Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Dossiers  
Porsche Carrera 3.2
Dossiers autos : 1984

(par Grand'Boca le 25/06/2007)

liens & avis
Prise en main de ma Porsche 3.2

Quelle année choisir

En Aout 2006, motivé par mon gros Jeanjean qui s'etait acheté son Alfa des années soixante, je reluquais du coté des 911 "classic". Et là, c'est encore pire que les plus récentes des années 80 (qui me plaisent beaucoup aussi), les prix sont vraiment très élevés. Pour une première, je ne souhaite pas exploser le cochon à coups de gros maillet et je lache rapidement l'affaire. Mes deux mains gauches en mécanique finissent par me convaincre de rester sur des modèles plus récents et plus fiabilisés. En effet, outre la conso qui semble gargantuesque, le nombre de roros à sortir en cas de panne/casse/rouille (le pire selon les proprios desdits modèles) est trop elevé pour moi. Dommage parceque ça claque une classic ;-) ! Un très bel exemple en photo pour les non initiés (911 2.2 T 1970).


La quête du graal commence

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, chercher une 911 des années 80 n'est pas une mince affaire. Malgré son âge certain (les modèles qui m'interessent datent de 1980 à 1989), cette voiture a une cote incroyable auprès des particuliers. Ces derniers s'arrachant les beaux modèles à des prix de plus en plus elevés.
En Mars 2007, me voilà à point pour acheter une 911 des années 80. Suite à la consultation de nombreux articles techniques et d'échanges sur les forums de 2 trés bon sites (Type 911, le site de Doudi : http://www.type911.org et le site du club 911-net : http://www.911net-club.com) je m'arrete sur le modèle Carrera 3.2, produit à partir de 1984.
Peu de differences estethiques entre les modeles 911 SC 3.0 et 911 Carrera 3.2 (logo arriere et intégration des phares anti-brouillard sur la 3.2). Le moteur est décrit comme plus rageur dans la petite (3.0 litres quand même), un poil plus creux que celui de la grosse.
Après selection d'une annonce, je prends rendez vous un samedi matin pour l'essayer. Le proprio arrive avec la belle et je sens mon petit coeur battre. Il en faudrait peu pour qu'il chavire completement ! Elle est noire avec l'interieur en cuir et le toit ouvrant. Il faudra prévoir quelques travaux de cosmétique pour la rendre nickel mais ce n'est pas le plus important, le dossier d'entretien est très fourni. C'est parti, je monte à la place passager. Très impressionant de voir ces deux excroissances couvrant les phares. On est bien dans une Porsche et c'est mon dépucelage ! Ouhouhouh ! Gaz sur la nationale, ça pousse quand même pas mal pour une mamie (ça me rappelle la Ducat') mais le moteur semble vraiment linéaire. A moi les commandes, je suis vraiment dans mes petits souliers. Je n'ose pas trop mettre gaz et malgré ça, les sensations sont au rendez-vous. C'est fabuleux d'entendre le flonflon du flat-six au ralenti, son grognement quand il s'élance et les palpitations qu'il transmet dans le dos du pilote...grraaaaaa....demi molle quand même ! :-) !

Debriefing avec le proprio, il me conseille d'aller en voir d'autres histoire de me faire une opinion plus large. On convient de s'appeler dans la semaine. Moi qui était venu un peu en curieux, je repars enchanté, ravi, plus décidé que jamais.

Début de semaine, j'en rêve la nuit, je passe le midi chez mon assureur pour un devis qui s'avere très raisonnable (Matmut). J'appelle mon vendeur le jeudi...surprise : elle est vendue. Grosse deception.

Pourquoi pas une (très) belle 3.0 SC ?

En surfant sur le 911 net, plusieurs fois je m'étais dit "bon, pars sur une 3.2 elles ont l'air vraiment faites pour toi. Allez, à la rigueur une SC si elle est comme celle de Pascal_SC" (il se reconnaitra s'il passe ici ;-) ). Surprise d'un soir, je vois sa belle à vendre sur le site de Doudi. Mail immédiat et réponse rapide de Pascal. Après un coup de tel, rendez vous est pris chez lui loin là bas de notre capitale le samedi. Sa SC est sublime malgré son appendice en forme d'aileron ;-). Encore une fois, je rêve de 911 toutes les nuits. Coup de fil le jeudi : la SC est (déjà) vendue. Argh, je suis verdâtre. Tant pis, j'en trouverais bien une autre...

La 3.2 de nouveau sur le marché

Là je vais de surprise en surprise car je découvre que la 3.2 que j'avais essayée en mars est à nouveau sur le marché des occases. Son dossier de factures étant vraiment complet (grosses opérations moteur, boite, embrayage à 160 000 kms, elle en a 192 000kms actuellement), a priori il n'y a pas de loup. Contact est pris avec le vendeur et cette fois, je sais qu'il faut agir vite. Marre de me faire couper l'herbe sous le pied. Arnaud, mon sympathique vendeur, démarre la 3.2 dans son garage et des myriades de coeurs me sortent des yeux...la bête est là, tapie dans un coin, le souffle lourd mais sportif. C'est parti pour un petit tour dans Paris, cette fois avec le toit ouvert (en Mars ça caillait). Waouh, quel pied. Autour d'un verre de Gewurtz on conclut l'affaire et je reserve...MA Porsche. 10 jours à attendre avant d'en être véritablement le maître. Ca va être long, heureusement qu'un long week end à la montagne me permettra de l'oublier quelques temps.

She's mine !

Vendredi 22 Juin 2007 à 21h, je deviens enfin propriétaire officiel d'une magnifique, splendide Porsche 911 Carrera. Quel pied ! Ca me rappelle quand j'ai eu ma première moto : je n'en menais pas large mais étais excité comme un gamin la veille de Noël.
Là, pas de bol, il pleut. C'est râté pour le toit ouvrant. Je conduis doucement dans les rues de Paris, les sorties du vendredi soir sur les grands boulevards me tendent car je ne veux surtout pas risquer de la froisser dès aujourd'hui. Allez, c'est parti je passe chez GrosJeanjean pour frimer un peu. La classe mon gros ! Puis quelques photos devant le parc Monceau dont le kiosque est eclairé la nuit. Pis un ptit tour sur les quais de Seine, pis un autre petit tour sur l'autoroute, jusse pour vouèrree. Elle m'impressionne et je n'ose pas dépasser 4000 tours. Eh ouais, je n'ai jamais eu de propulsion (encore moins avec un moulin en porte à faux arrière) et avec des pneus de 245 sous la pluie, je la joue plutôt façon pied-tendre que semelle de plomb. Par contre, à chaque fois que j'ouvre le toit je trouve qu'il fait beaucoup de bruits d'air :-))) (voir plus bas...indice : on le voit bien sur la photo...).
Bon, il est 2h du mat, j'ai bien fait connaissance avec tous les ptits boutons et tout et tout. Il est temps de la ranger. J'arrive chez moi, parking en tout délicatesse. Premier constat : j'ai mal fermé le coffre avant d'où les très gros bruits d'air. Deuxieme constat : elle est longue quand même, faut faire attention en reculant. Troisième et hélàs dernier constat : j'ai oublié les clefs de chez moi à mon bureau. ARrrrgghhhh merrrrddeeee. Quel âne.
Bon, je prends sur moi, j'ai pas envie de faire chier le monde et je rallume la bête. Direction le bureau, je dormirai dans la rue (enfin, dans la voiture dans la rue). Les boules. Dormi 2h30, j'étais éclaté au reveil.

Les premières balades

Malgré la courte nuit que je viens de passer, je n'ai pas du tout envie de dormir. Je vais profiter de ce premier week end en Porsche et du beau temps qui n'était pas annoncé pour voir un peu ce qu'elle a dans le ventre.
Je passe prendre un pote à Guyancourt et nous partons en Chevreuse pour bouffer au et faire les cakes au Chalet des cascades. Mmmhh, cette viande de boeuf à la cheminée, c'est royal. Au premier dépassement d'un traine cul, je rétrograde...4000 tours...pied dedans...brraaaouuummm, putain le son ! Et ça s'arrache bien une fois les 4500 tours passés, c'est un vrai 2° moteur qui se met en branle. La direction est précise et sûr mais avec le petit volant Momo je fatiguerai à la longue. Pour une première, je n'attaquerai pas et enchainerai les petits virolos sur le couple. Quel pied, aussi.
Le dimanche matin, je profite des bons conseil du 911 net pour nettoyer les sièges au savon glycériné (Décathlon rayon équitation) et les nourir au SAPO (toujours Décathlon). Allongé à l'interieur, j'en entendrai des vertes et des pas mûres venant des passants : "eh msieur, vous faites la mienne après ?", "papa papa, t'as vu la voiture de course ?", "pff ce connard s'est mis là pour qu'on la regarde"....Bref, rien à battre, j'ai une porsche et j'les emmerde :-))) !


Juillet 2007 - Casse d'une barre de torsion

Après un petit week end pluvieux à rouler pépère avec mémère (bon, j'ai quand même failli m'en mettre une bonne sur un autopont à coté de la Défense en passant la 3 sur le gras du couple sur un raccord trempé, la voiture est partie en sucette et je ne m'y attendais pas du tout) je laisse reposer la bête au parking.
Le vendredi suivant, je passe pour aller la chercher. Tiens, c'est curieux, elle me semble bien basse. Genre la carosserie mordant mechamment le pneu arrière. C'est pourtant pas une low-rider ma caisse ! Elle est tellement basse que je ne peux pas passer mes doigts entre la carosserie et le peuneu ! Tiens, et c'est quoi cette grosse rondelle par terre...je zieute rapidos à l'interieur et ça semble venir d'un espece de gros gobelet bizarre (suis plus habitué aux bras oscillants des Ducati ;-)). Et moi qui devait partir à Reims le week end qui suit...
Appel au secours à FDM (un expert en la matière), je lui décrit vaguement la situation avec mes mots de débutant "alors tu vois, elle est basse, plus qu'avant même si elle était déjà basse, mais là, seulement d'un côté et en plus y'a un gobelet bizarre qui a perdu sa rondelle" :-D. Eh bien, le docteur es-Porsche a tout de suite fait un diagnostic imparable : tu as cassé une barre de torsion et elle est venue dégager la pastille du bout du tirant de bras. Probleme n°1 : un tirant chez Poporsche c'est 500 euros et ça serait pas mal de changer les deux pour avoir un truc qui se tienne. Aïe, ça fait mal au slip tout ça.
Deuxieme probleme : la voiture est au - 5 d'un parking très étroit et je ne sais pas comment la faire sortir sinon en explosant la carosserie (la roue touche vraiment beaucoup). Encore une fois, idée éclairée de FDM : monte voir ta galette ça devrait passer. C'est sûr que de réduire la taille du pneu de 245 mm à 70 mm ça fait un sacré changement. Opération facile pour mes compétences, le compresseur Poporsche marche d'enfer, c'est cool cette caisse, ils avaient pensé à tout. Et hop, me vla parti jusqu'à Creteil clopin-clopant avec ma voiture de traviolle montée sur une galette.
FDM m'a finalement fait une réparation en un temps record, ce qui m'a permis de réduire les frais (temporairement car je prévois de tout changer ce bazard) et de profiter de ma 911 pour aller à Reims.

En prévision : changer ces deux tirants de bras pour des adaptables beaucoup beaucoup moins cher que chez Poporsche et permettant de modifier facilement la hauteur de caisse.

A voir aussi...

Galeries : Porsche Carrera 3.2 en 2008
Galeries : Porsche 993
Galeries : Porsche Carrera 3,2 : 1984
Dossiers : Porsche Cayman S - Ferrari F430
News : Olive nouveau champion de l'exter
  

Commentaires
 
Anonyme (02/07/2007)
c'est joliment écrit tout ça ! olive, tu es un vrai pôete... et sous ton cuir, y a un coeur qui bat!

Willspeed (11/07/2007)
ahhhhhhhhh j'adore ce genre d'histoire! bravo belle auto, on est dans le même coin, quand tu veux pour un visu, ma 3.0 s'ennuie!

Olive (16/07/2007)
Salut Willspeed, Pour l'instant j'ai un peti soucis, a priori une barre de torsion à changer...Un peu galere pour aller chez le sorcier, va falloir que je monte la galette (en priant pour qu'elle tienne) car la roue arriere en 16 pouces frotte la carosserie...

Ed (22/01/2008)
Bon et la suite du dossier ça vient ? Parce que bon il s'en est passé des choses !

Greg (22/08/2009)
Ouais la suite, bordel!


 
Noter l'article (33 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ