seulement la nuit et pas le jour..en fait t'as été meilleure que d'habitude et donc un temps qui te fait rentrer dans le top 40...ta place habituelle quoi!!! (allez j'déconne t'es un pilote un vrai... faut dire que le Ben ce fumier pour son 2eme rallye...il roule bien et c'est dure de passer devant lui... Bises fred J, éleveur de verveine...

Fabulous (17/02/2009)
Le Rallye du Dourdou, c'est en Midi Pyrénées, pas en Languedoc ;-)

Ben (17/02/2009)
ouais j'ai coché la case un peu à l'arrache merci ;-)


 
Noter l'article (54 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ