Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye des Garrigues 2009
Saison 2009 du 12/03/2009 au 15/03/2009
1000 kms

(par Superman le 22/03/2009)

liens & avis

Jeudi 12 Mars

Lavérune, banlieue ouest de Montpellier, jeudi 12 Mars, les aiguilles de ma montre à cristaux liquides indiquent midi, le soleil est en mode full power et les ridicules deux heures de transport n’ont en rien entamé notre forme olympique.
La moto patiente sagement à l’arrière de la camionnette, attendant avec impatience l’heure de la promenade…et promenade il va y avoir ça c’est clair.
Le stade municipal est transformé en parc pilotes, et par conséquent en camping sauvage, bien que les douches chaudes à proximité n’appellent pas vraiment à utiliser ce qualificatif.
Rhaaaaaa, quel pied, il fait beau, je suis gravement en manque de moto et je retrouve tout mon ptit monde du rallye ! tiens les potes du puy en velay, je stoppe la camionnette histoire de leur serrer la pogne :
- salut les gars ça roule ?
- bah, t’es pas au courant, le rallye est ptet annulé…
- ah, euhh non, qu’est ce qui se passe donc ?
- bah y a un gars du CMPN qui s’est tué en reco cette nuit




oups, comme plombage d’ambiance on fait pas mieux.
Je retrouve tout de même mes potes Maxime, le livreur de pizza le plus rapide de l’ouest et Florian son acolyte qui débarquent juste de leur Opel Combo racing (enfin les autocollants sont racing tout du moins) après avoir traversé la France depuis le petit matin.
Bavardage, changement de programme en question (et si on allait aux journées libres lédenon, si on allait se balader dans la région), bref on se cherche un plan B au cas ou le rallye serait annulé, certains nous préviennent d’ores et déjà que la spéciale 1 est rapide, super bosselée et donc super dangereuse. (ouais, entre nous c’est un peu le cas de toutes les spéciales mais celle-ci semble particulièrement vicelarde)
On motive les troupes et nous voici partis faire quelques recos avec Thomas Garcin, un bon client venu de Corse.

Le soleil, la température printanière, 3 supermots autrichiens et un roadster rital en balade…ça a pas mis trop longtemps à partir en cacahouète, premier feu tout le monde en wheeling, et à chaque stop même tarif, oulala que c’est bon tout ça après un hiver de privation du aux températures sibériennes !



Nous voici arrivés à la première spéciale, nous sommes seuls, situation étrange étant donné la fréquentation habituelle.
Une montée, 2 montées, on garde pas mal de marge dans les virages aveugles étant donné ce qui est arrivé à Philippe Rousselin qui a percuté une voiture à la sortie de l’avant dernier gauche de cette spéciale, accident qui parait tout de même très limite car la voiture en question circulait à priori feux éteints en pleine nuit…
Mes 3 gaziers commencent à tartiner sérieusement et j’avoue avoir eu bien du mal à les suivre par moments, qu’a cela ne tienne, je pique la 950SM de Maxime pour un ptit essai express.
Le réservoir semble énorme en descendant de la 690 mais le poids se fait assez rapidement oublier grace à l’équilibre général de la machine assez bluffant.
Le frein avant est diabolique, j’ai eu du mal à m’habituer à son mordant bien que descendant d’une machine plutôt bien équipée sur ce plan.
Le moteur envoie nettement plus que celui de mon petit mono mais manque de palpitation, le senti de piston s’avère assez décevant et finalement je m’amuse plus sur la petite, plus accessible, et plus marrante avec son « poum poum » attachant.
La spéciale est finalement bien plus marrante que ce que nous nous étions imaginé, les virages étant plus prononcés que prévu et les bosses cassantes gommées à merveille par nos suspensions à grands débattements, c’est cool j’ai finalement de quoi me battre face aux top sports bourrés de chevaux.




Direction la spéciale 2, nous y retrouvons quelques concurrents, dont une flopée de 690SM et SMC, quasiment toutes conduites par des corses.
Excité comme une puce à l’idée de rouler sur cette spéciale sinueuse à souhait derrière de jolis lapins en 690, j’enquille direct derrière celle de Maxime Oliveiri, gaaaaaz !
Bon alors hop grand droite super rapide, tite bosse piégeuse, gauche serrée, oulala mais c’est quoi cet angle de taré qu’il nous prend l’ami corse ?
Pffff…va falloir cravacher pour suivre le mouvement mon vieux Ben, ça tartine sévère !
Droite rapide, gaz en grand, ah un gauche même pas peur j’écrase tout devant derrièèèèèèèèère merdmerdmerde, pourquoi la roue arrière part dans tout les sens comme çaaaaaaaa bon allez plan B on tire tout droit, ça a l’air confortable ce petit fossé, hop hop, mes talents d’enduriste me sortent de ce mauvais pas, je me pose tranquillou dans le fossé…ça commence bien.
Anthony, le 2° corse qui suivait s’arrete pour voir si tout va bien, je repars derrière toujours bien motivé.
Pfff…lui aussi il envoie du gros ma parole, z’ont des cours de supermot’ au lycée la bas ou quoi ?
A peine le temps de remettre un peu de rythme qu’un 2° gauche serré me saute à la gueule et une nouvelle fois je me retrouve roue arrière bloquée à jardiner dans le fossé…y a pas à dire ça sert d’avoir de grande suspensions quand même.
Petite discussion avec mes amis corses à l’arrivée qui me mettent gentiment en garde
- eh, y a deux gauches serrés, faut faire gaffe
- ok ok c’est bien ce qu’y me semblait aussi… !



encore 2/3 montées rapides rapides, certains virages commencent à rentrer mais le revêtement de la route m’intrigue, pas moyen de savoir si y a de la gravette ou pas dans certains virages, je décide donc de parcourir une partie de la portion à pieds avec Max et Flo.
A la bosse du pont, je décide d’étudier savamment la trajectoire, étant donné que sur une petite portion du pont la bosse est vraiment bien plus petite, j’opte pour cette trajectoire là.
On profite de cette petite pause pour faire connaissance avec mes nouveaux collègues en 690 et ça nous permet également d’observer la concurrence, dont certains au style tout en glisse comme Ludo, un autre insulaire plutôt rapide et son papa en t-shirt sur son 600XR.
Une frele jeune fille en 250 Tricker vient alors nous accoster
- dites voir, faudrait dire à vos collègues que c’est pas un circuit ici
- bah euh…c'est-à-dire que…y va y avoir une course ici et c’est un peu là le parcours en fait
- quoi, ben vos collègues ils sont en plein dedans, la course on dirait !
- euhhh, ouais c’est possible !
- bon j’ai compris quoique je vous dise ça sert à rien quoi ?
désemparée par nos sourires charmeurs, la demoiselle désabusée reprend la route au guidon de son fier destrier,
pleine voie de gauche(… !)
bon retour aux affaires, je reprends ma mob et décide de montrer à mes acolytes comment on passe la bosse du pont !



alors gaz gaz gaz dans le grand droit, on passe bien à droite du pont pour éviter la bosse et on saute sur les freins…on va la faire vite…ça passait c’était beau ! roue arrière qui balaye la route, tout droit et trajectoire qui finit dans le bas coté, je crois que la démonstration a été concluante vu que tous mes potes sont morts de rire !
Retour sur le parc pilotes, nous apprenons que la spéciale 1 est annulée, que les recos sont désormais interdites mais que la course est maintenue, ouf !
Du coup pas de stress pour aller reconnaitre à la nuit tombée, c’est quartier libre !
La soirée finira à la brasserie du coin, un gros guet apens en fait…déjà en apercevant « le professeur » Patrick Curtat et mon nouvel ami POM, j’aurais du me douter que je finirais pas la soirée sans voir double…et comme prévu, après un bon paquet de tournées « c’est la mienne, la tienne, la sienne, la notre… », je retrouve courageusement le chemin de ma tente sur les coups des 2h du mat’, pendant que les autres continuent à bringuer.

Vendredi 13 Mars

Journée porte malheur ou porte bonheur selon les préférences, en ce qui me concernent c’est ma journée « mal de tronche ».
Heureusement les renforts arrivent sur le campement et Catherine, la maman de Max me dépanne d’une aspirine avant de repartir en recos pour le routier.
14h, j’arrive enfin à faire décoller Max et Flo pour découvrir les routes du coin, direction le parcours de la partie jour.
Le rythme est plus calme que la veille mais c’était sans compter une superbe portion de route après le pont du diable, une mini route de 21km sans croisement, sans voiture et avec plein de graviers surtout.
C’est beau, c’est la nature, ça tourne, on kiffe grave.
Je pars tranquillou devant mais bien vite la route se révèle parfaitement taillée pour rouler en supermot’, et le rythme augmente tout seul, puis je suis rejoint par les 2 zouaves et Flo décide de nous filmer dans une montée bien propre.
Malgré un gauche pas super bien négocié ou je manque de faire un gros mimi au muret (coup de bol la vidéo a foiré), on se régale encore et encore.
16h, contrôles administratifs, j’hérite du numéro « 1 » vu que les demoiselles de l’orga ont oublié quelques zéros dans ma pochette, mais à vrai dire en plaque blanche ça fait pas super crédible.
Contrôles techniques, tout va bien, les akras sortent à peine 89Db pour 92 autorisés.

Samedi 14 Mars

Le grand jour, je me réveille en pleine forme et le temps est toujours hallucinant, y a pas à dire la vie est belle dans le sud.
Notre champion de France en titre Serge Nuques se présente au départ fier comme un coq au guidon de sa rutilante 125 DTMX, avec pour seul but celui de nous faire marrer et d’enfumer quelques grosses cylindrées au passage.
J’avoue m’être demandé ce que pouvaient penser les spectateurs du niveau de la discipline du rallye en voyant une 125 DTMX vieille de 20 ans partir à la première place ( !!).
Julien T. (parait qu’il faut pas divulguer son nom vu la fessée qu’il a pris par la DTMX) est également au guidon d’une 125, une Derbi flambant neuve…ah il est beau le top 3 au départ du rallye !
Pour ma part, départ du rallye à 11h environ, je rejoins POM et Mich au bout d’une quarantaine de km et nous enquillons sur la mini route à chèvres.
Surprenant, nous découvrons que la garrigue commence à prendre feu tandis que nous observons 3 ou 4 gars sur le bord de la route avec un pick up blanc n’ayant pas l’air plus paniqués que ça…je me suis demandé si c’était une opération de débroussaillage sur le coup mais ça avait quand même l’air craignos comme plan.
Le CH suivant est tranquille, les 15 minutes d’assistance sont transformés en 15 minutes de papotage avec mes poursuivants corses, histoire d’arriver au départ de la spéciale avec les pneus bien chauds.



Malgré la queue au départ de la spéciale, l’attente n’est pas trop longue et le moment est enfin venu de faire parler la poudre !
La roue avant sur la ligne de départ, le chrono qui s’égrène, le palpitant qui monte dans les tours, pas de doute, la grosse montée en pression du rallye, c’est maintenant !
Et feu c’est parti, méfiance dans les 2 premiers virages, faudrait pas que les pneus aient trop refroidis, le virage du pont est pris un poil trop prudemment, pas de tout droit au programme mais des sensations un peu en retrait…bof bof, je jette un œil distrait au chrono : 1’51’9, un chrono moyen qui me placera à la 26° position mais l’honneur est sauf, je reste devant POM.
A l’arrêt suivant vient le rituel du «et toi t’es monté en combien », l’occasion pour Maxime (le corse, pas l’angevin) de nous scotcher tous en annonçant tranquillement son 1’40…avec la même moto que moi donc aucune excuse !
La 2° boucle de jour est plus courte car il s’avérera que le feu dans la mini route n’était pas du tout prévu et l’organisation nous détourne par St Guilhem, une sacré bonne idée étant donnée la pure portion de route qu’elle offre, l’occasion d’une petite arsouille bien sympathique avec Mich Denozy et son 690SMC.
Je profiterai également de cette boucle pour tester le mono extra terrestre de POM, un 640CCM , à partie cycle anglaise et moteur japonais.
Le résultat s’avère fort efficace, avec une tendance à engager un peu plus que la KTM, un moteur moins pêchu mais volontaire, des commandes moins douces et des supensions très saines bien qu’ à mon gout un peu moins efficaces que celles de l’autrichienne, avec une légère tendance à « rebondir » sur les bosses, là ou la 690 revient plus rapidement à sa position d’origine.
Bref, une super bécane au look funky mais forcément moins efficace que la dernière génération de chez katoche.
Spéciale, 2° essai !
Cette fois je compte bien retrouver la vitesse que j’avais en reco, j’essaie tant bien que mal de laisser ma mémoire décider de ma vitesse d’entrée en courbe « mais si ça passe, rappelle toi après le gauche serré, c’est un grand droit rapide !!! », je mets plus d’angle, les pneus glissouillent c’est que le rythme doit aller un peu mieux, et à l’arrivée le chrono m’indique 1’50’0…pfff….ça lui aurait fait mal de me faire descendre sous les 50 à cette saleté de pendule ??



Bon, je me console en voyant mes 2 places gagnées qui finalement me donneront la 20° place au scratch de jour grâce au jeu des pénalités, avec à la clé mes 3 premiers points gagnés en catégorie « élite » (les 20 premiers du classement) et également une 2° place en catégorie Espoir, les « rookies » du rallye, classement que je vise secrètement…
Pour les autres ça s’annonce aussi super bien, Maxime Oliveiri scratche largement, Thomas se classe 2°, Max 3°, Flo 15° et POM 32°.
Le sketch de la journée est assuré par le gang des 125 « élites », à donf sur leurs mobs avec des temps pas si pourris, témoin le chrono de 2’08 de Sergeï le plaçant à la 90° place, devant quelques gros calibres du genre 950SMR ou R6, ‘reusement qu’il avait des pneus carrés et 10cv sinon y aurait pu avoir d’autres katoches derrière (gloups).

Bonus : vidéo d’un petit passage sur la spéciale de Murles

http://www.dailymotion.com/bourrassedusud/video/14584450



Départ pour la partie nuit, mon talon d’Achille…à croire que je suis pas équipé d’origine, j’ai carrément du mal à anticiper les virages malgré un nouveau système d’éclairage bien plus efficace car plus stable, plus haut et croisé au lieu d’écarté comme précédemment.
Mais bon, les virages me sautent à la figure et finalement on se retrouve avec POM, Mich et Cally sur son 450CRF (sans xénon ni additionnel !) et à plusieurs le routier se révèle plus facile pour anticiper les virages.
Je manque tout de même de me mettre au tas dans un virage gravillonné, car oui, la nuit tous les gravillons sont gris et on les voit pas des masses…

Premier passage en spéciale sans trop attendre, comme prévu je roule à vue et n’arrive toujours pas à faire confiance à ma mémoire, du coup je me retrouve à l’arrêt dans la dernière portion qui passe super fort…2’02, 8° de ma catégorie sachant que tous les tueurs sont derrière…ça craint !
A l’arrivée de la première boucle, POM vient me voir, tout joyce de m’avoir démonté de 5 secondes en une seule spéciale….Grrrrr m’en fous j’ai roulé plus vite que Sergeï de jour d’abord !!

La 2° se passe un peu mieux, je gagne 2 secondes en débranchant un peu le cerveau dans les passages rapides.
Ouf, 1h du mat’, le purgatoire est terminé, je découvre les classements avec pas mal de déception comme prévu, 35° au général alors que les autres se sont bien mieux tenus au classement : Maxime Oliveiri atomise toujours la concurrence avec un chrono hallucinant de 1’45 (5 secondes plus vite que mon temps de jour !), Manoel Delaval prend la 2° place suivi de Maxime et Thomas.
Flo et POM ont pour leur part très bien roulé avec les 15° et 26° places.



Après quelques bières bien méritées tout le monde file se pieuter bien crevé.
Repos bien mérité également pour nos supportrices de choc Catherine, Aude et Chloé qui ont bravé l’interdit (spéciale interdite aux spectateurs) et le froid nocturne pour nous encourager, ça fait toujours plaisir de les découvrir au détour d’un virage !

Le lendemain, remise des coupes, Thomas et Max rentrent chacun avec de bêeeeelles coupes et POM qui a tout compris embarque la boutanche de rouge de la 6° place en mono, quel ivrogne celui la alors !

Jolie surprise au classement du championnat, je termine le rallye à la 3° position du classement Espoir et 22° en catégorie Elite, sachant que mon objectif principal est de rentrer dans les 20 premiers afin d’arborer une jolie plaque jaune !!
Et magie du coup de bol, comme 2 des 21 concurrents devant moi ne viennent pas au rallye de la Sarthe, je rentre dans le sacro-saint top 20 en Elite ! Yipeeee ! vivement la Sarthe !

A voir aussi...

Galeries : Rallye de l'Ain 2009
Rallyes : Rallye de l'Ain 2009
Galeries : Rallye des Garrigues 2009
Galeries : Rallye de la Sarthe 2009
Rallyes : Rallye de la Sarthe 2009
  

Commentaires
 
Rico (23/03/2009)
Félicitations à toi pour ton entrée dans le Top 20, la classe !

Mido (28/03/2009)
youpiiiii

Anonyme (11/04/2009)
bravo pour tes plaques jaunes et un CR tjs au top. tu veux pas nous ajouter les cartes des spéciales pour qu'on ait une idée du parcours? (ou un lien vers l'orga s'ils ont)

Dimitri du 07 (21/12/2009)
Un peu moins de 3 mois pour se préparer pour l'édition 2010 (2ème), condition physique en particulier (reco en vélo...), en souhaitant une longue vie à ce nouveau rallye et au championnat des rallyes routiers en particulier...

Dimitri du 07 (26/02/2010)
Une 2ème édition interdite aux spectateurs en ES, ça laisse rêveur...heureusement il y a un marché du terroir (pour patienter la journée à Lavérune...). De mieux en mieux en 2010...

Dimitri du 07 (26/02/2010)
C'est une erreur de ma part...j'ai mal interpréter le réglement...Allez venz supporter Superman et les autres du côté de Lavérune, Murles... le 13 Mars...A+


 
Noter l'article (42 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ