Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
Duke II
KTM : 2005

(par Superman le 22/04/2011)

liens & avis

Numéro 13

Si je vous dis Numéro 13, ça vous fait penser à quoi? La bonnasse de Docteur House? Un porte bonheur? Eh bien mon numéro 13 à moi c'est cette petite Duke II qui a croisé mon chemin à l'automne 2009.
Mais diantre ! Pourquoi donc avoir acheté cette moto à peine quelques mois après avoir revendu ma 690 SM? Eh bien le fait est que cette dernière m'avait régalé par sa facilité de conduite, son confort, sa consommation de canari et son caractère joueur mais certains points me laissaient sur ma faim, tels que le train avant flou, le moteur creux à mi-régimes et sa gueule particulière pour ne pas dire presque moche.
Et pour etre franc, le fait de faire des temps minables en rallye à son guidon ne plaidait pas en sa faveur.
J'ai donc revendu la 690 canardose.
Las, ma besogneuse 636 Kawa et son petit 4 pattes pointu ne comblait pas toutes mes attentes motocyclistes, il fallait se rendre à l'évidence, j'étais en manque de senti de piston !
C'est donc en fin d'année que ma quete à débuté, à la recherche d'un truc pas cher, un peu confortable pour mes petites routes ardéchoises pourries que j'aime, suffisamment sportif pour choper du lapin de passage à la demande et avec un moteur qui pète et qui ronfle comme seuls les gromonos savent le faire !

la guêpe

Mon choix s'est donc vite limité à la 660 SMC ou sa soeurette la Duke II, cette dernière étant un poil plus civilisée et plus adaptée à mon budget.
Au fait ça donne quoi une Duke II sur le papier? 55cv...pas mal pour un mono mais 8 de moins que ma précédente 690SM, 152kgs à sec...un peu lourdingue pour etre qualifié de vrai supermot' mais ça représente quand même une bonne quarantaine de kgs de moins qu'un roadster moyen, soit le poids d'une passagère pas trop accro au nutella.
Et voila que cette petite guepe de 2005 se présente à moi avec ses deux gros guns akrapovics, le Y racing assorti et sa petite bouille presque indémodable, les premiers modèles étant sortis à l'identique en 1999.
Mais malgré sa conception datant du précédent millénaire (comme moi d'ailleurs), la Duke II fait toujours son petit effet et possède un potentiel sportif non négligeable.
Pour autant, certains détails bien vieillots montrent que le constructeur autrichien ne s'est pas foulé pour faire évoluer la bestiole au fil des ans : tableau de bord playskool avec les rouleaux mécaniques, compteur de vitesse à cable, décompresseur au guidon, robinet de réserve manuel, j'ai juste l'impression de me retrouver 20 ans en arrière sur ma 125 !! l'avantage c'est que je tomberai pas en panne à cause du multiplexage ou autre bidule électronique.
Cela dit, ça n'a guère d'importance au vu de mes critères.

snif snif...mais ça sent le...piston !!

Après un petit galop d'essai et une négociation rondement menée, la KTM est vite chargée dans le camion.
Check up complet chez mon concessionnaire KTM qui me règle le carbu, me vire l'anti pollution et m'installe les gicleurs qui vont bien afin de permettre au gros mono de bien respirer.
Passons aux choses sérieuses, elle est bien cette Duke ou bieng?
La position est hyper naturelle comme sur la plupart des supermotards, la selle confortable mais un poil trop molle.
Démarreur, on ouvre l'essence (!), on tire le starter, pas la peine de chercher le voyant de point mort, l'ampoule est grillée, comme toutes ses copines d'ailleurs...et feu ! Braaaaaap ! Wouhh jolie mélodie, un peu bruyant mais on ne se lasse pas de ce gros poum poum bien gras.
La guepe s'ébroue sur un filet de gaz et ne montre de la bonne volonté qu'a partir de 3000 tours, en dessous ça cogne un peu, et au dela, le gros piston assène ses coups de boutoir sans relâche, sans le moindre trou parasite dans l'accélération qui s'essoufle au dela de 8000 trs.
Certes, il ne s'agit pas d'une accélération de ZX10R full mais tout est dans la façon de s'exprimer, la duke son truc à elle c'est le caractère, le senti de piston, quand elle accélère c'est pour faire plaisir à son pilote, pas juste betement pour se faire attraper par les jumelles au bout de la ligne droite
C'est un peu comme un bucheron amateur de poésie cette moto ou encore un rugbyman qui collectionnerait les photos de fleurs (dédicace à lolo).

ouèle ouèle...

Et cette symbiose de la moto et son pilote ne s'arrete pas là, car la bougresse ne se contente pas de ravir les sens de son cavalier, elle l'initie meme aux plaisirs défendus, car oui mesdames et messieurs, cette moto est faite pour les wheelings !
Avec un moteur tout plein de couple, elle lève sans effort en 2 voire en 3 avec un peu d'aide, et une fois en l'air, une petite dose d'expérience suffira à l'y laisser, malgré le fait que le tete de fourche gene le champ de vision lorsqu'on se rapproche du point d'équilibre.
Premier point validé, reste à découvrir ses capacités dynamiques.
Avec des débattements de suspensions relativement faibles (140mm à l'avant et 170 à l'arrière contre 210mm devant/derrière pour la 690SM), on pouvait s'attendre à un comportement un peu sec pour le genre.
En réalité la Duke se révèle assez souple en suspensions sans pour autant se désunir un seul instant.
Et meme si elle manque de rigueur face à une 660SMC ou une Duke R, on se fait très vite à ce compromis sport/confort qui permet d'envoyer du gros sans se fatiguer.
Car c'est la le secret du genre supermotard, on roule vite, on s'amuse et à part des bleus aux fesses sur les longs parcours on ne fatigue jamais !
Autre avantage évident, son poids plume qui permet de resserrer les virages relativement facilement, je dis relativement car si vous montez sur une 570 FS en descendant de la Duke euhh...non en fait ne montez pas sur cette Husaberg, c'est mal ^^

AAAAAAAA......

Récapitulons, le moteur est plus agréable que celui de la 690, la partie cycle aussi confortable et facile tout en améliorant un poil le feeling de l'avant, le look est autrement plus élégant, voila plusieurs bonnes raisons qui font que je suis tombé amoureux de ma Duke.

Mais tout n'est pas rose pour autant, d'abord les carbus sont voraces et la moto consomme 2 à 3l de plus au 100km que la 690 injectée, ensuite il faut bien reconnaitre que si le moteur est un régal de sensations, il peine un peu passé 120km/h (ça reste un pauvre petit mono tout de même).
Et puis ce truc vibre tellement que ça se dévisse un peu à droite à gauche, le moteur transpire un peu l'huile par ci par la...

comme le dit cousin Pascal aka l'encyclopédé...ou pédie peut etre, rouler en supermot' c'est entrer en religion, on y découvre le plaisir des choses simples, rouler sans stress grace à la postion naturelle et peu contraignante, attaquer sans se fatigue, arsouiller sans se faire retirer son permis, que du tout bon...même Olive lui a découvert un énorme atout : on peut se bourrer sans abimer la moto ! (ou presque)

....men

Certes, il y a mieux pour traverser la France rapidement, un vulgaire 600 Fazer sera bien plus à son aise pour descendre de Paris à Nice, mais en disposant d'un peu de temps et d'une carte au 400 millième, on peut très bien se faire des itinéraires aux petits oignons en empruntant les routes blanches et vertes.
De la balade dans les pyrénées aux sessions de stunt en passant par une journée de piste à la Roche de Glun, la Duke II sait tout faire dès qu'il s'agit de faire le con, et c'est bien ça le plus drôle.

Si je devais lui trouver une remplaçante aujourd'hui, j'avoue avoir fortement craqué sur la Husaberg FS570, plus légère, plus pechue, plus rigide, encore plus marrante mais forcément moins polyvalente .
Une chose est sure, même si mon style de conduite typé piste s'accomode mieux d'un roadster ou d'une sportive à l'attaque, c'est toujours la petite KTM que j'ai envie de sortir à l'heure de la balade, et j'aurais bien du mal à me passer d'un petit supermot' dans le garage dorénavant !

  

Commentaires
 
Olive (22/04/2011)
Elle est nulle cette moto :-)

Macadam26 (23/04/2011)
et encore une très bonne lecture du soir ! une ! bien aimé "la passagère pas trop accro au nutella" ;) sinon pour avoir chevauché ton canari c'est une de ces bécanes tellement bien qu'on s'y fait en très peu de bornes... c'est comme ça que je reconnais un bon jouet !

JeanJean (27/04/2011)
A la lecture de ce sympathique CR, je me sens dans l'obligation de rétablir quelques vérités. Etant plutôt un mangeur de nutella (sans excès tout de même), je trouve l'amortissement trop léger. Il en résulte une moto assez floue, dont le moteur manque d'allonge. Ca doit être le bruit assourdissant qui détraque les neurones de l'ardécho. Pour ce qui est du 120 km/h, ma HP2 n'a visiblement pas le même étalonnage en bout de ligne droite, mais ca, c'est un détail. Je reste curieux d'essayer la 660SMC de Pascal, qui doit se trouver entre la Duke II et la Duke R. Cette dernière reste ma référence du genre à tous les niveaux (même si elle s'écarte un peu du registre).


 
Noter l'article (27 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ