Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Balades  
Stage Rallye Rider School à Alès
Provence-Alpes-Côte d'Azur du 06/09/2007 au 07/09/2007
300 kms

(par Superman le 17/09/2007)

liens & avis
saloperie de verveine !

Le concours

Et voila, grâce a superXa et mes figurant(e)s d’exception, notre vidéo de l’été m’a permis d’accéder a la sélection finale du gagnant du concours MJ. A la clé, un engagement tous frais payés et moto comprise (une Hornet 600) au DarkDog MotoTour 2007, celui la même que je bave d’envie de faire depuis 2 ans…mais voila, l’inscription coûte un œil et la dayto n’est pas encore prête.

Une aubaine quoi ! Mais d’abord va falloir passer à la moulinette lors de ce stage spécifique rallye se déroulant sur la piste de rallye routier du pôle mécanique d’Alès (30).
Une toute nouvelle formule qui permet de profiter des conseils de pilotes d’exception : Wilfried Tallone alias « Sheila Grogazz » et Sergeï Nuques alias «CHEF OUI CHEF !». 2 jours de stage organisés par Patrick Bournisian alias « bon les gars vous avez pas fini de rouler comme des tarés ? », avec Laurent Cochet de MJ alias « j’me chie de sortir la Desmosedici parcequ’y a 3 gouttes de pluie dehors » et Matthias Lacombe a la camera alias « le fils caché d’Henri Guybet ».

Ces 5 protagonistes ont donc pour mission d’élire l’heureux vainqueur selon des critères ultra-sélectifs et tenus secrets jusqu’au dernier moment…une chose est sure, ça va saigner !

Jeudi 06, 7h du mat’

Départ de Valence sous le soleil levant, température douce et dayto qui ronronne de bonheur.
P’tit coup d’autoroute pour arriver a l’heure et quelques ptits rupteurs à fond d’6 plus tard nous voici arrivés a Bollène.
La lumière est belle, je sors le télephone-qui-fait-photo pour immortaliser ce moment de paisiblitude (ségo approved) et v’la t’y pas que je reçois mon premier coup d’fil de la journée :

-Allo ?
- Ouais, salut c’est Patrick Curtat, dis donc je viens de lire MJ et j’ai vu ton nom dedans, j’espère que tu vas tous les pourrir !

…ah ben dis donc, après mes potes de Valence, mes potes de Triumphall, mes potes parigots, mon cousin, ma sœur, ma mère et ma grand-mère, si j’ai pas compris la consigne number ouane c’est que je suis une truffe !

- OK Patrick, t’inquiètes chuis bien chaud la !


8h30, arrivée a Alès, je rejoins mes 2 co-selectionnés a la station, présentations avec Julien « le ponceur » et Fred « pourri d’enfoiré de mes 2 », z’ont l’air bien sympas (enfin, surtout Julien).
On arrive donc tous trois en même temps sur le pole mécanique ou nous attendent déjà nos 2 instructeurs ainsi qu’une quinzaine de beaux ptits lapins stagiaires, que des futurs participants au MT venus la en reco.
Punaise ça sent la poudre, tout le monde en supercorsapro boulochés jusqu'à la moêlle et des brêles dont les carénages ont été pour la majorité bien baptisés…y a que des tueurs quoi, on va s’marrer ! Ah non tiens un 600 Transalp qui s’est paumé, ben y sont ou tes SCPro mon petit ?

Et c’est parti

2 groupes se forment, un partira avec Sergeï sur la moitié sud du circuit pendant que le notre ira décortiquer les virages nord en compagnie de Wil, on part pour une dizaine de (demi) tours de piste histoire de faire connaissance.



Au premier abord, le circuit parait assez inadapté a une conduite en mode « goret », virages aveugles, en devers du mauvais côté, bitume changeant et pas très accrocheur par endroits, marques terreuses, grosses bosses suivies de virages serrés qui se referment…ça promet

Je roule sur des œufs au début, d’ailleurs comme la majorité des participants.
Julien avec sa Duke2 à l’air plutôt à l’aise d’entrée de jeu avec son supermot’ …te laisses pas déconcentrer mon superman.
Wil nous fait faire 3 tours chronos d’entrée, histoire de voir notre progression, je pars premier des 3 MJistes et bing je claque un 44’
Fred part a son tour et nous fait une belle démo de poser de g’nou, verdict 45’ (et paf le kéké, t’es un tueur superman)




Julien enchaîne, poum poum poum fait le mono et le rital fait claquer un 42’ dans notre face (merde merde merde saleté de katoche)….les autres participants tournent entre 44 et 52’, ça va, au moins on est bien dans le rythme.
Pas besoin d’insister longtemps pour que Wil nous montre les bonnes traj’s, j’avais envie de voir ses travers de cochons comme dans la video de MJ, j’ai pas été déçu ! Quel psychopathe ! Vas y que je te balance la gex à l’equerre, genre comme si on allait faire pareil…




bref, conseils de trajs , on passe et on repasse, on apprend même a trajecter dans un portail c’est original ah ah !




On s’infuse quelques tours entiers de circuit en compagnie du groupe « sergeï » et je décide de me rapprocher du lapin en chef afin d’admirer sa science.
Au bout de quelques tours j’arrive a me positionner a l’aspi du maître, ça va, il roule vite mais raisonnablement, je suis le mouvement.

Le circuit coté sud offre un bitume pour le moins pourri, du genre noir, granuleux et plein de trous dans le bitume, ça secoue mais c’est plutôt marrant et je dois dire que j’ai du lutter ferme pour résister a l’envie de déposer Sergeï…juste histoire d’assouvir un ptit phantasme en fait ! Mais non, je m’suis dit que ça la foutrait un peu mal de lui faire l’inter d’entrée a froid comme ça (j’ai été lâche, j’aurais du lui mettre sa dose en fait…)

Pause paëlla, on en profite pour papoter avec tout le monde, bizarrement ça parle surtout de recos du MotoTour, de spéciales du MotoTour, de parcours routiers du MotoTour, de l’ambiance du MotoTour, des participants au MotoTour et aussi un peu des videos du MotoTour, dingue non ?

14h, l’heure de retourner au boulot (pas facile la vie). On change de coin avec mon groupe Wil afin d’étudier un gauche très serré, et l’exercice consistera essentiellement a apprendre la position dite « en opposition » typée rallye, avec le buste incliné a l’inverse de la moto pour mieux voir la sortie de virage et la jambe intérieure sortie pour rattraper une éventuelle glisse étant donné que la moto est pas mal inclinée. Ben c’est pas facile du tout cette histoire, et avec les bracelets j’y arrive pas du tout !!





Evidemment c’est le moment que choisit le staff MJ pour arriver et commencer les videos de roulage…c’est malin, je vais avoir l’air d’une quiche moi avec ma sportive, le pied sorti a la ouane eugaine et mon gauche serré a 3 a l’heure !




Passons…allez on file sur la partie sud du circuit avec son bitume tout pourri que j’aime bien !
La portion commence donc par la ligne droite, un gros freinage pour rentrer dans une epingle en montée bosselée, une épingle a gauche, un double droit genou par terre avec une bosse en plein sur la traj’, un méga-freinage en descente a 10% et re-épingle a gauche cahoteuse a souhait…j’aime bien !
Wil dispense ses précieux conseils de traj’s et nous voila partis pour une bonne série de ronds sur le tourniquet garois !
Matthias Lacombe en profite pour mettre quelques images dans la boîte pendant que nous profitons de cette belle occasion pour régler quelques comptes entre stagiaires. Gnark ! gnark !




Cette raclure de Julien marche toujours aussi fort et s’avère plutôt difficile a suivre tandis que le Fred, je le sens a ma pogne, mais bien coriace le lapin !
Finalement le niveau est relativement homogène et on s’est payé une bonne grosse tranche d’arsouille tous les 3 sous prétexte d’apprendre les trajectoires.
Fred est devant, Julien a l’aspi et moi en observation derrière, ça couine au freinage, duke en glisse pour julien, ponçage de sliders pour Fred et hurlement de 3 pattes pour moi, les brêles prennent cher !
Enfin surtout une certaine katoche qui va prendre cher dans le gauche rapide ou Julien nous fait une belle démo de « Julien ? C’est un gars sérieux ! Il tombe jamais ! Enfin c’est pas lui qui tombe, c’est la moto ! »
Allez hop, un lapin de moins, au tas le rallyeman, t’avais qu’à pas rouler aussi vite d’abord.




Les autres stagiaires sont aussi pour le moins sérieux mais j’ai pas vraiment eu l’impression qu’on faisait tache au milieu des futurs concurrents du MT…pour 3 motards du dimanche y a pas d’mal quoi !
Didier aka « Papygaz » au guidon de sa 950 SuMo nous fait un festival de raclage de cale pieds (comme il envoie l’ancien ça fait plaisir !) et par solidarité avec la brêle de Julien, sa KTM se mettra au tas dans le virage juste avant.
Bon OK, j’ai eu droit a mon petit tout droit mais c’est pas ma faute (attention, excuse officielle ), c’est ma copine triumphiste killou venue m’encourager qui s’est postée au bout de la ligne droite pour me faire coucou, ça m’a déconcentré.

Pendant ce temps, les journaleux enroulent de la pellicule (a défaut d’enrouler du cable) et nous interviewent a tour de bras




Voila, première journée terminée, la triumph toujours en un seul morceau et une bonne dose d’arsouille même si j’ai failli a mon devoir de pourrir tout le monde (looser, oui oui je sais).

La sélection commence

Voila, il est 18h, on a tartiné comme des malades depuis ce matin pour apprendre qu’en fait les épreuves de sélection n’ont pas encore commencé.
Laurent Cochet et son fidèle Bernardo Lacombe nous attendent pour une batterie de tests impitoyables sous le commandement cruel et despotique du chevalier sergeï.
Wil a pour sa part coiffé ses plus belles couettes pour arbitrer le premier match : la marelle
Bon, j’ai jamais appris a y jouer mais ma superbe roulade ridiculisera mes adversaires.
One point pour superman.




2° épreuve : le terrible « 1-2-3 soleil » arbitré par Sergeï, et la j’ai tout de suite compris qu’il pouvait pas me sentir car il m’a éliminé injustement des le premier round.



One point pour Julien, c’est serré mais cette lopette de Fred est a la rue, c’est déjà ça, quel looser celui la !
Bon allez, assez rigolé, j’ai soif, j’ai faim et j’ai aussi très soif, on charge la ZX6R de Fred dans le camion, direction le camping ou nous attend un spacieux bungalow de 10m2 a partager a 5, on va pas avoir froid !
Une douche plus tard, direction le resto ou nous rejoignons les organisateurs, stagiaires et journalistes en tous genres.
L’ambiance est sympathique et bonne enfant, ça cause moto, rallyes, trajectoires et vroum vroum…10h du soir, les convives commencent a quitter la table alors que les pichets de rouge et de rosé sont a peine entamés…non mais ils ont pas appris qu’on se levait pas de table sans finir les bouteilles ou quoi ?




Laurent Cochet en profite pour terminer son article sur la D16 (sympa de voir la rédaction d’un article en direct live) et j’apprends un tas de choses intéressantes sur la moto : une vraie boucherie cette brêle, un poids de 125 Eliminator et la puissance d’une Hayabusa compressée réunis !!! Rien que ça !
Manque de bol, par manque de sang-froid, Laurent a eu la trouille et n’a pas osé l’essayer parcequ’il y avait une petite averse dehors…tant pis on attendra les beaux jours.




Malgré mon harcèlement, je n’arriverai pas a retenir mes compères au delà de 23h, je décide d’écluser quelques demis avec killou avant de rejoindre les marmottes au bungalow (gnark ! gnark ! je les ai tous couchés les vieux de la vieille).

Alllll night loooong !

De retour, nous surprenons la fine équipe sur la terrasse de notre bungalow en pleine dégustation de chartreuse que Fred a ramené (quel gros fayot).

Nous nous attablons donc tranquillement pour profiter du nectar et la je dois dire que j’ai pas été bien raisonnable…au bout du 4° verre, j’ai entendu comme un « Pouf ! » dans mon cerveau qui m’indiquait que j’avais passé le panneau trop tard. La, je me suis dit « ouille la ça tourne grave, j’espère qu’ils vont vite aller se coucher parceque je tiendrais pas longtemps ». Sauvé, tout le monde décide d’aller enrouler la viande dans le torchon a minuit et je ne manque pas de les traiter une dernière fois de petits joueurs avant de filer m’allonger.

Oulalalala ça tourne vraiment trop la, j’ai besoin d’air ! courageusement je quitte mon petit lit douillet pour aller tituber dehors et m’allonger tranquillement dans une allée du camping…pffff je sens que ça va mieux mais c’est pas encore ça.



1h du mat’, killou et les potes viennent me chercher pour me raccompagner au plumard « mais si j’vous dis que ça va impeccable ! »
Grossière erreur…ils m’ont en fait ramené dans un guet-apens que nous avaient tendus Serge, Wil, Laurent, Matthias et les autres en débarquant a 3h pour une opération commando.
J’ai chèrement défendu mon matelas mais rien n’y a fait, ils ont réussi a me foutre dehors a moitié a poil pour me verser un seau d’eau dessus et profiter de mon léger coup de fatigue pour m’interviewer, mais je crois que j’ai bien assuré !
Bon, c’est pas le tout mais je suis un poil fatigué encore, je fausse compagnie a mes camarades pour aller me rassembler avec moi-même.
D’après mes sources, le reste de la nuit s’est déroulé de la façon suivante :
- spéciale « sans moteur » dans les allées du camping avec Fred et Julien en full cuir en train de pousser leurs breles
- concours de coups de boules dans les lambris
- concours de pompes a la chartreuse (Beuarrrrghhh)
- atelier décoration du camion de sergeï par Fred, Julien et Killou

5h du mat’, tout le monde au lit après une bonne soirée « missZ approved »

Raounde tout

7h, les débuts sont un peu difficiles mais après 2 cachets le mal aux cheveux disparaît.
Sergeï découvre flegmatiquement son camion tagué « pffff ! lopettes, des vrais pilotes ils auraient au minimum chié dessus »
OK OK on s’en rappellera



9h, les pleins sont faits, les pilotes dans les starting-blocks sous l’écrasant soleil du gard.
Les groupes changent et nous partons sous l’égide du chevalier pour la 2° journée de formation.
La progression commence a se faire sentir, les freinages sont plus appuyés, la jambe sort mieux dans les virages serrés et les trajectoires commencent a être instinctives.




Sergeï nous apprend a repérer les bosses (c’est mieux de freiner a côté) ça paraît évident mais tout le monde freinait sur la bosse avant la remarque, on apprend l’art de réaccélerer le plus tôt possible pour faire passer les bourrins plus vite et les freinages en bout de ligne droite commencent a faire glisser la roue arrière légèrement, sympa !



Une nouvelle occasion de se tirer la bourre avec Julien et Fred sur des demi-tours puis des tours entiers de circuit.
Julien a bien récupéré de sa gamelle et Fred a un peu moins la pêche que la veille, j’en profite pour lui mettre un peu sa dose (c’est toujours ça de pris)



Laurent Cochet a enfin retrouvé sa belle combinaison et décide de venir jouer avec nous…bah dis donc, pour un parisien qui ne connaît ni la moto ni le circuit le loustic envoie du gros, wheelings et genou par terre, le Lolo tord la poignée dans le bon sens.
Bon je finis quand même par le klaxonner un peu, c’est pas le tout mais nous on bosse on n’est pas la pour rigoler.

Hornet Cup

Le vilain roadster Honda étant désormais rodé par Laurent, je me hasarde a récupérer les clés pour un essai de ma -virtuelle- monture du MT.
- Euh, je sais pas, celle la on n’a pas le droit de la casser, ça sera pas la même au MT, bon d’accord tu l’essaies mais tu fais gaffe
- T’inquiètes Laurent, je vais quand même pas bourriner autant qu’avec la mienne tu te doutes bien !



Et hop ! En selle ! De suite la maniabilité du grand guidon et le poids plume de la machine fait merveille sur la piste étroite et bosselée, je sors la jambe presque naturellement dans les virages serrés.
Le moteur délivre peu de sensations sous les 8000 trs (comme tout bon aspirateur a 4 pattes) mais envoie sérieusement une fois le cap passé.
Les suspensions se montrent confortables, presque trop sur les virages rapides qui demandent un poil plus de précision mais la confiance est la.
Seules ombres au tableau, j’ai mis du temps a me faire au grip des BT12 et la garde au sol est limite même sur un circuit tel que celui la ou il n’est pas nécessaire d’angler comme un malade, sur piste ça doit être un petit handicap.
Par gratitude envers le concessionnaire Honda Toulonnais ayant prêté la moto, je me dispenserai de commentaires sur l’esthétique de l’engin.
‘service
Au bout d’une demi-heure j’ai pris la bête en main et je m’éclate comme un gosse, bon autant l’avouer a Laurent, la marge de sécurité que j’ai prise faisait un bon 0, 0001%



Bah oui, j’avais pas envie de la mettre au tas, je suis pas un sauvage quand même.
Les Bridgestone ont pris cher et à mon avis ils me la laissaient 2/3h de plus je lui finissais sont train au frelon.

Dans la foulée j’en profite pour racketter les clés de la Gex750 de Wil et faire 2 tours de piste avec (Merci Wil !!).
Bon, pour faire court :
- c’est un bout de bois, tellement raide que je l’ai trouvée dure à balancer
- le moteur bridé envoie a peine plus que celui de la hornet mais fait un bruit sympa
- les demi-guidons Variobars c’est d’laballe (prochainement sur la Dayto)
- les freins Beringer full radial 6 pistons avec MC de 14 sont complètement dingues, le levier tu le regarde a peine que ça freine, un truc de psychopathe !

This is the end, my only friend…the end

17h, ça sent la fin du stage.
Je refais quelques tours de piste derrière Sergeï qui m’avait invité a prendre sa roue (enfin a l’attraper quand je pouvais), une petite balade bucolique de fin de stage en gros :
Départ en burn, Wheeling a chaque sortie de courbe et pour finir le truc le plus psychopathe que j’ai jamais vu :
Pour sortir du circuit, la ligne droite et la voie de sortie qui tourne à environ 330° a gauche.
Serge arrive à bloc en bout de ligne droite et quelques mètres avant la voie de sortie, il met la R6 en travers, mais roue a gauche de la moto ! OK, fais le malin mais le virage il tourne a gauche, tu t’es gouré de côté mon grand !
Que nenni, toujours roue bloquée le chevalier met un coup de rein et balance la roue a droite pour finir sa glisse ! et hop, il est dans la bonne direction ! Commentaire de l’interessé :
- ben ouais, c’est un appel/contre-appel quoi
- Ah d’accord, juste ça en fait

Pfffffff, même pas mal !



Et voila, stage terminé, Matthias nous convie à une dernière séance de tournage avant l’annonce du grand vainqueur du concours.
Anxieux mais dans la bonne humeur, nous nous dirigeons vers l’ultime épreuve de sélection : la course en sacs !
Dans un sursaut d’orgueil, Fred gagne la partie mais il a manifestement triché…j’en dirais pas plus (en fait si tiens : le scénario c’est que c’est lui qui devait gagner, facile dans ces conditions…)
La dernière épreuve du papier/caillou/ciseau/feuille ne départagera pas le vainqueur final, le suspense est à son comble.

C’est l’heure d’annoncer les résultats, tous trois tendus comme des strings nous attendons le verdict :
C’est Fred qui emporte la timbale !

Pschiiiiiiiiiiiit, la pression retombe d’un coup, un peu trop violemment même, j’en ai même perdu ma bonne humeur qui était au taquet depuis 2 jours.
Je suis super content pour Fred qui est un gars vraiment a la cool et qui le méritait autant que Julien et moi mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir des grosses boules énormes sous le menton, c’est comme ça.
Je salue la troupe, j’entends un « ‘tain chuis deg’ » s’échapper de la camionnette de Julien et j’enfourche ma belle Triumph pour rentrer a la maison.
Trop tendu pour rentrer par l’autoroute je m’infuse une bonne dose de routes Lozériennes et Ardéchoises pour calmer ma déception, allez c’est pas grave c’était une pure tranche de vie motarde comme j’aurais pas souvent l’occasion d’en refaire.

Voila, merci a mes copains pour le film, merci a MJ pour la sélection, merci au Xzeos Team pour l’excellent stage et bonne chance a Fred au MT et à Julien pour sa saison 2008 ;




A voir aussi...

News : Le film sélectionné par Moto-Journal
Galeries : Stage Rallye Rider School à Alès
Balades : Le lac Léman avec les potes de Triumphall
Essais : Dayto T595
News : Supertaule pour Superman !!!
  

Commentaires
 
Superpinard (18/09/2007)
Nom de dieu, c'etait un sacré lapin ce Superman mais je l'ai bien boité lui et son slip rouge. Moi aussi chuis rouge mais plutot liquide. PINARD : VAINQUEUR PAR KO !


 
Noter l'article (43 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ