Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Balades  
La balade de la bicrave
Rhône-Alpes du 07/08/2010 au 09/08/2010
2000 kms

(par Grand'Boca le 19/08/2010)

liens & avis

Perspective : we cool

Ce samedi, nous avions prévu avec Lolo, que nous nommerons plus tard Judge Dredd, de nous retrouver entre 9h30 et 10h à Moulins Sud pour ensuite rejoindre dans le beaujolais, le rallyeman de Bourg Les Valence, Ben l’ardécho, histoire de lui montrer les trajectoires entre les graviers des spéciales du Dark Dog Moto Tour 2010. Les jours suivants devant se résumer à un petit roulage à la cool entre potes et une remontée pépère sur Paris.

Ca s’est presque passé comme ça…

Cas d’école

« Qui s’endort à 2,5g se réveille en retard et à 1,5g ». Voilà un proverbe du digne Lao Tseu que j’aurais du prendre en compte. Sauf qu’accoutumance aidant, je me disais « mais non Olive, t’es pas bourré, juste gai alors prends-en un petit dernier ;) ». Ouais, bien bourré de gaieté quand même. Résultat, le réveil-matin à 7h me sort, avec difficulté et grognements, d’un sommeil profond de quelques heures à peine, pour que j’aille m’enquiller les 315kms jusque Moulins. Pfffiou, ça va être dur, l’odeur de whisky (très bon au demeurant mais pas le lendemain, par pitié) m’accompagnera un bon bout de la journée.

315kms plus loin, je suis à la bourre de 30mn malgré le rythme déjà soutenu (vive l’A77). Petite parenthèse : décidément j’ai une chance folle avec les gendarmettes car celui qui était posté au bord de la route vers Nevers a loupé sa proie du jour : comme j’étais vraiment pressé, je doublais les chicanes roulantes à tire-larigot et cet âne en bleu, multa-laser au poing, n’avait sans doute pas prévu de voir débouler un motard dépassant un camping car de l’autre coté de la ligne continue à un bon 160 au lieu du 90 réglementaire. Il m’a fait coucou de la main (ou c’est comme ça que j’ai interprété ses signes de haut en bas) alors j’ai répondu d’une bonne accélération, huhuhu. Bien en retard, j’arrive au point de rendez vous où Lolo n’est pas car il m’attend dans le centre de Moulins. Merdrrrrre, malgré mes explications très claires, il mettra environ 35mn à faire les 3kms qui nous séparent et, vla la honte pour moi, les bandes de harleys et autre traine-teubs en sportives-replica que j’avais atomisé sur la route me rejoindront avant lui à la station (je t’en veux pour ça Loig, faut voir comment ils me regardaient, tout ça parce que j’avais joué avec eux au jeu du « j’te rase avec 100 bornes de mieux », hu hu hu !!).

Ce n’est pas le tout, il est 11h, on doit rejoindre Ben à 11h30 à Saint-Lager vers Villefranche sur Saône, autrement dit c’est mort. Pour assurer, je lui dis que ce sera plutôt 12h30…La route est à peu près droite sur le premier tiers du trajet, c’est aussi vite englouti que Pascal déguste une tartelette. Et là, 1° catastrophe, le coup de barre de l’apéro de la veille m’arrive en pleine face, je pique du nez en permanence. Les routes sont exactement comme je ne les aime pas : quelques virages entrecoupent des portions rapides, beaucoup de sous-bois nous cachent l’état du bitume. La dernière fois que c’était comme ça, je m’étais bourré (Forez). Et surtout il faut beaucoup de concentration, ce qui est impensable pour moi en ce moment. Résultat : 1h de retard au check point. Notre pécore nous attend et, curieusement, ne s’est pas lié d’amitié avec ses voisins de table (cf. plus loin). Par contre, il avait l’air content de pouvoir regarder la rediffusion de « l’amour est dans le pré » donc tout va bien.

Pendant que Lolo, pas encore Judge Dredd, et Ben mangent, je m’enfile quelques cafés histoire de me réveiller. Rien à faire pour les retours d’alcool, je dois avoir un reniflard quelque part au fond de la gorge et vaudrait mieux pas approcher un briquet trop près de ma bouche sinon je me transforme en bec-benzène. Je note tout de même que la tablée d’à coté aurait mérité une photo tellement ça sentait les locaux en goguette : j’ai l’impression qu’il n’y a pas que dans les vallées alpines que la reproduction en famille assure la pérennité du patrimoine :-).

Les zpézzialles

Spéciale moto tour 2010 n°5 : Saint-Lager. Description ardéchoise : « Ting, c’est étroit, y’a des virages où ça a bien raviné donc c’est couvert de terre et de cailloux, sans compter les aiguilles de pins qui glissent ». Eeeuuuhh, est-ce vraiment le bon moment de prendre autant de risques ? Comme on est du genre à chercher l’embrouille, on va quand même y aller. La description était tout à fait réaliste mais si j’avais du résumer, j’aurais juste dit que c’était merdique.

Du coup, on se tire jusqu’à l’autre spéciale dans l’Ain. Comme dirait Ben « je comprends pourquoi Gégé – ndr : local de l’étape - aime les moteurs qui poussent ». En fait c’est tout droit. On en profitera pour faire des tests de reprise entre les motos. Au final, la HP2 Sport du flic ressort quand même vainqueur dès qu’elle atteint sa zone de puissance. La ZX6 ne se débrouille pas si mal mais ça je le savais déjà vu sa couronne extra large. Et la Tuono est dans le même état de forme que son pilote (beuuuuuuuhhhh).

Passés Serrières (très beau mais pas le temps de visiter), les routes sympas commencent enfin. En plus ça tombe bien, un beau lapin local en bitza GSXR 1100/Speed triple veut nous montrer comment ils conduisent dans la région. Qu’est ce que cette meule toute pourave qu’il nous a sorti, le pécore ? On dirait un croisement entre un J9 et une Speed triple, jaune de surcroit. Il conduit comme une fiotte, la ZX6 lui renifle le pot d’échappement dès les premiers virages. Les oreilles sont coupées rapidement. C’était assez drôle car le gars ne s’attendant pas à se faire doubler nous a salués d’un beau geste d’énervement. Et ça, j’aime ! Ca veut dire qu’on a réussi la mission à 100%, gniark gniark.

La spéciale….aaaah, la spéciale…eh ben, elle a l’air….merdique ! Ahah, des graviers, des sous bois et des graviers. Pas de risques inutiles, repos au soleil pendant que Ben fait des allers-retours. Tant qu’on n’entend pas des KrrrrrKrrrrrr, ça veut dire que ça se passe bien, il nous régale avec ses « top départs » en wheel façon grouik-grouik. Les randonneurs et autres cyclistes ont l’air d’apprécier un peu moins. Pause bien méritée, pilote comme ZX6R transpirent abondamment. Tellement que ça vient même du radiateur de la kawa. Ca y’est, la loi est là, le judge dredd était prêt à dégainer sa souche pour non respect de l’environnement sauf que, règlement du rallye routier à l’appui, preuve est apportée qu’il ne s’agit que d’eau et non de liquide de refroidissement, ce dernier étant interdit en compétition.

Pour rentrer à Valence, nous allons enfin pouvoir nous faire plaisir, notamment sur la très belle route menant de Novacelles à Chambery (j’te jure, c’est un raccourci) puis dans la montée du col du Granier où la petite dame du resto/bar m’offrira sa tablette de Nurofen (désolé pour le lapin en Gex les gars, la machine à cartes était en panne). Rythme pépère jusqu’à la maison des motos, la ZX6R vomissant son eau à chaque virage à droite et, parait-il qu’elle sentait le moteur chaud (!!). Pour une fois, nous admirons les paysages, Chartreuse d’abord puis face nord du Vercors. Trop beau. Bonne surprise, je ne dormirai pas ce soir dans la chambre du Judge Dredd, ou « la valve » pendant la nuit.

Sécurité avant tout

Quelle chance que le radiateur de la kawa ait lâché, Ben est obligé de prendre la Duke et je m’empresse de lui proposer les services de la Tuono, plus proche de ce dont il a besoin en rallye. J’ai bien compris qu’il voulait faire chauffer les pneus de la KTM entre Valence et Chabeuil, wheel à chaque sortie de rond point en attendant d’arriver au col des Limouches. Yaarrgllaaaa, vla la route de balle où nous nous arsouillons proprement (ie. comme des gros sales) jusqu’en haut entre Tuono et Duke. C'est du tout bon, ça reveille un peu comme une douche de jus de pamplemousse glacé un lendemain de cuite. Judge Dredd arrive en retard sur sa meule qui vaut 4 fois le prix des nôtres réunies et commence à nous sortir une histoire de vibrations qui l’auraient gêné. Dis-donc, Dredd, y’a pas que les HP2 que vous avez en commun avec Jeanjean, y’a aussi les excuses en bois.

La suite c’est du tout bon jusqu’à Crest où Ben tente de réchauffer les relations franco-allemandes. Oui, je suis d’accord avec toi, la diplomatie c’est aussi mettre des coups de poings sinon on se fait marcher dessus. Contexte : notre hôte toujours accueillant avait décidé d’aller chercher pain frais et croissants ce matin là, il a du faire le tour des boulangeries de la ville pour en trouver (ah, décidément la cambrousse c’est vraiment la mort coté services) et s’est fait bouchonner plusieurs kms par un allemand en vacances qu’il ne pouvait pas doubler (une AX étant physiquement plus large qu’une Duke). Bien énervé, voici ce qu’il nous a déclaré : « aujourd’hui, pas de pitié pour les allemands » (ndr : on parle là de l’Allemagne élargie, c'est-à-dire la Hollande ainsi que toutes les plaques non immatriculées 26 ou 07). Station de Crest, encore des touristes étrangers (allemands ou hollandais, vus d’ici c’est pareil ils se trainent avec une caravane au cul) qui ont du mal avec les stations 24/24. Ca y’est, il bouge sa chiotte, Duke-Nukem va se servir. Oui mais voilà un autre allemand arrive en voiture derrière lui et lui demande gentiment s’il peut se servir avant car ils roulent ensemble, avec la caravane. Faudrait qu’il revisite ses cours d’histoire celui-là, le Vercors tout proche, haut lieu de la résistance, a du inspirer notre ardéchois qui l’a renvoyé direct dans sa bagnole climatisée. Encore un qui va dire que nous ne sommes pas accueillants, ahahah.

Judge Dredd, le sauveur de ces dames

Les routes sont bonnes…mais pas que ! Passé Saou et en direction des Gorges de Trente Pas, nous profitons allégrement de la vue sur la rivière en contrebas et surtout des jolies baigneuses en monokini. Au détour d’un virage, une petite motarde semble en rade. Elle a l’air mignonne alors tout le monde saute sur les freins. Cette petite a vraiment eu de la chance de tomber sur nous et pas que nous tombions sur elle :-)). Tout d’abord, nous avons pu réparer sa moto et sans sortir les outils, c'est normal elle n'avait rien. Ensuite, avec Judge Dredd « la loi c’est moi », rien ne pouvait lui arriver, il veille au grain. Pourtant, il a bien failli sortir sa bûche, enfin sa souche je veux dire, la tenue de la demoiselle n’étant pas vraiment réglementaire : bottes, blousons, gants mais bermuda !! J’ai bien remarqué que son petit sourire malicieux et sa main aux fesses de Dredd (voir photo) ont fini de l’amadouer ; il rangera son attirail d’intervention. Elle a frisé les menottes et la correction dans la benne celle-là. ^^.

Elle est bien gentille (huhu) mais on a des bourres à se tirer, nous. Une bande de lapins apprivoisés est atomisée dans la montée du bien nommé col de la Sausse. Duke Nukem double en wheel pendant que je fais l’exter aux attardés qui, eux aussi, nous font des gestes de sympathie, gniark gniark j’adore ça. Dredd est encore en retard, sans doute émoustillé par sa rencontre avec la fille au bermuda. Col de Sainte Jalle, maintenant ça ne rigole plus, on s’arsouille à trois. Dredd est devant moi et me bouchonne allégrement (comment ça j’en rajoute ??), son tapis volant full ohlins lui permet de passer les bosses sans les sentir. C’est pas tout à fait vrai, on se fait secouer comme des pruniers, le guidon disant bonjour à chaque butée de direction lors des accélérations sur les bosses tandis que la selle nous met de belles fessées lors des phases de freinage. A Buis, tout le monde a bien mérité son Perrier rondelle pendant que les motos refroidissent un peu.

Alors, euh...on va pas prendre trop de risques avec les meules des autres...

Qui c’est qui va retrouver sa petite Duke adorée ? Hihihi, c’est moi. Ca tombe bien, le col de Fontaube qui va sur Brantes est bosselé comme il faut et comprend des enchainements de virages bien serrés où le poids plume de la KTM et ses suspensions souples vont faire merveille ; et ce n’est pas les canassons des autres brélons qui vont nous en parler, hein ma Duke chérie ? Enorme régalade. Un petit coup de vallée du Toulourenc, avec la falaise à droite je ne suis pas fan, trop de virages qui se serrent d’un coup mais sympa quand même. Enfin, nous nous retrouvons sur la route (très) étroite qui nous mène à la spéciale de Veaux. Ben caracole en tête sur ma Tuono et je me dis qu’il abuse un peu vu la configuration et la faible largeur de la route. Faudrait pas qu’il y ait une voiture en face au détour d’un virage.

Tiens, ce petit gauche avec un mur de 2 mètres qui coupe toute visibilité me parait dangereux à souhait et ARRRRRGGGHHHH un hollandais en Scenic au milieu de la route. Coup de guidon à droite, la meule commence à mordre le bas coté direct et je me détends pour tomber en souplesse….Bordel, c’est pas vrai, bâtard de batave ! En évitant l’imprudent je me suis jeté au fossé. Tout va bien, douleur au poignet gauche, pouce droit retourné et casque bien rayé. La KTM est l’avant en bas, planté dans un grillage. Les hollandais sont sous le choc et seront finalement assez cool une fois que je leur aurais fait garer proprement leur foutue caisse. Sont pas prêts d’oublier leurs vacances dans le Vaucluse ceux-là ! Comment je suis déçu, je me voyais déjà mettre une rouste au #11 des rallyes sur la spéciale à venir, au guidon de sa moto. Là je suis plutôt calmé et pour tout dire, j’ai eu vraiment peur. Le capot est passé très très près. Les contrevenants étrangers ne faisant pas partie des attributions de Judge Dredd, ces derniers en seront quitte pour une belle frayeur. Dommage qu’on n’ait pas pu les racketter comme nos fonctionnaires assermentés peuvent le faire.

C’est donc franchement diminué que je m’installe sur le bas coté de la spéciale, ça me rappelle de bons souvenirs (yo, Aude et Chloé, j’ai toujours pas crié, hein !) et Ben tente de venger sa Duke en prenant des risques sur ma Tuono après avoir affirmé à un de ses condisciples de rallye rencontré sur place « il me doit une chute » (culé, va ! ;-) ). Le gros flat « interceptor » est à l’aspi dans son style habituel de flic. Reste la dernière spéciale de Suzette, glissante, dangereuse et bosselée. Avec Dredd, nous optons pour le dégommage de rondelles dans le Perrier à Malaucène. A froid, mon poignet m’inquiète et j’aurai bien mal sur le chemin du retour, chaque bosse, chaque changement de vitesse me faisant faire la grimace voire pousser des glapissements sous le casque. Pas rancunier, Ben nous fera passer par du « roulant » histoire que je ne souffre pas trop.

L’arrivée à la maison de la moto à Bourg les Valence est épique. Aude : « alors ça s’est bien passé ? ». Puis, elle voit mon poignet un peu bandé par la hollandaise, le sang transpirant du pansement…. « Olive, t’as déconné ? T’as encore cassé ta moto »….Puis vision de la KTM un peu tordue et explication immédiate de Ben qui craignait le coup de rouleau à pâtisserie sur le crâne « t’inquiètes pas ma chérie, c’était le tout en une seule chute, il avait la Duke ». Gros yeux, toussa toussa, mais l’infirmière qui est en elle (non, je ne parle pas de « junior ») prend le dessus.

Et surtout soyez prudents

Le lendemain, c’est sur ces bonnes paroles qui nous ont bien fait rire que nous repartons à la capitale du monde, Dredd et moi-même. L’objectif est simple : se faire plaisir sur les routes cool puis aller le plus vite possible dès que le plat et les lignes droites commencent.

Petite côte du Pin, le revêtement ne me parait pas propice à l’attaque. Heureusement, la suite est beaucoup mieux, la portion Lamastre-Le Cheylard complètement resurfacée est une véritable tuerie. Et je ne parle pas du classique et fabuleux Le Cheylard-Saint Agrève. Les pneus ont pris cher et boulochent tout ce qu’ils peuvent, Lolo a le sourire jusqu’à ses oreilles de Champsaurien. Petit pétée de rondelle dans le Perrier à Bourg Argental puis échange des motos sur la très très belle route de Graix. Hélas la position « sport gentil » est encore trop radicale pour mes cervicales endolories par la chute de la veille. Au bout de quelques kms, je rends à Dredd ce qui appartient au juge et je reprends ma fidèle Tuono. Ce petit galop d’essai sur la HP2 sport m’a laissé entrevoir une moto très bien suspendue avec une mise sur l’angle complètement neutre donc plutôt rassurante ; il faut néanmoins fournir plus d’efforts que sur la Tuono pour la basculer d’un angle à l’autre. Coté moteur, cela semble un peu creux mais vu la configuration (route avec des virages serrés) je n’ai pas pu dépasser 7000trs en 2nde. A l’attaque, ça doit être assez bonnard.

Passés cette magnifique ville de Saint Etienne (c’est là où les corbeaux volent à l’envers ?) nous allons rapidement saisir un lapinou égaré sur une petite route du coté de La Talaudiere. Pas trop de saveur ce lapin, les oreilles sont arrachées d’un exter de sauvageon. La suite, la suite…ça commence à devenir lourdingue, il fait chaud, les routes sont de plus en plus nulles et on opte pour du rapide voire très rapide. L’autoroute nous tend les bras à Moulins, Loig enclenche le coyote et on va pouvoir remonter le temps. Passé Nevers, comme je le trouvais un peu timide sur les gazs, je m’amuse à le doubler à fond de six ce qui va nous permettre de tester les vitesses de pointe des motos sur environ 200kms. Finalement c’est cool l’autoroute. Le plus drôle dans l’affaire c’est que le coyote ne servait à rien puisque il n’y avait personne devant pour nous avertir de potentiels radars, mais ça, je ne le savais pas !!!

Au total, un sacré we bien rempli avec du gros roulage de bicraveurs. Deux motos dans les choux quand même. La conclusion qui s’impose à nous est que le retour nous saoule de plus en plus. Tout ça me conforte dans mon idée que, grosso modo, au nord de Saint Etienne il n’y a pas grand-chose pour se faire plaisir.

  

Commentaires
 
Ben (20/08/2010)
un p'tit gout de trop peu pour cette "balade" de la bicrave mais il faut un temps à tout : casser les motos, puis les réparer ^^ quand même quand je repense à cet allemand qui voulait me griller à la station il manquait pas de culot, le plus drôle était de bien lui montrer après avoir fait le plein que j'avais tout mon temps pour attendre les collègues ah ah ah!!! pis sinon plus ça va plus je me dis que la Tuono est une vraie meule de rallye, surtout maintenant qu'elle est toute rayée :D

Olive (20/08/2010)
Clair que ça a un gout de trop peu. Heureusement qu'on est partis comme des sauvages dès le col des Limouches sinon on aurait regretté !

La loi c'est moi (20/08/2010)
Je confirme, pur we ! La bicrave était dans notre tête et les casquettes à l'envers! Enfin c'était surtout la Duke qu'était à l'envers et qu'on a juste eu le temps de remettre sur ses pattes avant que Ben arrive....et effectivement à partir de là le super pilote essayeur que l'on connait alias Olive (2,5 kms d'essai de la HP2S et un article de 4 lignes digne de moto journal) a switché en mode "off" jusqu'à la fin du we...enfin jusqu'à la piste A77. Donc temps de roulage "on" entre le samedi 15h et le dimanche 15h. En résumé, Olive t'es fait pour les spéciales tres ourtes, pas pour l'endurance :-) Fais pas en sorte que j'parle mal devant ta mère, Vas-y j'vais le faire alors va niquer ta mère ! Promis next time je viens avec ma souche, et les bicraveurs et bicraveuses qui ne sont pas en tenues réglementaires ou bien qui n'usent pas correctement leurs pneus auront à faire à moi...surtout les bicraveuses!

La bicrave ! (20/08/2010)

Freres du champsor (20/08/2010)
Tjrs aussi bon !

Rectificateur (20/08/2010)
Bon JJ se plaint d'un débat peu animé et surtout du fait qu'on laisse sous entendre qu'Olive nous aurait bicravé tout le w-e...que neni, simplement étant donné son état psychologique due à ses stats de touché de bitume ces 3 dernieres années, il me semble normal de l'accompagner dans son retour au plus haut niveau :-) Et enfin et surtout, encore merci à Ben pour ses prêts de motos et voitures. Seul concessionaire chez qui tu peux emprunter sans caution, tu peux te bûcher, ramener la brèle et en plus te voir offrir une infirmerie à domicile (Aude) et un apéro / bbq en guise de récompense! Pour ceux qui veulent l'adresse, c'est pas loin, 600 km de Paris seulement.

Aude (20/08/2010)
Excellent Olive, comme d'hab!!!! Tu reviens quand tu veux, mais t'arrête d'abîmer nos véhicules!! ;-)

Mme Judge Dredd (20/08/2010)
Qn peut m'expliquer pourquoi M. Judge Dredd se fait toucher les fesses par Mlle Bermuda?

UFC_Uleashed (20/08/2010)
Du sang de la chique et du boyau !! Round one

Mlle Bermuda (20/08/2010)
Bonjour à vous tous! C'est moi Mlle Bermuda, en réalité je m'appelle Nadège, j'ai 21 ans et je viens de tomber par hasard sur le site en cherchant des itinéraires de balade dans le sud! J'ai enfin l'occasion de pouvoir vous remercier les garçons, vous avez été trop gentils avec moi sur le bord de la route, surtout le jeune et beau ténébreux (il se reconnaitra) qui a bien voulu m'ausculter...enfin ma moto je veux dire! Coucou aussi au bicraveur avec sa poubelle Albal italienne et au beau gendarme qui vous escortait. Bisous, Nadège.

Mr Short au gros bide (21/08/2010)
Ben et moi, pourquoi vous êtes pas venu m'aider, moi ? :'-(

Olive (23/08/2010)
Mme Dredd, cela s'appelle l'expression de la reconnaissance. :-)

Damien , pas le rappeur (23/08/2010)
trop bon la bicrave , Ben il me faut un court de traj et de depannage (avec nadege of course)


 
Noter l'article (32 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ