Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye de l'Ain 2008
Saison 2008 du 24/05/2008 au 25/05/2008
400 kms

(par Superman le 26/05/2008)

liens & avis
arsouilleland

Suspense...

Premier rallye de l’année, presque un an que je prépare ça et voila mon inscription compromise, la faute à un engagement que j’ai du retarder le temps de trouver une nouvelle monture.
4° sur liste d’attente, ça semble jouable en misant sur les désistements des 150 inscrits.

Jeudi 22, on m’annonce par mail que ma candidature est retenue si je confirme avant 20h…dit comme ça on sauterait presque de joie, sauf que ce jeudi là, en déplacement professionnel, je n’ai pas plus consulté ma messagerie que ma boite mail, et donc je n’ai pas pu confirmer mon inscription.
Résultat des courses, je me fais passer devant par 2 gus et je me retrouve de nouveau sur liste d’attente, en première position…la loose j’vous jure !
Bon, m’en fous de toute façons je tente ma chance, ne serait-ce que pour tenir compagnie à mon pote seb (sml) qui a été un poil plus organisé que moi et qui a son inscription confirmée depuis belle lurette, lui.

Rendez-vous est donc pris vendredi matin avec seb qui est sur place depuis la veille, hébergé par son pote Kidur du VTSC qui a eu pitié de ce pauvre SDF en Supermoto. Moto, clé de 12 et tente chargées dans ma belle camionnette toute neûve gentiment prêtée par mon sponsor (eh ouais) Bernard Noly, Aude et moi traçons droit sur Poncin.

Nous retrouvons seb chez Kidur et le temps de descendre la moto du camion, il m’emmène découvrir les spéciales qu’il a commencé à écumer depuis la veille. On commence par l’ES2 (spéciale) qui part de Nébois.



11h45, quelques rallyemen stationnent en bas de la spéciale, je me lance dans une première montée en mode découverte. Le bitume possède de gros grains bien abrasifs, c’est rassurant. Ce qui l’est moins en revanche c’est cette drôle de manie de mettre plein de gravillons sur la trajectoire…ça promet.

Les virages sont pour la majorité rapides mais sans grosse visibilité et quelques uns se referment pas mal histoire de nous maintenir éveillés. Bon…graviers mis à part la spéciale est sympa et nous croisons Serge Nuques sur sa sauterelle.

2° montée, je m’applique à mémoriser les virages mais l’entraînement sera de courte durée car nous nous faisons sortir à midi, heure de fin d’autorisation de recos. Bon, du coup on en profite pour aller faire un peu du parcours routier en direction de Poncin, l’occasion de découvrir un peu les environs.

Woaw, c’est chouette, de la petite route escarpée et bosselée, un immense viaduc, des panoramas fabuleux, un soleil d’été, je suis heureux comme un petit poisson dans l’eau.



Allez zou, retour chez Kidur pour la première « assistance » du rallye, un bon vieux barbec’ des familles au soleil accompagné de sa petite bière syndicale, trop dure la vie.






Après une petite séance bricolage avec seb pour coupler ses feux additionnels au feu de route et un changement de gommard, nous voila repartis en direction de Poncin pour effectuer les contrôles administratifs, enfin l’heure de vérité où je saurai si oui ou non je suis inscrit !

A peine arrivés, je saute sur Mme Guillemoz, l’organisatrice du rallye, afin d’entendre la sentence…et verdict : un des concurrents s’est mis au tas ce matin en reco, du coup son malheur a fait mon bonheur et je pourrai participer ! YES !



Première épreuve du rallye : arriver au bout de la file d’attente des licences « journée », ah ben oui, la dame est aussi gentille que pas stressée et il faudra faire preuve d’un poil de patience pour récupérer le précieux dossier accompagné de mes premiers numéros de course : 355, moi je trouve que ça sonne plutôt pas mal et quand je serai champion du monde je ferai comme Rossi, je garderai mon premier numéro.



Les formalités administratives passées, c’est à Rowenta de faire la queue pour passer au contrôle technique, juste le temps qu’il faut pour coller les numéros et retrouver tous les copains : Fred Jalade, Serge Nuques, Patrick Curtat,, Julien Toniutti…ça fait plaisir de retrouver l’ambiance « verveine » de Septembre dernier.



Passage obligatoire au sonomètre, contrôle rapide de la moto, du casque et une fois tous les tampons obtenus la moto doit filer au parc fermé pour ne plus y être touchée jusqu’à l’heure du départ.

Le tour du parc révèlera quelques étrangetés comme cette dayto au look « Predator » qui se révèlera aussi bizarre que rapide en spéciale.





Ouf, plus d’obstacle en vue, cette fois je suis sûr de le faire ce foutu rallye !
Après un atelier montage de tentes au camping du coin – celui avec le patron qui fait des réducs spécial rallye mais qui râle après les motards qui font du bruit toute la nuit, faudrait savoir – et une bonne pizza réparatrice, Kidur nous emmène en voiture reconnaître les spéciales que je n’avais pas eu le temps de bien repérer.
Autant dire que c’était pas du luxe, notamment la première, celle de Challes, qui réserve de jolies surprises comme les deux premières épingles serrées et glissantes même sur le sec.
Allez on travaille un peu la mémoire, passé les 2 premiers virages piégeux, on peut envoyer du gros jusqu’au tas de sable et là quand on l’aperçoit, debout sur les freins pour passer le droite, puis gauche qui se referme un poil sur la fin, gaz gaz gaz jusqu’au gauche ou le bitume devient gris clair, c’est celui qui tourne fort.
Ensuite, de l’enfilade, une bosse ou il faut bien trajecter parce que l’enfilade part à gauche en aveugle, et puis gaz gaz gaz, attention au tas de terre avant le dernier droite et quand on voit le tunnel sous l’autoroute c’est l’heure de faire cracher sa tripaille à la kawa pour franchir la ligne d’arrivée à fond. !
Ouf, voila les 2,3 km de la première spéciale, idem pour la 2° que je connaissais déjà un peu du matin

Allez zou, au lit, faudrait voir à être en forme le lendemain.

Heure de départ : 10h30 pour les premiers concurrents, 12h43 pour sml et 12h48 pour ma pomme, ça nous laisse le temps d’aller fureter au paddock et au parc fermé. L’occasion de voir que Julien m’a outrageusement pompé ma garde-robe, un vrai scandale.



Le temps de récupérer les transpondeurs et de les installer sur les brêles, nous filons voir les premiers passages de la spéciale 1, notre horaire de départ tardif nous laissant pas mal de temps devant nous (bah oui, on est quasi les derniers à partir).
Comme prédit par le vieil indien du village : ouhhhh homme blanc préparer rallye, pluie beaucoup tomber.
Eh ouais, sinon ça serait pas drôle, qu’on se le dise, au rallye de l’Ain, il pleut, les parcours sont sélectifs, pas un rallye pour débuter en somme…même pas mal.
Et nous voici donc dans le 2° virage de la première spéciale, le fameux droite serré qui se referme, glissant même sur le sec…sauf que là, c’est mouillé.



Regards complices avec sml qui semble vouloir me dire « et si on partait au Mexique boire des tequilas plutôt que se faire ce truc de malade ? ».
Mais non, pas question de filer en douce, notre équipe d’assistance Aude et Kidur veillent au grain.
Les premiers passages de sides confirment un point : ça glisse, travers pour tout le monde.
Les passages des motos de la catégorie « sport » confirment un autre point : tout le monde se traîne dans ce virage, ça rassure.

Allez on file se changer, notre heure est proche, direction le camping pour la perception de la combarde full kéké et direction le parc fermé.
La tension commence à monter, les départs de concurrents s’enchaînent toutes les minutes, seb et son numéro 351 s’élance 4 minutes avant moi et zou, à moi de jouer.
Alors, bien penser à passer la cellule à 12h48, perception du carton de pointage qui m’indique que je dois être au prochain CH (contrôle horaire) dans 9 minutes.



De la, on suit le roadbook pour effectuer les 9 km à vitesse moyenne de 60 km/h, je prends tranquillement mes marques, essaie de bien chauffer les pneus pour la première spéciale qui m’attend.
9 minutes plus tard, je tends fièrement mon carton de pointage au commissaires qui le tamponne et m’envoie au départ de la spéciale.
Surprise : une vingtaine de concurrents attendent sagement leur tour pour s’élancer, retard du à une vautre juste avant, ça promet.
Le temps de faire bien refroidir les pneus, me voila au départ de la spéciale, le cœur à 230 pulsations et le chrono qui s’égrène…15 secondes…10 secondes…5 secondes…
GOOOO c’est parti, je fais cirer la première et juste le temps de passer la 2 que la première épingle mouillée me saute à la gueule…freins freins freins, on déhanche à mort pour tourner la moto sans pencher, ça passe, première, gaz en grand, oulalala déjà mon fameux virage à droite, petit coup de flippe, la roue qui glissouille en ligne droite en rentrant la 1, re-déhanchement, 2° d’angle, ça passe, et regaz, je flippe, je stresse, la route est mouillée, le bitume trop lisse, du coup mon pilotage se résume à gros gaz, gros freins et angle de lopette.
Fin de la première ES : 1’51 pour moi, seb fanfaronne, il m’a mis une seconde…Grrrrr..le scratch est en 1’38, ça fait mal.

Ouf, ça c’est fait et mine de rien ça libère pas mal.
Au programme une soixantaine de bornes de routier peinard, seb m’a attendu et on attaque le jeu de piste du roadbook, un peu déstabilisant au début de regarder le lecteur et la route en même temps mais on s’y fait vite.
Les paysages sont toujours aussi chouettes et nous enchaînons les CH en direction de la spéciale 2 sans difficulté particulière avec un bon petit rythme comme je les aime histoire de rattraper les 4 minutes de seb qui m’attend à chaque fois.

ES2, première.

Cette fois encore, le petit quart d’heure d’attente histoire de faire refroidir les pneus et en avant pour la spéciale « gravière ».
Bon, à croire que les précédents ont bien balayé la route, y a plus trop de graviers.
Mais bon, avec mon pilotage on-off, je prends toujours mes virages comme une buse et à trop vouloir éviter les bas-régimes j’enchaine les rupteurs en sortie de courbe, pas très efficace tout ça…je finis en 1’30, seb m’a mis 1 seconde et demi et le scratch est en 1’19.

On finit la première boucle de 134km, point assistance, nos mécanos s’occupent du plein des brêles, nettoyage visières, hydratation des pilotes et c’est reparti pour le même parcours !



Allez, départ, première liaison de 9 bornes et voila la première spéciale, 2° essai, cette fois sur le sec, cool !
Les 2 virages bien serrés du départ passent du coup vachement mieux et je gagne 13 secondes à l’arrivée par rapport à mon temps sur le mouillé !
1’38 pour moi et seb me concèdera pour la première fois 2 secondes. Le scratch est en 1’27.

A force de jouer au chat et à la souris avec les nuages, ils finissent par nous mettre le grappin dessus et les 2 liaisons suivantes se font tantôt sur le sec, tantôt sous des trombes d’eau, boaf, tant pis ça lave la combine.
Seul souci, la spéciale suivante est devenue détrempée, ce qui n’était pas le cas des premiers passés (comme si l’écart de pilotage ne suffisait pas).

Encore un bon quart d’heure d’attente et départ pour la spéciale, mouillée cette fois. C’est bien on aura eu les 2 versions !
Le gros grain du bitume met en confiance même sur le mouillé et finalement je ne perds pas trop de temps par rapport à mon premier passage : 1’35 et je prends une demi seconde à seb, il s’accroche le rascal !
L’écart avec les premiers passés avant l’averse fait mal par contre : scratch en 1’17…



Fin de la 2° boucle après le bout de liaison qu’il nous restait.
La petite boucle est annulée pour cause de retard dans le programme (qui a dit que les derniers se traînaient ??)

Bon voila, 19h, les premiers partent à 22h et les derniers (nous), aux alentours de minuit !
90 minutes d’assistance pour monter les phares, on fait un peu bosser nos 2 larbins et on ramène la moto au parc fermé.



Du coup on a bien le temps d’aller s’enfiler un combo bière-cahouètes-pizza bien réparateur.
De retour au parc, on va voir les premiers partir puis on file faire une petite sieste d’une demi-heure au camping, la fatigue commençant à se faire bien sentir.

23h15, Le réveil sonne sous la tente, la pluie tombe par intermittence, bref, le meilleur moment pour aller s’arsouiller dans la forêt !
Allez on se réveille, après tout ça doit quand même être marrant de se retrouver dans la pampa avec son petit roadbook à suivre en pleine nuit !

23h55, seb s’élance du parc fermé puis mon tour vient 4 minutes plus tard comme d’habitude.
Un peu perdu au départ, la lecture du roadbook de nuit demande quand même bien plus de concentration que de jour.

Minuit et des bananes, après pas loin d’une demi-heure d’attente pour cause de gamelle dans la spéciale, je m’élance pour l’ES1, de nuit et sur le mouillé, sinon c’est trop facile.
Les Xénons marchent plutôt pas mal mais le central manque de profondeur et j’ai du mal à appréhender la suite de la route, du coup je fais ce que je peux, la roue arrière se dérobe légèrement à la sortie de mon fameux droite serré, je freine 3 fois trop tôt en entrée de virage, bref, on s’en fout, le principal c’est que j’arrive en un seul morceau dans 2 km.

Voila, mission réussie, je finis en 2’02 soit 11 secondes de plus que de jour sur le mouillé.
Le scratch est en 1’37, ça fait beaucoup d’écart mais les premiers partaient encore une fois sur le sec, pas de bol pour nous.
Seb trouve le moyen de se gaufrer dans le droite qui tue, heureusement pas méchamment, il redresse la moto aussi sec et finit en 3’

Allez, routier de nuit, je rattrape le 354 parti une minute avant, je m’habitue petit à petit à la lecture du roadbook illuminé.
Seul détail, les graviers sont difficilement perceptibles et on ne se rend compte de leur présence qu’en roulant dessus, le top quoi.
A part ça je trouve ça plutôt sympa d’enrouler de nuit avec les full-Xenons, on se sent seul au monde, serein, tranquille.

Je manque de shooter un petit renard hypnotisé par mes phares, mais non, moi y a que les lapins qui m’intéressent, file de là cabot.
ES7, celle de Nébois, 2h du mat’ et quinze bonhommes (et une fille) à attendre leur tour pour envoyer du gaz sur 2 bornes.
La route est mi-sèche, on va voir ce que ça donne, après tout ça fait 3 fois que je la prends, je commence à connaître grossièrement les virages.
A l’instar de la première spéciale, mon style est plutôt haché, je freine trop tôt, je corrige ma trajectoire 2/3 fois dans les virages, bref, y a mieux.
Verdict : 1’45, seb 3 secondes de plus et Sergeï scratche en 1’25 (ouais, ça fait peur…)

A la sortie de la spéciale, je me plante 2 fois de direction mais rien de grave, je me suis curieusement douté de quelque chose en arrivant dans un jardin…
Bref, je trace la route avec mon poursuivant, le 357 et on achève la boucle de nuit.

A l’arrivée, la majorité des pilotes est attablée au centre village, en terrasse, la chopine en main, rallye terminé.

Pas pour nous, il nous reste une boucle d’une vingtaine de bornes dont la première spéciale que nous emprunterons pour la 4° et dernière fois, allez, on se concentre, c’est pas le moment de se mettre bêtement dans le fossé.
Certains concurrents semblent un peu HS et partent en spéciale comme on irait à la pêche, tranquillou.
Pour ma pomme, j’améliorerai un peu mon temps en 1’58, puis le temps d’avaler les 12km restants et de pointer au dernier CH, nous voila attablés avec mes potes à la terrasse qui nous faisait saliver 3 quarts d’heure plus tôt, la voila la meilleure récompense du rallye : finir cette journée de fou par une bonne bière à 4h du mat’ sur la terrasse bondée de rallyemen !
Pas triste l’ambiance !
Le lendemain, après une petite nuit, on jette un coup d’œil impatient aux feuilles de résultat :

Seb finit 84, il perd une bonne vingtaine de place à cause de sa chute, quant à moi je termine 51 au scratch, content de m’être fait plaisir et de ne pas avoir eu de soucis.
Pas trop content de mon pilotage approximatif du au stress par contre mais ça, ça ne peut que s’améliorer.

Au niveau des résultats, Thomas Garcin emporte le rallye, suivi de Patrick Curtat et Julien Toniutti.



Voila, comme prévu, la discipline me plaît beaucoup, y en a pour tous les gouts, les arsouilleurs comme les promeneurs y trouvent leur compte, c’est de la balle !
Merci à nos assistants de choc Aude et Régis (Kidur) pour leur aide précieuse et rendez-vous au rallye du Dourdou les 12/13 Juillet., ça va barder.

Pour finir, petite photo souvenir qui fleure bon la verveine…



ze podium!

A voir aussi...

Galeries : Rallye de l'Ain 2008
Galeries : Rallye du Dourdou 2008
Galeries : Rallye des Volcans 2008
Rallyes : Rallye du Dourdou 2008
Galeries : PACA 2008
  

Commentaires
 
Mido (26/05/2008)
merci de nous faire vivre un petit bout de ta passion. Je t'envie souvent, mais je stresse à mort tout le temps !

La reine de la moto (26/05/2008)
Tu m'as pas dit que la glisse c'est dans la tête ! Bravo à toi et merci pour ce superbe reportage ! ! !

Boup Boup (26/05/2008)
Ca c'est du compte rendu de course. Tout y est, du soleil, des frisons et du reconfort. Bien jouer Beni! Seb (Crols)

Milo (26/05/2008)
Salut le rallye-man. Bon, je vosi que tu commences à envoyer du gros. L'article est trés sympa. Bonne continuation, et quand est-ce que tu viens te frotter à nous !!! Bises à Aude e& toi. Milo

Aude (27/05/2008)
toujours sympa tes petits compte-rendus ... et t'as même pas oublié ton assistance de choc !!! merci de me faire vivre ces moments inoubliables ... et arrête de te plaindre, c'est quand même pas mal comme résultat ;) Bisous

Anonyme (27/05/2008)
alors comme ça superslip se plaint souvent....

Catwoman (27/05/2008)
C'est pas parce-qu'il n'y a qu'une fille pour 15 bonhommes qu'il faut la mettre entre parenthèses ...! Moi ce que j'ai retenu c'est "gros gaz, gros freins et angle de lopette" ...!! Excellent ton CR et bravo pour le reste, même si t'aurais au moins pu faire podium pour faire honneur à la famille ...

Philippe (500 GPZ) (28/05/2008)
Super classement ! Excellente rédaction, ça donne envie d'aller voir les tarés qui comme toi, ouvrent en grand sur les ch'tites routes (spectateur en ce qui me concerne). Je te souhaite un temps sec et un goudron bien chaud pour juillet. Bye.

Slurp (02/06/2008)
Bravo, c'est tres bien pour une premiere participation. Slurp.

Pas slurp (02/06/2008)
Ptain les temps pourris qu'il a fait ! C'est po dieu possible ! T'aurais du abandonner avant la fin tellement t'étais à la ramasse. Pas slurp.

SMLurp (02/06/2008)
bah eh avec seb c'était la course dans la course, un peu comme toi avec Damien quand on roule quoi

Ed (02/06/2008)
A qui tu causes SM ?

Ben (02/06/2008)
je cause à pas slurp, que je suppose etre le gros, et slurp ça doit etre la ch'ti...enfin je suppose!

Slurp pas slurp (03/06/2008)
Y'a mon pote slurp qu'en a encore plein la bouche !

Mouais (03/06/2008)
elle fait des apparitions en mode masqué la ch'ti ?

Devine ? (31/12/2008)
pour avoir roulé plusieur fois avec Thomas Garcin qui remporte ce rally en terre inconue ta 51 place sans ennuies mecaniques reflette donc ton niveau de pilotage, la realitee change du monde virtuel des forums ! et sur la route apparement c'est autre chose hein superslip ? mais bon, le tout etant de participer ;) continu et persevere et bonne chance pour 2009

Gaz26 (31/12/2008)
Mais quelle pleureuse !! si c'est pour pleurer toutes les 10 secondes " c'est mouillè" " ya du gravier " et " blablabla " fallait rester chez toi tite fiotte ! le rally c'est ca ! point barre ..

Ben (01/01/2009)
alors les tapettes on se défoule en mode masqué? donc rencard en 2009 pour venir me mettre une fessée, et pas par procuration hein, arretez de vous planquer derrière Thomas Garcin ça sera un poil plus couillu...

Trouvé... (01/01/2009)
alors speed20200 je te vois en 2009 au rallye de Corse?

Devine ? (02/01/2009)
whaou trouvè bravo ! oui t'inquiete je passerais te faire la bise promis ;)

Thomas garcin (15/04/2009)
ba alors, on parle de moi ? :D

Ben (16/04/2009)
ouaip, faudra que tu me présentes mon nouveau pote en corse Tom ^^

Carbone14 (17/04/2009)
Speed20200 te fera découvrir de sacrés petites routes... ;-) Salut amigo et au plaisir de repasser sur l'île de beauté.


 
Noter l'article (45 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ