Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye du Dourdou 2016
Préparation du 14/07/2016 au 16/07/2016
500 kms

(par Superman le 21/07/2016)

liens & avis
Pèlerin prends ton bâton et en avant pour la baston !

Jeudi 14 Juillet 07h

Départ à la fraiche pour éviter les bouchons sur l’A7, la Clio est chargée comme une bétaillère et la remorque bien accrochée.

4h plus tard nous voici arrivés au camping de Villecomtal ou nous rejoignons la “Dream team” pour notre pélerinage annuel, car pour ceux qui ne suivent pas, le Rallye du Dourdou c’est sacré : paysages magnifiques, routes au top, ambiance de feu et au milieu coule une jolie petite rivière nommée...Dourdou !

Assez parlé culture, comment se présente cette édition 2016 ?

Le rallye comporte 2 spéciales : Rodelle et Le Loyre que nous parcourerons chacune 2 fois de nuit et 4 fois de jour soit 12 spéciales au total.

- Rodelle : faite en 2015, je connais et j’adore, on peut mettre de l’angle et les petits moteurs ne sont pas désavantagés.
- Le Loyre : la première moitié est connue puisqu’elle est commune à une spéciale de 2014 (Mouret) et la 2eme moitié est une succession d’enfilades rapides qu’il me tarde de découvrir.

Mais d’abord c’est l’heure des retrouvailles avec les potes et cette année c’est plus une bande c’est une tribu ! la bande à Zézette s’est enrichie de nouveaux pilotes et de nouveaux potes bref ça va pas être triste on est une dizaine de pilotes et plein de potes de potes de potes bref on a plein de trucs à se dire mais c’est l’heure d’aller au boulot, recos !
Petite nouveauté cette année, les recos sont interdites en moto donc on prend la Clio mazout de course direction Rodelle en compagnie de l’illustre Satanas.
5 passages suffiront pour se la remettre en tête, en route pour Le Loyre pour découvrir la seconde moitié, eh ben c’est sacrément bosselé mais facile à retenir, reste qu’il va falloir les avoir bien accrochées pour ne pas trop couper dans les entrées en aveugle avec un bon mur de ferme pour t’accueillir si tu te loupes…

Retour au camp, atelier roadbook, bricolage et apéro puis on repart pour une petite session nocturne dans les spéciales en Clio avec Florian, Maxime et Yves pour prendre nos marques de nuit.
A propos des recos il faut bien l’admettre, cette interdiction de recos en moto enlève une bonne part de stress, je pense que ceux qui ont connu les recos de nuit avec 80 pilotes en meme temps dans la spéciale voient de quoi je parle… maintenant il est vrai que cette année je connaissais déja une spéciale et demi sur les deux donc les recos étaient moins nécessaires.

Vendredi 15 Juillet 08h

Au programme du jour : contrôles administratifs, changement des pneus et contrôles techniques.

Flo à son habitude commence sa prépa rallye le jour même (j’en attendais pas moins de lui) et installe donc les phares sur son chameau de convoi, une 1200 XTZ de 80000 bornes jaune canari.

Max peaufine sa Versys racing avec l’aide de Pierrot pendant que je me prends une bonne suée au soleil en montant les balles neuves sur la MT.

Le soir c’est briefing puis tout le monde se prépare pour la nouveauté de l’année, le prologue.
Il s’agit là d’une petite boucle de 30kms nous permettant de reconnaitre les spéciales un par un et sur route fermée, ça ne permet pas vraiment de prendre ses repères mais ça a le mérite de nous permettre d’appréhender les spéciales.

Le Loyre s’avère assez déconcertante, bien que la première partie soit connue on est proprement aveuglé par le soleil rasant dans certains virages, et la dernière partie ne me met pas à l’aise, j’ai du mal a rentrer fort dans les virages en aveugle sur le premier passage.
Heureusement Rodelle se charge de me remettre en confiance avec ses virages bien appuyés et son grip de fou qui permettent de se mettre dans le rythme.

La nuit, tous les graviers sont gris

De retour au camp, nous attendons une petite heure que la nuit tombe et à 22h17 c’est le départ pour la première boucle de 75kms, enfin on passe aux choses sérieuses.

Bien que la nuit ne soit pas mon élément de prédilection je me sens très bien sur la moto et j’ai envie de tartiner, c’est bon signe.
Rodelle sera ma première spéciale, je me sens bien mais je reste prudent dans le rapide, avec à l’arrivée un chrono de 2’09, ok on verra plus tard pour les classements, je fonce sur la deuxième spéciale dans laquelle je me fais moins peur qu’au passage de reconnaissance, verdict 2’05.
Fin de la première boucle, j’évite de demander les classements aux autres car je n’ai pas envie de me démoraliser, l’objectif c’est de faire le job en limitant la casse jusqu’au lendemain matin.
Départ de la deuxième boucle 20min plus tard, il est minuit passé et il commence à faire frais, j’espère qu’il n’y aura pas d’attente à la spéciale car les pneus vont refroidir très vite.

Bingo, une fois passé le CH de Rodelle une cinquantaine de motos attendent patiemment leur tour tandis que la course est neutralisée, on va donc partir pneus froids (et pilote aussi).

Du coup on papote, tout le monde sort sa clope et son smartphone pour mater les résultats, allez tant pis je me renseigne quand même, j’ai donc fait les 14eme et 13eme temps ce qui aurait pu etre pire, je suis presque satisfait (le presque c’est pour les 10s par spéciale que Max m’a mis ...)

Au bout d’un certain temps comme dirait Fernand Reynaud la spéciale est relancée, Velardi part puis Schiltz puis plus rien car ce dernier a perdu l’avant dans le premier virage (pneus froids + envie de scratcher = pas bon).
En meme temps Bruno jouait le titre de champion de France et son erreur est compréhensible surtout dans ce virage très sale, mais malheureusement pour lui le rallye se termine la, épaule froissée.

C’est reparti pour attendre le retour de l’ambulance, on commence à sérieusement se cailler mais heureusement l’organisation nous demande de passer la spéciale en mode routier donc sans chrono, et à l’arrivée au camping on nous annonce que l’étape de nuit est terminée, pas de deuxième boucle.
Tant mieux ! je prends le temps de préparer ma moto pour le lendemain (Pierrot et Gillou se chargent d’oter mes feux additionnels pendant que je change mon roadbook et que Thomas me remet de l’essence).
2h30 au lit, demain départ à 10h et des bananes.

Samedi 16 Juillet, 08h

J’attaque la journée en pleine forme malgré la nuit courte et fraîche et mes premiers tours de roue du matin sont un vrai bonheur, il fait beau, frais et ma Yam est décidément un régal à rouler.

Et pour ne rien gâcher un comité de poum-poum girls nous fait un show au départ du village !

On commence donc par Rodelle, je retrouve mes sensations en mode pistard et j’arrive au point stop avec un chrono de 2’01 qui s’affiche, le commissaire me félicite “joli chrono !” ah… ok merci, effectivement je me classe 10eme à 8s de Velardi (et 6 de max qui avionne comme un batard !!).
On refait un petit bout de routier qui s’avère etre identique à celui de l’étape nocturne, sauf que la on y voit quelque chose et les paysages sont juste à tomber (au sens figuré on est d’accord).
Le Loyre, ça passe plutôt bien, j’ai l’impression de pas me traîner sans prendre de risques, même les enfilades en aveugles commencent à s’apprivoiser, à l’arrivée un chrono de 1’57 qui me vaudra de nouveau les félicitations du jury (enfin le papa de Maxence en fait).

7eme temps à 6s de Velardi et encore à 4s de Max, c’est bon j’ai compris autant l’an passé j’arrivais à lui passer devant de jour autant cette année c’est mort, à moins de demander à Julien Toniutti de rouler à ma place.
Mais vu qu’il n’est pas la je fais le deuil de ma petite baston avec Max, aussi affûté que sa Versys.

Je n’en boude pas mon plaisir pour autant et je reviens au camping à l’issue de la première boucle pour 20min de sandwich - nettoyage visière - essence.

c'est l'histoire de Paf le sélecteur

Rodelle deuxième passage, je gagne 2s sur mon premier passage, les bottes commencent à frotter et je coupe un peu moins dans le rapide, j’ai droit à mon “bravo” à l’arrivée et mon chrono me donne le 8eme temps à 6s du scratch, autant dire que ma motivation se booste au fur et à mesure !

Au départ de la deuxième spéciale, c’est plus un couteau que j’ai entre les dents mais un sabre de pirate, je pars pour tomber mon chrono mais malheureusement le pilote qui me précédait est tombé et je me prends les drapeaux jaunes avec des commissaires qui me font ralentir pour éviter la moto couchée sur la route.

Une fois la moto passée je remets du gaz et même un peu trop car dans le dernier gauche je frotte le sélecteur qui casse et me passe au point mort ! j’accélère mais la moto fait juste vroum vroum, heureusement je peux passer la cellule en roue libre.
Dans l’histoire j’ai franchement limité la casse car je n’ai perdu que 2s sur mon précédent chrono tandis que celui qui était derrière moi en a perdu 20 !
Bref 18eme temps à 9s du premier.

Dans la boucle suivante je n’améliore pas mes chronos mais je reste dans le top 10 sans me mettre en danger, la chaleur commence à se faire sentir mais je suis quand meme décidé à faire baisser un peu les chronos sur la dernière boucle.

Entre 2 spéciales je roule pas mal avec mon pote Seb Collet sur sa duke r, à bon rythme mais en évitant les pièges tendus par la gendarmerie et le PSR c’est cool.



Plus qu’une dernière boucle à faire, avec un objectif un peu contradictoire : baisser mes chronos mais sans prendre de risques, y a un moment il va falloir faire un choix, et ce dilemme je vais le résoudre en débranchant le cerveau juste le temps des spéciales.
De toute façons je me sens bien donc feu patate !

Rodelle dernier passage, ça racle un peu au bout des bottes mais ça passe bien et la moto est vraiment saine, je gagne 1s et termine 9eme à 8s de la ducati corse.
Plus qu’une ! Le Loyre dernier passage c’est pas hyper propre mais ça me suffit pour décrocher les félicitations à l’arrivée avec le 7eme temps à 6s du scratch et 1s de mieux sur mon précédent passage.
Voila c’est fini je rentre tranquillou dans la roue de Seb, mon petit fan club (Aude et Gabriel) m’attend à l’entrée du parc fermé et il ne reste plus qu’à profiter de la soirée.
Une soirée qui vaut à elle seule le déplacement, entre la tablée de potes, l’apéro géant et l’aligot de Zezette c’est vraiment un de mes moments préférés du weekend lorsque la pression retombe et qu’il n’y a plus qu’a profiter !

Au niveau des résultats, ma 13ème place de nuit et ma 9eme place de jour me donnent la 9eme place au classement général et 2eme dans ma catégorie derrière l’intouchable Metimax.
Le rallye est remporté par le nouveau champion de France en titre Christophe Velardi suivi de Maxime et Laurent Filleton.

Debrief

Eh oui je vais pas vous laisser partir sans vous faire profiter de ma petite introspection.
Top 10, c’est génial, ça doit être le 3eme de rallye de ma petite carrière dans lequel j’y accède.

L’an passé j’étais 17eme avec la même moto et dans des conditions similaires, du coup je ne peux m’empecher de me poser certaines questions.

Je suis plus rapide? Bof pas tant que ça, sur la spéciale de Rodelle j’étais en moyenne 1s plus rapide sur mes passages mais mon meilleur temps reste identique, et si j’étais dans le coup plus rapidement c’est peut être aussi parce-que je la connaissais.

Les autres sont plus lents? Je suis plus proche de Velardi sur la plupart des chronos mais il était peut être un peu plus rapide quand il bataillait avec Julien que cette année ou il avait moins de pression.
Moins de candidats au top10? Aïe je crois que j’ai mis le doigt dessus…
L’an passé il y avait 4 corses rapides en supermots, Julien, Schiltz, Nimis, tous ceux la auraient certainement fini devant aussi cette année.

Du coup voila, je suis content de mon top 10 mais sans m’enflammer pour autant, il reste des secondes à aller chercher avant d’y être confortablement installé, mais j’ai vraiment pris du plaisir cette année, encore plus que l’an passé et c’est surtout ça que je vais retenir ! Vivement le Dourdou 2017 !!

  

Commentaires
 
Mido (22/07/2016)
Bravo encore Ben ! J'adore tes compte rendus dont la lecture nous embarque dans l'ambiance rallye, avec ses passions, ses inquiétudes, la rage de progresser, l'amitié entre motards, la fatigue, la joie et la détente.

Anonyme (22/07/2016)
bravo Ben, toujours un vrai plaisir de te voir, zut je rectifie, de vous voir :) un vrai bon moment de vie. bises à vous trois (quatre)

Anonyme (23/07/2016)

Pierre de Claire (23/07/2016)
Merci Ben de nous faire vivre et partager tes émotions Comme tu le sais je ne suis pas branche moto et néanmoins je me suis régalé à lire ton article On t imagine pleinement dans cette aventure Bises à toi et à ton fan-club A bientôt!


 
Noter l'article (32 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ