Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
BMW Expérience
BMW : 2006

(par Superman le 14/03/2006)

liens & avis
C’est la « BMW experience » ! Avec au programme K1200R et R1150R « Rockster » (pour les papys qui veulent rester djeun’s)

La formation

Mmmm, samedi matin, 8h, le temps est légèrement couvert mais la température est douce, pas de risque de pluie, tout se présente bien !
A dada sur la speed et direction le très chicos concessionnaire béhème pour un essai de la K1200R prévu a 9h30.
Dès mon arrivée, je sens bien que je fais un peu tache avec ma tenue de pistard dans le magasin, je suis d’ailleurs accueilli par un :

  • c’est toi qui est arrivé avec la triumph ?

  • oui pourquoi ?

  • dehors !


  • Bien sur, c’est de l’humour, et il est temps de passer aux choses sérieuses : briefing sur les commodos de l’usine à gaz, et ouais faut attendre une dizaine de secondes après avoir mis le contact pour que tout le système de multiplexage se dise bonjour, et que l’ABS daigne bien fonctionner.

    Même pour clignoter ça demande une formation préalable : 1 bouton pour la gauche, 1 à droite et un autre pour les arrêter, tout ça à la place d’un bon vieux sélecteur de moto normale.
    Autant dire que j’ai du les actionner 3 fois, après ça m’a saoulé.

    K1200 R

    Allez gaz ! Je passe en dernier, juste devant le marshal de queue en K1200S et celui-ci se positionne à mon niveau des le premier feu :

  • Tu veux l’exploiter la K1200R ? (il a du me voir venir avec mes gros sabots SIDI)

  • Ouais ! ouais ! ouais ! (après un long temps de réflexion de 0.01 centième de seconde)

  • Bon alors tu les laisse partir, tu fais comme si tu les perdais et après on ira jouer !

  • A vos ordres chef !


  • En fait même si le patron et les vendeurs ont une attitude un peu « balai dans le cul », j’ai dénombré pas moins de 3 mécanos-marshals qui ne parlent que de se tirer la bourre !
    Je n’en demandais pas tant !

    Après avoir lambiné quelques km, on se retrouve tous les 2 sur une double voie ou le béhèmiste tire un gros boulet, juste le temps d’accrocher un 200 et on attaque la virole, je suis très à l’aise sur le roadster et je lui file le train tranquillement. (faudra que je lui montre comment on joue pour de vrai un jour…)
    En fait, le bougre faisait de gros détours pour rouler « fort » et rejoindre les autres traine-teubs à la fin.

    La K1200R me surprend par sa facilité et sa rapidité de prise en main, je m’attendais à un gros tank, en fait elle est très intuitive et les ronds points sont avalés en moins de 2.
    Je m’amuse à changer les modes de suspension (confort, normal et sport) en fait la différence est assez flagrante à l’arrêt entre les 2 modes extrêmes, mais en roulant ça ne métamorphose pas la moto.

    En sport, les suspensions sont plus raides mais bien plus confortables que ma Speed, tout en ayant une stabilité royale, en confort, si on sent bien les suspensions pomper à l’arrêt, la moto ne se désunit pas pour autant sur l’angle et reste très saine.A mon avis, on joue avec au début et après on l’oublie.

    Et le moteur dans tout ça ? Ben c’est un 4 pattes plutôt sympa, il émet une sonorité agréable, est bien coupleux des 2000 et pousse régulièrement jusqu'à 7000, au delà c’est bridé donc nul.
    Le freinage est très bon des 2 cotés, avec l’ABS, l’assistance au freinage et le freinage couplé on n’en attendait pas moins !
    Niveau wheelings, c’est la misère, avec son empattement de porte-avion et son moteur castré, pas moyen de la soulever plus que 10 cm.

    R1150 R : Rockster

    Cap sur le R1150R, la première béhème destinée a séduire les djeun’s !
    Bon faut bien reconnaître que les casques à pointe ont fais de gros progrès en ce sens avec la K1200R, mais la « rockster » on dira que c’est le brouillon.
    Position pépère, suspensions souples, réservoir et cylindres maousses, ça m’a tout l’air d’une grande gueule cette moto !

    L’essai ne me contredira pas, a part son look de rebelle, tout le reste n’est que calme et volupté. Un bicylindre ultra souple, coupleux sans coup de pied au cul, une selle et des suspensions moelleuses, un freinage efficace et doux, bref j’ai rangé mon fusil et je me suis traîné à la queue leu leu, à la fraîche, décontracté du gland…

    Allez la semaine prochaine on se testera une vraie rebelle : la 950 Supermoto, en attendant gaz sur Lamastre histoire de se défouler pour de bon !

      

    Commentaires

     
    Noter l'article (50 votes)

     

    Haut de la page
    contact : MotoZ