Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
Aprilia RS660
Autre : 2021

(par Superman le 21/11/2021)

liens & avis
La marque Aprilia ayant récemment réouvert une concession sur l'agglomération valentinoise, je profite d'un presque beau samedi après midi de novembre pour aller tester le nouveau jouet de la marque : la Tuono 660.

Lancée sur le marché ultra concurrentiel des roadsters mid size, la 660 se démarque déja par son placement à mi-chemin entre les roadsters faciles et pas chers genre MT-07 et les tueurs de la catégorie nommés Street RS et Duke R.
Du coup, positionnement idéal ou improbable cette Tuono?

En tant qu'ex propriétaire d'une MT-07 (que j'ai adoré soi dit en passant) et actuel d'une Street RS, la 660 excite ma curiosité et se présente comme un excellent compromis.

Me voici donc chez le sympathique concessionnaire Giraud, prêt à découvrir la moto en compagnie de Bernard et sa flambante Duke 890 R en rodage.



Commençons par la présentation de la moto : twin parallèle de 660cm3 avec un calage calqué sur la MT (270°) délivrant 95cv pour un poids tous pleins faits de 183kgs.
La moto est vendue 10550€ hors option, sachant que certaines sont bien utiles : centrale électronique permettant une gestion plus fine ou shifter up/down par exemple.

Esthétiquement la Tuono respire la sportivité mais manque de classe, la selle rouge et la bulle noire font un peu tuning, la finition est plutot moyenne (gaines et durites tenues à grand renfort de rilsans), le badge APRILIA sur le té de fourche semble décoloré par le soleil et le carénage avant semble tout vide, on dirait qu'ul manque quelque chose.

En terme de prise en mains, le guidon est large et plat et la selle très accessible, je pense que les plus d'1m80 seront un peu à l'étroit dessus.

3 modes de conduite s'offrent à moi : Commute pour la ville avec assistances au max et moteur tout doux, Dynamic ou les aides sont réduites et le moteur plus vif et enfin Individual que l'on peut régler à sa guise, reglé par la concession avec tout sur OFF, j'aime l'esprit :).



je pars en Commute pour la faire chauffer mais très vite je passe au cran supérieur trouvant le moteur trop mou à mi régimes.
Pas de bol, c'est pas bien mieux en mode dynamique !
Pourtant le moteur a une sonorité sympa, relance avec souplesse dès 2500 tours mais pédale dans la choucroute jusqu'à l'arrivée de la puissance c'est à dire à 8000 tours !
a partir de ce régime, le bruit devient métallique et la poussée devient franche et efficace.
Alors certes, ce moteur a de l'allonge et se montre apte à l'arsouille sauvage mais il faudrait qu'Aprilia installe une petite appli sur le tableau de bord pour nous divertir entre 4 et 8000 parce que disons le, on se fait bien chier en attendant que ça arrive.

Bon du coup pour m'occuper un peu en attendant les virages, je passe en mode Individual et teste un peu les wheelings, ça lève en 1, en 2 avec un bon coup d'embrayage mais en 3 ça semble compliqué.
Le frein avant est puissant même si le feeling est un peu moyen au levier, quant à l'arrière, on sent peu son action mais en débranchant l'ABS et en appuyant les freinages la roue arrière bloque très facilement.

Le confort de selle est plutôt correct, les suspensions ni sèches ni molles, il me tarde maintenant de tester l'engin sur des vraies routes.



Et ça tombe bien car nous voici bifurquant sur une chevrette dont l'Ardèche a le secret : la route de Ladreyt de Gouyet entre la D86 et Saint Romain de Lerps (et sans prononcer le PS à la fin svp les touristes).

Mode de conduite sur Dynamique, pas envie de faire le malin avec une température de 7°C, et c'est parti pour le manège.
La route étroite et bosselée mais sèche m'inspire et je passe direct en mode goret-dynamique, la moto est vive, facile à placer et le moteur très rigolo tant qu'on est sur les premiers rapports et que les relances sont courtes.
Très honnêtement je m'amuse vraiment et commence à augmenter le rythme jusqu'à ce que la fourche rende les armes en rebondissant dans tous les sens, arf dommage c'est pas du ready to rallye et il faudra se pencher sur les suspensions pour espérer faire un chrono sans se faire un arbre :).

Saint Romain de Lerps, on passe au dessus des nuages ou nous attend un beau soleil qui nous accompagnera jusqu'en haut de la cote du pin, ma route fétiche.



Ici terminé les bosses on passe sur du très sinueux mais version lisse et large, idéal pour prendre de l'angle et faire des exters aux Dacias qui se trainent en file indienne.

Alors alors?? malheureusement pas de miracle, même si le moteur s'est révélé vraiment fun en tirant les rapports au dessus de 8000, les suspensions sont vraiment limitantes et n'inspirent pas suffisamment confiance pour la jeter sur l'angle, ça gigote, ça se cale pas donc on y va avec prudence et on perd en rythme.
pourtant Ducati et sa nouvelle Monster avait réussi à trouver des éléments non réglables mais bien plus efficaces, qui n'avaient montré leurs faiblesses que sur les bosses et à un rythme légèrement exagéré.

Voila, les plus perspicaces auront sans doute deviné que ça ne sera pas ma prochaine moto, mais pour autant je ne me suis pas ennuyé et elle mériterait une petite prépa avec suspensions et démul raccourcie pour en faire un jouet rigolo et efficace.
Mais ça n'en fait pas pour autant une vraie rivale de la Duke R ou de la Street, plus abouties et plus coupleuses.

  

Commentaires

 
Noter l'article (47 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ