Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye du Var - Sun Rally 2011
Saison 2011 du 16/03/2011 au 19/03/2011
600 kms

(par Superman le 25/03/2011)

liens & avis

Retour aux sources

Pour le coup d'envoi de la saison 2011, le Sun Rally premier du nom affichait complet et présentait même une belle liste d'attente.

Il avait pourtant bien failli ne pas voir le jour au dernier moment en raison de la tenue du Paris-Nice, une course de vélo qui tombait au même moment et monopolisait les forces de l’ordre, à priori indispensables pour couvrir l’événement (j’ai bien dit à priori…). Restait donc a faire un choix pour l’organisateur Patrick Bournisien, annuler ou décaler ?

Le hasard faisant bien les choses, le report d’une semaine nous a permis d’éviter les trombes d’eau qui se sont abattues sur la région le weekend du 12/13 (malheureux cyclistes hi hi hi...) et c’est finalement sous un soleil radieux que le bien-nommé Sun Rally s’est déroulé, il y a donc une justice en ce bas monde.

Le Nolymits’ Scudo chargé, me voici débarquant en plein pays varois à la rencontre de mes potes Max et Flo arrivés la veille au camping du coin. Max passe son temps à répondre au téléphone, Flo termine (ou commence ?) la prépa rallye de sa toute nouvelle Husaberg 570FS, un supermot si minuscule qu’on le confondrait aisément avec un 50 Derbi.

En ce qui me concerne, je descends la TuonOlive du camion. Exit la 636 et ses bracelets, place au roadster pour ce retour aux sources bien excitant. 8 ans après avoir possédé la même moto –revendue d’ailleurs à un fameux rallyman- je retente l’aventure Tuono grace à Olive qui a gentiment accepté de me la prêter contre bons soins.

Après avoir testé la discipline au guidon d’une sportive et d’un supermotard, j’avais simplement envie de me mettre à l’épreuve sur un roadster, sur le papier l’arme idéal avec son compromis maniabilité / puissance, et après tout c’est la Tuono qui m’a donné le gout de l’arsouille (et du fossé ?).



Et c’est parti pour une première séance de recos entre potes, tous les trois bien ravis de retrouver nos balades bucoliques d’avant rallyes !
Flo se marre comme un petit fou sur sa 50 à boite et n’arrive plus à reposer la roue avant au sol, Max se traine sur le bitume mouillé à cause de son pneu fatigué mais nous voici arrivés à Babaou, une petite route très sinueuse mais au revêtement impeccable bien que très mouillé par endroits.
2 montées suffiront pour la découvrir, on reviendra plus tard car il faut aller bosser la spéciale des Fourches située quelques km au nord.
Une spéciale très longue (7km), dure à retenir et dont l’état laisse perplexe, les épingles étant soit transformées en rivières, soit en chemins de terres soit en champ de cailloux, et le reste du temps de douillettes bosses se chargent de jouer aux osselets avec nos vertèbres.
On a vu pire sur route mais en spéciale c’est assez fort sur ce coup, heureusement la Tuono, son grand guidon et ses suspensions relativement souples se révèlent un précieux allié dans ces conditions.
Si Max reste sur la réserve et bosse sa spéciale avec méthode comme toujours, Flo est comme un gosse et n’arrive pas à monter la spéciale autrement qu’à fond sur son jouet pour grand, et il faut bien reconnaitre qu’il est insuivable le bougre !
Nous retrouvons tous les copains habituels, les sarthois, les moto-net, et les nouveaux potes ponpon, benoit…l’état de la spéciale ne fait pas l’unanimité mais on s’en fiche, on fait de la brêle entre potes et c’est bien ça le plus important.
Après quelques montes, nous décidons de rentrer directement au camping pour un petit programme tranquille : changer le pneu de Max, réparer mon code qui s’est envoyé en l’air, manger et repartir faire les recos de nuit.
Bon a l'arrivée tout ce qu'on a fait c'est changer le pneu de Max et boire des bières, j'avais pas envie de repartir sans code, et on avait envie de trinquer à l'anniversaire de Max.



Jeudi, le temps est radieux, je file acheter une ampoule et nous partons sur Canadel, la spéciale la plus courte du rallye, mais également la plus majestueuse, avec un enchainement de virages au bitume parfait entourés d'un paysage à couper le souffle, une vraie merveille.
J'en profite pour faucher la 570 de Flo qui se révèle etre une vraie arme, c'est simplement incroyable à quel point cette meule est a la fois légère, efficace et parfaitement motorisée! Le SM de route idéal, à l'exception de son autonomie limite et de son banc en pierre qui lui sert de selle.
Je récupère la Tuono qui du coup me semble aussi maniable qu'un autobus.
4 à 5 passages plus tard, nous filons retrouver Thomas et Pierrot en haut du col des Fourches pour aller reconnaître Gonfaron, une spéciale que j'apprécierai tout particulièrement.
Légèrement bosselée mais pas trop, avec des gros graviers collés en guise de revêtement et des sorties de virages bien ouvertes permettant d'envoyer du bon gros dioxyde de carbone.
Les montées avec Flo sont saignantes, Max retrouve son niveau et Thomas est à l'arret...c'est pas souvent alors on en profite pour le klaxonner copieusement dans la montée, c'est toujours ça de pris hi hi hi.
Retour au camping pour une grosse séance de bricolage, Thomas doit changer ses pneus, enfin les faire changer par pierrot, moi idem pour l'arrière de la Tuono qui exhibe ses entrailles tandis que Flo bataille ferme pour installer ses xénons.
Et voilà que maintenant mes xénons se mettent aussi à ne plus marcher...un relais farceur changé aussi sec puis nous levons le camp pour rejoindre le paddock au beau milieu du parc du château de Solliès-Pont, c'est très chouette et confortable.



20h30, direction les spéciales nocturnes de babaou et des fourches, l'occasion d'étrenner mon nouveau montage de xénons, avec ZE Formule top au centre et mes microlines additionnels.
Eh bien pour les 2 montées par spéciale que j'ai pu effectuer, le résultat est très convaincant et j'en arrive même à prendre du plaisir de nuit, un concept qui ne m'avait guère effleuré jusqu'à présent!
Le seul bémol étant de ne pas voir les marques de terre ou les plaques de graviers par endroits, on passe dessus bien plus vite que de jour et au final on se fait un peu peur mais ça passe !

Soirée de débile (y avait nico p. donc forcément...) et dodo pour une courte nuit car ma tente ne ferme plus et ça caille...
On retrouve Moon le lendemain qui a roulé toute la nuit, pas dormi, pas reconnu et qui part ce soir en première position du rallye, ça c'est de l'esprit de warrior !
Je monte mon pneu avant de course, bichonne l'Aprilia pour la présenter au contrôle, une simple formalité que j'ai passée en compagnie de Fabrice le photographe de Moto et Motards, un gars très ouvert et sympa bien loin de l'image que peuvent donner les essayeurs.
Je retrouverai également mes copains de Triumphall Jacques et Cyril (les purs qui roulent en Triumph, eux !) puis nous assistons au briefing de Patrick Bournisien qui annonce la couleur d'entrée : y aura des pénalités sur le routier de nuit, mais pas de panique !

Enfin le départ!

18h30, Moon s'élance du CH, mon tour approche et je stresse comme au départ d'une spéciale, bizarre.
Mais une fois sur la moto tout va bien et le diablo supercorsa raide de neuf me met bien en confiance.
Le routier est relativement facile jusqu'à Babaou, il fait jour et c'est la seule partie que nous avons reconnue.
Enfin a priori pas pour tout le monde, déjà les pénalités pleuvent, Thomas a loupé un CP et est passé par l'autoroute, Flo Derrien itou...
Comme souvent la première spéciale n'est pas prête à l'arrivée des premiers, le tarif sera 30min d'attente, le temps idéal de refroidissement des pneus.
3.2.1..GO! J'envoie la première moitié sur la réserve, c'est celle que je connais le moins et je chauffe mes pneus, puis arrivé au grand droite rapide, c'est le signal : FEU ! Je sors mon plus beau déhanché, aiguise mes sliders, les xénons éclairent au top, et hop ! J'arrive déjà à la fin de la spéciale qui a été raccourcie de moitié ! Dommage j'étais chaud.
Scratch de Camilleri en Guzzi, 2s devant Ricciarelli...comment ça une guzzi ? Depuis quand une guzzi conduite par un inconnu ça déglingue tout le plateau comme ça?? Wilfried Tallone tente une explication, ça doit etre son transpondeur qui a été inversé avec celui de la guzzi car c'est son team manager et ils ont pris les transpondeurs en même temps...mouais, ça voudrait dire que l'autre sur son piège a quand même fini 5, bizarre...
Après vérification, le chrono avait enlevé une minute à la « véloce » guzzi, l'honneur est sauf !
de mon coté ça sera 15° temps, à 6 centièmes de mon professeur Curtat, c'est moyen mais n'oublions pas que je ne suis pas un spécialiste de la nuit à la base, ça ira pour commencer.
Max fait 2 derrière Ricciarelli et Flo 4, ça ne rigole plus.
Arrivée au CH des Fourches dans les temps mais pas large non plus, une nouvelle fois l'attente commence.
Cette fois elle sera longue en raison de problèmes de transmission radio entre commissaires, 2h à se geler dans la forêt ça fait long, et finalement l'orga décide de nous faire partir toutes les 30s en mode liaison, annulant de fait la spéciale.

LE CH qui tue.

Celui la je l'avais repéré depuis le début...48km, des routes improbables, des changements de direction incessants, des chemins de terre ou des allées bétonnées, je pars avec mes 2 oreilles de lapin méfiant dressées!
Hyper concentré sur le road book, je mène la route devant Didier Beneston et Philippe Richelmi.
Premier petit tout droit dans une allée qui semblait etre la route à suivre, mais pas d'erreur de navigation.
La montée de notre dame des anges est dantesque, une route forestière défoncée (pléonasme?) bourrée de graviers, la compteur de vitesse affiche péniblement ses 60 de moyenne, l'ex-champion de France arrive a rester au contact sur son hypersport, il a bien du mérite.
Pignans est en approche, la fin de l'épreuve, mais au dernier moment le roadbook nous emmène sur un chemin bétonné puis en terre qui fait dramatiquement chuter la moyenne, je suis dans ma minute à 1km de l'arrivée, je passe en mode hyper-stress.
Un gars au milieu de la route me fait signe d'entrer sur le parking sauf que j'arrive un peu vite, je cale en faisant demi tour et couche la Tuono à l'arret, qui rechigne à démarrer, batterie faiblarde.
Je passe la cellule avec 1 minute de retard, aucune erreur, juste une ou 2 hésitations ou j'ai laissé filer quelques précieuses secondes par ci par la...ne nous plaignons pas, le pauvre Flo pointera 5 minutes en retard pour avoir du faire le plein dans la liaison.
On apprendra plus tard que seuls une dizaine de pilotes on réussi à pointer dans les temps à ce CH, bravo à eux (Max, Rob, Nick, Benoit...)
Je pars pour le dernier CH plus tranquille pour terminer la première boucle de 160km et roule en compagnie de Nico Derrien et Didier, l'occasion de se tirer une petite bourre surprise sur la route de Puget, ancienne spéciale du Moto tour, un bon moment de plaisir.
20 minutes de pause à l'arrivée avant de partir pour la 2° boucle de nuit, de 130 km seulement.



Essence, sandwich, 5min avant mon heure je remonte sur la moto et la, plus rien, ça démarre pas!
J'avais déjà remarqué les signes de fatigue de la batterie certainement dus à l'utilisation des xénons et de l'eclairage de roadbook mais la vraiment plus rien.
Au bout d'un moment on percute, la première est enclenchée...OK boulet inside.
Ça démarre faible mais ça démarre, pour mieux caler 2m plus loin, arghhh, je suis dans ma minute! Les gars me poussent jusqu'au CH, j'arrive avec 1 minute de retard ! Heureusement c'était une heure de départ et pas un vrai CH, je ne prends pas de pénalité..ouf.
Finalement la capricieuse finit par craquer, c'est décidé je n'allume plus les xénons jusqu'à la spéciale de Babaou.
Petite variante dans le parcours avec son CP associé, je sens qu'il va faire mal celui la.
Je retrouve Flo et on fait la route ensemble, ça me permet de rouler en code derrière lui et de recharger ma batterie.
Babaou 2, cool pas d'attente...Max part pneus chauds, Moon itou et...plus rien, un vilain tout droit aura eu raison de notre warrior qui avait sans doute voulu trop bien faire dans cette spéciale, col du fémur fracturé, pas cool.
On attend désespérément le retour de l'ambulance jusqu'à ce que le gendarme de l'encadrement ne vienne brandir son arreté préféctoral.
Il est trop tard, le rallye n'a plus l'autorisation d'envoyer les pilotes en spéciale, le reste du parcours se fera donc en liaison et 2 par 2, cool je reste avec Flo.
Retour à Solliès à 4h du mat, on sprinte jusqu'au campement pour profiter du peu de sommeil qu'il nous reste, Aude a gentiment chauffé le duvet en m'attendant.
Pierrot et son staff, remonté comme une pendule, décide d'aller chercher la moto de Moon à la frontale dans la pampa.

Samedi, le vrai départ

6h30, réveil, perception des meules et changement des roadbooks, plein des motos pour départ à 8h37!
Thomas, qui avait abandonné à l'issue de la première spéciale annonce la couleur, il scratchera Canadel avant d'arreter le rallye pour cause de routier indigne de son rang de paylote officiel hu hu hu...

Pour moi ça sera réveil en douceur sur la montée de Babaou, un vrai bonheur d'autant que la route est bien sèche, le climat doux et le soleil au rendez-vous.
La route des crêtes qui nous mène jusqu'au Lavandou est superbe bien que complètement défoncée, suffit de ralentir le rythme et ça passe bien.
Canadel, LA spéciale.
Comme par enchantement tout se passe bien et nous partons rapidement avec les pneus bien chauds, c'est parti pour une montée de col tout bonnement orgasmique! Du grip, des virages au poil, du bon revêtement, je peux enfin ressortir mon petit manuel de pistard, déhancher, sortir le genou, angler comme un cochon, le pied!
Résultat: toujours Ricciarelli devant (plus de Guzzi ouf!), Thomas pète un joli 4° temps et sauve l'honneur tandis que Flo prend la 7° place, moi la 12° et Max la 19°.
Routier reposant via Carnoules puis nos enchainons sur la spéciale des Fourches, celle la meme qui avait été avortée la veille.
Cette fois les commissaires ont trouvé la solution des liaisons radios en la raccourcissant des 2/3.
Le départ est une nouvelle fois retardé en raison de riverains récalcitrants, mais on finit par s'élancer.
Les épingles terreuses le sont toujours bien que balayées, les rivières d'eau ont diminué mais sont toujours là, bref ce n'est pas une spéciale particulièrement propre.
Avec une conduite un peu hachée je n'arrive pas à faire mieux que le 18° temps, 8s derrière le scratch de Ricciarelli (encore lui) suivi comme son ombre par son jeune padawan Piazza sur sa FS 570.
Max prend la 3° place et Flo la 9°.
Notons également la belle prestation de Mr Thomas G., 29° de la spéciale ! Encore bravo à lui !! hi hi hi !!
Le routier qui suit est sans soucis, avec quelques passages assez marrants comme le passage de gué dans lequel on rentre comme s'il s'agissait d'une vulgaire flaque d'eau … punition immédiate, pilote et moto sont « tsunamisés » par le cours d'eau pour la plus grande joie des commissaires du CP situés juste à cet endroit.



Fin de la première boucle de 190km, les supers sandwichs d'Aude et zézette nous attendent ainsi que Thomas qui préfère arreter la le rallye à cause des vilains graviers que Patrick Bournisien a mis tout partout sur son parcours, le vilain.
Deuxième boucle de jour, je rejoins Flo sur la routes de cretes puis nous continuons en direction de Carnoules ou nous faisons le plein en compagnie d'Yves Lecoq, marrant.
100km plus tard, nous partons pour la 2° spéciale des Fourches.
Plus détendu qu'au premier passage, j'arrive à conserver un peu de vitesse dans les virages et réalise le 13° temps, Ricciarelli écrase la concurrence en mettant 4s au 2eme, Max termine 6° et Flo 11°, tandis que l'infortuné Philippe Richelmi se brise la clavicule dans la spéciale.
Le routier jusqu'à Gonfaron sera un peu tendu et sera le théatre de plusieurs abandons, tout d'abord Ricciarelli qui avait course gagnée cassant sa chaine de transmission, puis Renaud Fanon qui s'envole sur une bosse et se casse le col du fémur.
Une vraie course d'endurance que ce Sun Rally, je suis également bien fatigué en descendant de la moto à Gonfaron mais c'est une spéciale que j'adore et qu'il me tarde de faire.
Mais encore une fois le départ est retardé de 2h en raison de manque de matériel de chronométrage, celui ci étant bloqué sur la route à cause des ambulances venues récupérer les pilotes qui ont chuté...le cercle vicieux.

Heureusement au dernier moment avant l'annulation de la spéciale nous pouvons partir, Max et Flo sont tout contents de partir 1 et 2.
Puis vient mon tour, le metzeler froid me gratifie d'une petite glisse à la sortie du premier virage, la fatigue se fait bien sentir mais l'adrénaline est plus forte et me donne la rage jusqu'à l'arrivée, un vrai plaisir de rouler à vue dans cette spéciale, d'autant que certains repères de peinture permettent d'envoyer du paté dans les virages aveugles sans les connaître.
Le gros bicylindre arrache les morceaux de gomme et me fait perdre l'arrière à plusieurs reprises, mais tout en ayant la sensation de maitriser, aucune frayeur si ce n'est lors d'un retrogradage un peu brutal qui m'a mis presque à l'équerre sur un freinage ! Gloups.
Arrivée en fanfare devant Aude, Pierrot et toute la troupe venus nous voir.
Au final, les sensations sont confirmées par le résultat, je fais mon premier top 10 en spéciale, à 1s de Flo et dans la meme seconde que Max, mais tout de meme 7s derrière l'étonnant jeune corse Piazza qui prend brillamment l'intérim de Ricciarelli.



Après un dernier tour de manège dans la nature varoise, nous voici de retour à Solliès-Pont à 18h30.
10h de moto non stop après une nuit de 2h30, je m'offre une petite sieste avant d'attaquer les réjouissances, car pour le coup il y a matière à se réjouir, Max en grand pro de la navigation difficile s'empare de la tête du rallye,
Tallone et Curtat complètent le podium, suivis de Nico Derrien et de...ma pomme ! 5°, mon meilleur résultat tout simplement !
Meme si ça ne sert à rien, je ne peux m'empecher de penser que sans ma pénalité le podium scratch était à ma portée, tout comme pour Flo qui a super bien roulé mais devra surement investir prochainement dans un bidon d'essence de réserve pour sa gloutonne petite husaberg !

Le seul bémol c'est de n'avoir pas pu me rapprocher plus des temps scratchs, 7/8s à chaque spéciale ça reste un bon écart à combler, mais la Tuono a fait preuve d'une grande régularité en étant autant à l'aise sur le mauvais bitume que sur le billard, et quelle facilité de conduite! Plus besoin de faire cirer l'embrayage en sortie de courbe, la puissance arrive immédiatement et en douceur, et les suspensions ne sont ni dures ni molles, juste ce qu'il faut.
Bref, si j'en étais intimement persuadé c'est maintenant confirmé, le roadster est l'outil qu'il me faut en rallye, et meme si un supermot suffit généralement sur ce type de rallye, encore faut il pouvoir s'adapter à ce style de conduite.

La remise des prix fut...distrayante et la soirée qui a suivi encore plus avec tous les copains, spéciale dédicace à sml qui a traversé la France juste pour passer la soirée avec nous!
C'était un beau rallye, j'ai pris mon pied et même si le routier était jugé trop difficile, ça reste la spécificité des épreuves organisées par Patrick Bournisien et c'est une bonne chose, j'ai adoré!
Rendez vous au Beaujolais pour mon prochain rallye de la saison !

A voir aussi...

Galeries : Tuonoz
Balades : Forez + Ardèche
Balades : Le Forez & l'Ardèche via les Puys
News : Nouveautés Triumph 2011
Essais : La Tuono à l'épreuve des routes du Sud
  

Commentaires
 
Berni (25/03/2011)
Bravo Ben pour ta perf et un CR comme d'hab hallucinant et au top, qui nous fait vivre ce rallye un peu comme si on y etait. Bravo encore

Jryan69 (25/03/2011)
Encore un bô CR !!! Et bravo pour ta perf...le podium n'est pas loin ;-)

Fred (25/03/2011)
Ben mon cochon! Ca fait plaisir...

Macadam26 (26/03/2011)
t'as bien épargné ton pote Thomas ... t'as raison ce doit être une feignasse ^^ sinon le CR sent la compèt et les bons moments avec tes potes ... super agréable à lire ... presque on aurait envie d'aller nous aussi s'y peter un fémur ou une clavicule !

Le pote Thomas (26/03/2011)
Eh oh, je suis pas une feignasse, j'aime juste pas rouler en moto ;)

JeanJean (26/03/2011)
Bon, c'est bien beau de féliciter Ben, mais faudrait pas oublier Max quand même ! C'est lui qu'est devant bordel. Pour ce qui concerne Ben, force est de constater qu'il avait vu juste à propos de Max et de sa FZ8 de merde au DDMT ! Une vraie tortue en en reco ! En changeant le bouzin tout rentre dans l'ordre.

Ben (26/03/2011)
bah oui, le jour ou il fera le DDT sur sa brele le Max il pourra viser le top 5 ! voire mieux si y a pas trop de circuit...

Aude (26/03/2011)
Trés sympa ton CR, comme d'habitude... et surtout félicitations à tous ceux qui sont allés au bout de ce rally!!!!! ;-)))))

Olive (27/03/2011)
C'est vrai qu'en tant que premier couteau, Aude fait office de tranche lard !!! :-)

Steph (01/04/2011)
Bravo à toi, je regrette de ne pas t'avoir rencontré sur le rallye vu que ton site et tes CR ont participé activement à mon envie de faire du rallye. J'espère que ce n'est que partie remise , je me suis inscrit au rallye de l'Ain et je pense qu'il y aura moins de monde qu'au Sun. @ bientôt j'espère S.

Ben (01/04/2011)
Salut steph, tu étais quel numéro au sun ? je ne serai pas à l'ain, seulement au beaujolais ;-) au plaisir !

Poustache (08/04/2011)
Avec un CR comme ça on a qu'une envie c'est de faire un rallye, d'ailleurs c'est ce que je vais faire et bravo pour ta perf .

JeanJean (09/04/2011)
EN tant que premier Fan, dis nous quel rallye tu vas faire JM, je veux être présent. Et pis une F800R devant Ben, ca sera pas une première ! Hu Hu Hu.

Ben (09/04/2011)
oh, un tout petit pour commencer...le moto tour ^^

Steph (10/04/2011)
Dommage, j'aurais apprécié de te voir. J'était le 455 , et c'était mon 1er rallye. J'essaierai d'en faire un autre en plus de l'Ain si je peux. Au plaisir de te rencontrer. Steph

Poustache (10/04/2011)
Je confirme, l'objectif c'est le moto tour avec peut-être un entrainement au Dourdou et pour te remercier de ton soutien je vous invite tous "les Parisiens" à venir vous faire pourrir dans le sud ouest ;-)

Rask (28/04/2011)
Mais finalement, Max, il roulait sur quelle monture pendant ce rallye?

Rask (28/04/2011)
*C'est bon, j'ai ma réponse ;)


 
Noter l'article (25 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ