Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
900 SS
Ducati : 2002

(par Grand'Boca le 24/06/2003)

liens & avis
Ma première Ducati…et ma première moto neuve….celle par qui tout arriva et qui déclencha chez moi la passion des twins made in Bologne.

Elle est belle, elle est grise avec des chaussettes rouges, de belles courbes, des angles placés où il faut, des nervures saillantes et un cadre treillis visible aux seuls endroits où le carénage décolleté autorise le regard à se promener.

Prise en mains – première panne

particulièrement de problèmes. J’en rajoute un peu, mais tout s’est passé en douceur, et pour cause, elle était toute neuve, rutilante et impressionnante ! Donc, je jouais plutôt profil bas. Contact, DJJJJJJ, son de la pompe, BRRRR-BRRRRR et hop c’est parti le twin s’élance, tout doucement….J’ai eu le temps de faire Villejuif-Saint Cloud (pour frimer un peu au bureau) puis Saint Cloud Porte Maillot, là ….tout s’éteint. Je me dis « ah ces salauds ne m’ont pas mis beaucoup d’essence » donc direction la station BP en sous sol de la porte maillot. Résultat des courses après un plein…toujours rien ! Pas de demarreur ! J’essaie de la sortir de la station, et je me rends compte qu’elle n’est pas si légère que ça puisque mes belles petites chaussures à semelle de cuir glissent tranquillement sur le revêtement de la montée. J’abandonne et décide de téléphoner à Brooklands. Un peu furieux. Bref, ils m’expliquent comment regarder les fusibles (mais j’étais toujours aussi furieux qu’ils me fassent faire une partie de mécanique en costard dans une station service sur une moto qui affichait bravement….27kms au compteur !). Le problème est trouvé, c’est le fusible principal qui est complètement cramé. Du coup, je suis parti en mendier un au Ducati Store de la grande armée (cela m’a conforté dans l’idée que leur vendeur est vraiment quelqu’un de foncièrement antipathique).


Après ce petit épisode (qui n’était du qu’à une cosse de batterie mal serrée –merci Brooklands-) le rodage s’est passé sans problèmes. Cependant, sur une ducati, on ne rode pas que la moto mais aussi et surtout le bonhomme qui passe de conducteur de moto à pilote ! Et oui, au bout d’une semaine j’avais continuellement mal au cou et aux avants bras, la position est fatigante, particulièrement pour les trajets urbains à basse vitesse. Au bout de deux semaines, je n’avais plus mal était complètement habitué….A moi les joies du desmo !

Le début de la passion

Le rodage étant terminé (du moins officiel) j’allais pouvoir augmenter progressivement le rythme, je sentais que le moteur ne demandait que ça….que je tourne la poignée. M

ême avec les boites de conserve d’origine, le son est particulièrement flatteur. A partir de 4000 tours, ça grogne….et au retrogradage, quel plaisir !

Cependant, je me suis trouvé des pots d’occase, des Imola, alu. Apres réparation avec mon pote « Le Glaude » (contre une bouteille de blanc, excellent ma foi !) je les ai posé ! Un jeudi soir ! Je m’en souviens encore. Contact….VVVLLOOOMMMMMMM ! La terre a tremblé ! Un missile Patriot venait de s’écraser sur la barre HLM du coin ! Le Vesuve explose ! Les volcans d’auvergne se réveillent ! Non ! C’est le twin et toute la passion italienne qui donne de la voix ! Un monstre ! Une autre moto ! Quelles montées en régime, quels retrogradages de folie me suis je fait en rentrant sur Paris ! Wabroooo waaabrrrroooooo….tel un Guido Brasletti, j’enquillais sous les tunnels des quais de Seine en glissant entre les voitures effrayées.

Le quotidien, déplacements urbains

Pénible en hiver car très très très longue à chauffer (environ 15 kms), acceptable au printemps, c’est plutôt sympa de se balader dans Paris avec une belle moto comme celle ci, et fournaise en été, le moteur chauffe à mort au feu (forcement, il est refroidi par air), en général, je l’éteignais tant que c’était rouge.

Coté aspects pratiques : grande place sous la selle, et possibilité de bourrer les flancs avec plein de trucs (comme une bombe de graisse par exemple). Duo : pas si mal. La selle est longue (mais ferme) et les poses pieds assez bas. De plus il y a une poignée plutôt bien foutue.

Pb : les automobilistes détestent quand une moto fait trembler leurs vitres au feu ;-)) !

L’autoroute

En démultiplication d’origine, ça va à peu près mais ce n’est pas son terrain de jeu. La protection est bonne seulement si on s’écrase derrière la bulle. En demul d’origine (15x40) elle prenait environ 230-235 mais c’était assez laborieux à partir de 210…En demul raccourcie (15x40), je rupte à 230 (surprenant la premiere fois) et les reprises sont bien meilleures qu’avec l’origine. Cependant elle consomme nettement plus car le moteur tourne plus vite…évidemment. Petite précision quant à la vitesse : à l’epoque (c’est un peu moins vrai maintenant) Ducati faisait des compteurs exacts. Expérience vécue : je double un pote à environ 210, lui sur sa bandit était à ….230 ! Donc un 235 compteur Ducat équivalait environ à 250 sur une suz. Paris – Aber Wrach’ (nord de brest) : 670 kms couverts en 3h50. Pas mal pour un « twin poussif » !

Les petites routes – l’arsouille

A la première sortie sur petite route (dans la vallée de Chevreuse), ça a bien failli être la fin….je m’explique : tranquillement à 80 sur une départementale humide, je vois débouler d’un fourré une forme marron très grande, trop grande pour être un chasseur….UN CERF !!! Ni une, ni deux, j’ai tout balancé à gauche (heureusement pas de voiture), roulé un peu sur l’herbe, klaxonné et passé sous le menton dudit cerf ! Un vrai miracle que je sois encore là !

Ensuite, j’ai décidé de l’emmener un peu plus loin…vers La Roche Guyon…j’ai découvert son très bon comportement sur les routes viroleuses….une moto très saine, coupleuse à souhait, bonne freineuse. Mais, c’est à partir du moment où j’ai changé le train de pneus d’origine (des Michelin TW datant de Mathusalem) que la moto a été transfigurée.

Un vendredi de mai, je lui ai offert un train complet de Dunlop D207…et là, miracle…elle s’est transformée en moto d’attaque ! Un rail sur les grandes courbes, et d’une précision chirurgicale dans les petits enchaînements ! Le lendemain, je partais roder mes pneus dans le morvan avec une bande de ducatistis tous plus fous les uns que les autres ! Du coup, le rodage a été fait dans les règles de l’art : des virolos à gogo ! Quelle rail ! Une vraie moto de course !

Avant les vacances d’août et la traversée de la France, je lui ai fait faire sa grosse révision des 20 000 (et oui, déjà ! Le Morvan tous les week-ends, ça fait beaucoup de bornes au compteur !). Changement de plaquettes pour des F40 et changement de kit chaîne pour un 15x43. Encore une fois, je découvre une autre moto. A part m’être fait une frayeur en partant de chez LD Servizio, les plaquettes étaient neuves mais je pensais qu’il y avait tout de même un minimum de freins ! Ben non, rien ! Rien de rien du tout ! Du coup, je me suis retrouvé au milieu d’un carrefour, rouge comme une pivoine d’avoir bourriné sur le frein arrière (qui ne freine pas vraiment) pour m’arrêter ! Quel bleu alors !



Retour sur la moto et départ pour le sud. Sur l’autoroute, ça le fait encore moins qu’avant. Le moteur tourne trop vite et c’est assez pénible de rouler aux environs de 180. Soit en dessous, soit à fond. Du coup nos bonnes

résolutions se sont transformées en « à fond jusqu’à Auxerre » où nous rejoignions des petites routes plutôt sympathiques qui devaient nous emmener jusqu’à …Saint Remy de Provence ! Quelle épopée ! Parti à 5h30 de Versailles, puis 6h Porte d’Italie pour finir à 23h à Saint Remy !!!! Epuisant mais trop bon !

Bref, je redécouvrais ma moto sur les petites routes. Le moteur fonctionnait à merveille, prenait ses tours bien plus rapidement et la zone des mi-régimes (idéale pour les départementales) était des plus agréables.

Pendant cette traversée de la France, j’ai pu attaquer comme un sourd sur certaines portions bien revêtues (en particulier en Suisse, ainsi que dans les Cévennes) où, encore une fois, la partie cycle de la Ss m’a bluffé. D’une rigidité et d’une précision absolue. Il m’était même possible de prendre les freins sur l’angle (en douceur toutefois), ce qui m’a permis d’éviter le ravin dans la corniche des Cévennes…Les freins avec les plaquettes F40 se révèlent être nettement plus puissants. Surtout à grande vitesse. Aucun problème d’endurance (durits avia d’origine aidant !), même pendant les descentes de col, menées tambour battant !

Par contre, la conso a tout de même fait un bon avec cette nouvelle demul : de 230-240 bornes avant réserve avec l’origine (sur petites routes, bien menée sur le couple), elle est passée à environ 200…voire 165 au grand ballon d’alsace (mais là le rythme s’apparentait plus à de la course de côte : au rupteur tout le temps). Bref, je ne regrette pas, mais je ne m’y attendais tout de même pas !

En Septembre

J’ai acheté des disques de 996 (je trouvais le freinage toujours un peu light, oui oui, je suis mou du poignet !) d’occase mais en excellent état et des plaquettes Brembo M2 en synther. Gros changement : à froid, ça ne freine pas ou peu, à petite vitesse idem…par contre, dès qu’on franchit le seuil des 100kmh, le feeling et la puissance sont démoniaques ! A ce prix là, ça valait vraiment le coup, sinon je ne l’aurais pas fait.

Par la suite, j’ai eu l’occasion d’essayer un filtre à air K&N en mousse avec la boite à air ouverte. Il s’agit d’une des meilleures modifs à faire sur la moto avec les pots d’échappements. Elle est plus souple et en même temps, prend rapidement tous ses tours, grogne encore plus au retrogradage, bref, génial !!!

Un pote en 900SS (celui qui m’avait prêté la boite à air) a fait usiner son volant moteur. De 2k8, il est passé à 2kg2…et déjà, une sensation de brutalité est apparue, elle prend ses tours comme une furie. Pourtant, en achetant un volant moteur allégé (le double du prix de l’usinage), on divise le poids, cette fois, par quasi trois ! Je voulais faire la modif…mais, ayant essayé la 1000SS, une daytona, et approchant dangereusement des 30000 kms, je vais changer de moto.

Si je prends la 1000SS, il est certain que j’allégerai ce volant moteur. J’en ferais une bombe roulante. Déjà qu’elle est comme la 900 mais en plus puissante partout, avec quelques modifs, ce sera un taureau de combat !!!

A voir aussi...

Essais : 749 Dark
Essais : 999
Essais : 900 SS
Essais : 996
Galeries : Ducati 900 SSie Panya
  

Commentaires

 
Noter l'article (97 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ