Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
VTR SP2
Honda : 2005

(par JeanJean le 24/11/2009)

liens & avis
Ca fait un bon moment que cette moto me fait de l'œil. En plus, elle reste l'une des rares représentantes dans la catégorie des bi-cylindres sportifs japonnais. C'est vraiment bien triste. Que du 4 cylindres à se mettre sous la dent aujourd'hui du côté du pays du soleil levant. Alors l'occasion de profiter d'une belle VTR SP2 d'occasion a fait que je me suis lancé.


Présentation

En version full origine comme la mienne, c'est vrai qu'il y a pas mal de choses à dire. Autant l'avant, les flancs très enveloppants sont très réussis et la ligne générale n'est pas dépassée. Autant l'arrière épais, les pots "extrêmement discrets" et l'intégration du feu arrière laissent perplexes. Mais le style global semble encore beaucoup plaire.

Malheureusement, ce n'est pas du côté des pièces tuning que l'espoir va venir. Rien que du mauvais goût avec des feux ovoïdes des plus râtés.

Il faut bien voir un avantage à tout cela : l'épais arrière laisse place à un véritable coffre capable d'engloutir plus de contenu que Sophie ne peut boire de bouteilles de vin ! Autant dire qu'elle est carrément hors catégorie sur ce type de moto ! Eh ouais, vous imaginez vous, une gonzesse de 60kg qui tise un cubis de 5 litres ! Ah ca vous parle là, hein... Bah la VTR c'est pareil. Y'a la place pour le vanity-case à l'arrière. Plus sérieusement, on peut facilement y mettre un pantalon de pluie, un antivol, une bombe de graisse, une bombe anti-crevaison, une petite laine et une chemise du marché du terroir de Lamastre pour vos folles soirées endiablées en province !

L'intégration des radiateurs dans les flancs est du plus bel effet. En contre partie, le premier regard permet d'imaginer l'étendue des dégâts à la première chute et les montants qui accompagnent les réparations ! Niveau refroidissement je suis aussi assez sceptique sur le rendement de cette solution. Comme nous le verrons plus tard la moto chauffe beaucoup.

La finition parait très sérieuse, sauf peut être quelques câbles et morceaux de faisceaux qui dépassent au niveau de la bulle. Ca fait un peu léger pour une moto neuve à 15k€ à l'époque. Le tableau de bord style barre-graph fait son petit effet. Par contre face à celui d'une HP2 sport de dernière génération (au demeurant illisible) les infos sont réduites au strict minimum : vitesse - odo, trip1, température et c'est tout.

Equipement

Niveau matos, tout présente très bien sur cette brèle. En 2009 certains diront que les étriers ne sont pas des monoblocs mais bon vla la bonne blague ! Ya qu'à attraper le levier de frein pour voir que même dans les générations plus anciennes, il y avait moyen de s'arrêter court (pour rappel la VTR SP1 a 10 ans) !

Sur les derniers modèles SP2, le cadre et le bras oscillant (complètement énorme) sont peints en noir. Je trouve personnellement que c'est du meilleur effet par rapport aux anciennes versions.

Le modèle est équipé en option d'un amortisseur de direction rotatif GPR "doré" ! Ca fait genre Tuning peint en jaune... donc de bonne facture ! Enfin, la version noire aurait été de meilleur goût, mais chez les Anglais, le bon goût c'est comme la bonne cuisine : ils laissent ça aux autres !

N'ayant pas encore eu le temps de beaucoup rouler, je ne peux pas me prononcer sur son utilité sur route, ni sur piste. Nous verrons un peu plus tard.

L'ancien proprio a quand même visé juste en achetant un raz de roue arrière en carbone qui permet de limiter le boulot de nettoyage quand on roule sur le mouillé (fréquent chez nos amis british).

Démarrage

Comme souvent avec les motos importées d'Angleterre, la sécurité a été mise en avant. Du coup l'alarme de merde réglée sur : "Super sensible" joue avec mes nerfs ! Et pour la virer merci le cadeau. Une grosse partie du faisceau arrière a été refait pour l'intégrer. Bref, une fois l'habitude prise, on fait avec mais pour quelqu'un comme moi qui n'accroche jamais sa moto et qui n'a jamais eu le moindre problème, c'est un peu lourd.

Biiiippppppp. Alarme enlevée, contact. BRRRRRRR. Le moteur fait un bruit particulièrement aigu. C'est lié à la transmission primaire par cascade de pignon. C'est assez agréable et surprenant. Cela permet de se faire plaisir, le bruit des silencieux "Salmon cooker" étant assez minable. Une paire chantante devrait trouver sa place sous peu histoire de donner un peu de travail à nos amis les bons à rien de bleus ! Le bruit de la boite à air est aussi agréable. On a en permanence un vrombissement provenant de l'entrée d'air entre les 2 phares.

La position est assez sur l'avant sans être un calvaire. La selle assez ferme, comme une planche de liège on pourrait dire ! On attendra de faire une journée de cols de montagne pour nous prononcer plus avant sur le confort ! L'embrayoire est assez rude, la boite Top, l'accélérateur à sa place.

En route donc. Première remarque : mais quelle idée de faire des boites aussi longues ,bordel ? Oui je sais : l'homologation ! La sixième ne sert presque à rien, la première est souvent sollicitée. Encore un point à revoir rapidement en enlevant une dent à l'avant et en ajoutant 3 ou 4 à l'arrière histoire de monter aux arbres.

Le moteur est plutôt souple en comparaison de celui d'une Ducati. On peut reprendre un peu au dessus de 2500 tours sans trop se faire secouer. M'enfin, on a pas à faire à une BM bien plus à son aise dans ces conditions. Avec près de 135cv et un peu plus 10mkg de couple, je m'attendais à plus de volonté aux bas et mi-régimes. Le moteur reste volontaire mais les reprises pas super franches. La boite extrêmement longue doit y être pour beaucoup. Il faut attendre de passer les 7000 tours pour trouver le vrai powa de l'engin. Avec un rupteur au dessus de 10500 tours, l'allonge est impressionnante.

Comme souvent chez Honda, on n'est pas bousculé par la puissance : c'est assez linéaire mais très agréable et progressif.

Du coup, en balade, on sent qu'il va falloir vraiment rester dans les tours pour bien l'utiliser et profiter du moteur sur les bons régimes. Sans vouloir tomber dans la caricature, le moteur n'est pas assez plein en bas pour rouler sur le couple comme avec un gros bi 1200.

Mais non j'ai pas dit que c'est une supersport 600 bordel !! Mais disons que pour avoir pris une HP2 Sport, en descendant de la VTR, les mi-régimes sont autrement plus velus mais l'allonge moindre. On peut donc pas tout avoir.

Comportement

Avec 194 kg à sec et un peu plus de 215kg tous pleins faits, la moto est assez facile à faible vitesse. La maniabilité est bonne en ville et le rayon de braquage pas trop pénalisant. Enfin je dis ça mais j'ai quand même réussi à enfoncer un pot en contournant une voiture.

A ma décharge, je n'avais pas encore bien pris en compte la taille des fumoirs à saumons. Le plus navrant reste de penser que malgré leur aspect super costaud, la première pression dessus aura eu raison de la forme de l'enveloppe en inox.

Bref, la maniabilité est bonne. Par contre, sur route, c'est une toute autre affaire. La moto nécessite un minimum de concentration pour appréhender un virage un peu vite. Sans y mettre du sien, on est sûr de faire un bon tout droit alors que les yeux avaient suivi la route. Il faut donc prévoir un peu d'engagement pour la mettre sur les rails. Ensuite, pas de surprise, sauf sur les bosses.

L'amortissement, sans être "ducati compliant", autrement dit très raide, n'est pas des plus progressifs. Surtout l'arrière qui n'aime pas être brusqué. Pas de mauvaise surprise sur le billard donc, mais attention sur les chevrettes. Sans avoir encore eu le temps de vraiment pratiquer, je m'attends au pire pour envoyer du bois sur le défoncé.

Mais oui... les puristes me diront que cette brèle n'a rien à faire sur les chevrettes, mais je leur rétorquerais que je ne l'ai pas acheté pour un usage exclusif piste, ni même pour la mettre dans mon salon. Donc oui, elle verra les petites routes comme la ville pour le duo vu que je n'ai qu'elle en biplace et aussi la piste... si elle passe l'hiver.

En ville justement, bordel ce qu'elle chauffe. Et super vite en plus. Sur route normale il lui faut moins de 5 minutes pour atteindre sa température de fonctionnement autour de 75 à 80°C. En ville, la barre des 103° est atteinte en permanence ou presque. On a vraiment l'impression de lui faire du mal.

Mais bon Honda n'a pas la réputation de faire des motos ni des moteurs en balsa. Je reste donc très confiant (pas comme Pascal et ses 2T d'antan - d'ailleurs, bon appétit au passage).

Niveau freinage, c'est le Top. Beaucoup de mordant avec une grosse réserve de puissance. Le frein arrière est aussi agréable avec un bon feeling pour ralentir. Contrairement à ce que j'ai pu lire par ailleurs, je trouve le train avant assez facile. Il ne verrouille pas trop au freinage et permet d'improviser un minimum.

Conclusion

Niveau look, je reste un grand fan. Niveau moteur, les chevaux sont bien présents même si le caractère n'est pas des plus démonstratif. Encore une fois la faute aux normes d'homologations. Un bon changement de démul, une paire de pots et le monde de Ouioui devrait s'ouvrir à moi.

Niveau comportement, elle est très agréable mais mérite de l'attention pour bien l'emmener. A ce titre j'imagine que c'est exactement le genre de moto qui joue des tours en fin de journée après une bonne balade en approchant du gîte :

Imaginez-vous sur le retour, le soleil tombant au loin, les yeux un peu éblouis sur une route connue. La journée a été longue et belle avec tout un tas d'arsouilles avec les collègues. L'apéro promet d'être animé en discussions des plus objectives. Vous vous rappelez également de ce petit moment de lucidité le matin ou vous avez pensé, juste avant le départ, à mettre la télé de bières et les 12 boutanches de rosé en frais. Tout est prêt pour le BBQ sur la terrasse....

Et là, se présente devant votre sourire niais de bonheur, une sorte de faux virage ou plutôt une brisure dans la ligne droite qui mène à l'apéro. De chaque côté de la route, un bon fossé bien profond et bien gorgé d'eau. Eh bien la VTR SP2 aura tendance à vous y mettre en guise d'apéro, faute d'avoir attendu de mettre la béquille au gîte pour vous concentrer sur votre verre de rosé, le BBQ ou les explications des arsouilles de la journée.

Mais non je déconne, mais l'histoire m'a plu en cette fin de saison. Ca devrait nous aider à attendre la saison 2010 avec pleins d'envies, de BBQ, d'arsouilles et d'apéros justement !

A voir aussi...

Essais : VTR 1000 Firestorm
Galeries : CBR 900 RR Fireblade
News : CBR250R ... oh misère
Galeries : HP2 Sport & VTR SP2
Galeries : Suzuki TL1000R
  

Commentaires
 
Ben (25/11/2009)
en v'la un CR gorgé de soleil, bravo élève Jeanjean, en progrès! et sympa le clin d'oeil à nos amis les bleus ^^

Olive (25/11/2009)
Il se lit bien ce CR mais c'est un peu comme un bojol primeur : c'est bon mais c'est court nom d'une bite. Allez JJ, on va te passer en barrique avec ton enclume et tu nous diras comment elle goute !

JeanJean (25/11/2009)
Merci les hommes. Mais bon, si le temps s'y prête, on va changer tout le fourbi pour la rendre plus incisive l'enclume, et on refera le point après 4 ou 5 jours de Mercantour !

Ben (25/11/2009)
ouais ben tu t'aviseras pas de nous retarder l'heure de l'apéro avec ton enclumes et ses fausses trajectoires de fin de journée !!

JeanJean (25/11/2009)
C'est vrai que niveau trajectoire t'as des conseils à me donner depuis le début de semaine toi ! Au fait, j'espère que t'as pas déchirer une de tes chemises lamastriennes ?


 
Noter l'article (67 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ