Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Dossiers  
Recherche d'une meule de caractère : Speed Triple T301
Dossiers motos : 13/12/2008

(par JeanJean le 13/12/2008)

liens & avis
Après la vente de la W650 il y a quelques semaines, je me suis mis à regarder les annonces sans trop de conviction. C'est l'hiver, j'ai pas franchement d'envie précise, le temps plutôt glacial n'ajoutant rien à la motivation générale.

Je ressors quelques magazines histoire d'avoir une liste exhaustive des modèles depuis les années 2000. Là encore, il n'y a rien de franchement bandant !! Pourquoi pas une VTR SP me direz vous ? Ouais, elle est pas mal mais ça doit être un gros camion avec en prime l'autonomie d'une caisse de pinard pour l'un de nos apéros avec Féfé aux platines : autrement dit, pas de quoi passer 30 minutes. Et je ne parle pas non plus du prix de l'engin !

En discutant avec les bourrés sur ce qui pourrait être sympa, quelques modèles plus anciens sortent du lot. Ca tombe très bien parce que le vintage c'est MON domaine. Il y a donc dans le désordre :

  • Voxan café racer
  • Buell X1
  • Triumph Speed Triple T301
  • Triumph X90 (prépa mecatwin su base de 900 trident)
  • V11 (pas la carénée, j'ai déjà donné ).
  • VTR SP
  • Ducati 888

En regardant de plus près le budget, les options se restreignent. La VTR est aux alentours de 8 à 10k€, les X90, Buell et 888 au delà des 6k€. Il ne reste donc plus que la Voxan, la T301 et la V11 pour rentrer dans les 5k€ que je me suis fixé.

  • Voxan café racer.

On en trouve pas mal. Le look est vraiment sympa. Niveau moteur je reste sur une grosse déception suite à l'essai d'une scrambler. Autre souci, la fiabilité qui n'a pas l'air au top : la disponibilité des pièces peut alors devenir problématique.

  • V11 Scura.

Pour en avoir déjà eu une Le Mans, je sais que c'est sympa. Pas mal camion, mais avec un moteur avec du vrai senti de piston et des gros grumeaux !! Une version Scura en Full Ohlïns me branche pas mal. Ca devrait améliorer la partie cycle. Côté fiabilité, je sais à quoi m'attendre.

  • Speed Triple T301.

On en trouve quelques unes, après faut voir l'état. Là encore la fiabilité peut jouer des tours. Les modèles 1996 semblent être les moins pire. Niveau moteur, elle semble faire l'unanimité avec là encore du grumeau et un bon bruit bien atypique. Côté partie cycle, encore un camion, mais peut être moins que la V11.

Le choix

Y a pas à dire, c'est en parcourant les annonces de manière régulière qu'on trouve son bonheur. J'ai bien trouvé une V11 pas mal, mais connaissant bien la moto, les photos envoyées par le vendeur ont mis en lumière un certain nombre de points qui m'ont plutôt fait peur. Idem pour une Buell X1 peu kilométrée et pas chère. L'envoi de photos supplémentaires montrent une belle chute que le proprio avait oublié de préciser dans l'annonce !!!

Et finalement, j'ai trouvé mon bonheur en l'espèce d'une T301 de 1996 noire. Elle semble super propre, propose des contre-cônes Mecatwin pour ne rien gâcher, le capot de selle ainsi qu'un saut de vent très réussi. Elle a 37000 kms et est entièrement d'origine côté mécanique. L'ancien proprio a juste mi un PSB+1 ! Ouais bizarre, enfin non vu qu'a priori il faisait beaucoup de route rapide. Le temps de contacter le proprio, très sympathique, pour obtenir un peu plus d'infos et de photos et l'affaire est faite.

Bon c'est bien joli tout ça mais va falloir la récupérer la titine. On est mi décembre, elle se trouve juste à côté de Paris : à Aix-en-Provence !! Le temps est plutôt clément avec les -6 le matin, la neige à gogo et les grosses chutes de pluie. Tout s'annonce super pour faire une p'tit balade de 800 kms.

Olive est super tenté pour m'accompagner. Le trip serait le suivant : départ un après midi pour rejoindre Beaune tous les 2 sur la Tuono (rien que ça je voudrais le voir). Petite soirée conviviale puis départ au petit matin pour rejoindre Aix et récupérer la meule à la mi-journée. Retour via chez Ben à Valence l'après midi, puis le lendemain sur Paris.

Seul hic, Olive a oublié qu'il a un RDV non décalable le jour du départ. En cette période de fêtes de Noël, le timing est serré et je ne peux pas décaler de mon côté. Certains diront qu'il a simplement fait sa fiotte !!! Et ils ont bien raison.

La préparation

Bref, après cet épisode d'illusion, la réalité est la suivante : départ en train le matin pour récupérer la meule à 13h à Aix puis retour comme prévu par Valence puis Paris... mais tout seul. Ben est bien content de me voir passer, il veut même en profiter pour me rejoindre sur la route histoire de faire une p'tite balade hivernale... et par la même occasion essayer la brèle quand même !

Du coup, avec les conditions météo qui restent plutôt très très fraiches, la possibilité de rencontrer de la neige et de la pluie, il va falloir s'équiper super sérieusement. Ca tombe bien, mes bottes sont trouées, mon blouson d'hiver H.S, mes gants trop vieux, mon pantalon de pluie déchiré...

Qu'à cela ne tienne, je rebouche mes bottes avec de la colle à parquet. Pour ce qui est des gants je mise sur une solution radicale... Les manchons sport !! Pourquoi sport me direz vous ? Tout simplement pour ne pas trop faire scoobite. Bon honnêtement j'ai honte mais les mains étant le point le plus sensible je pense que ça doit être une valeur sûre. Vous pensez quand même pas que ceux qui en achetent le font pour le look, bordel ? Petite nuance importante, j'ai réussi à les revendre le jour même de l'achat en expliquant que je n'en avais besoin que 2 jours.

Pour ce qui est du blouson, j'ai trouvé une autre bonne solution. Tout en cuir avec par dessus le blouson d'hiver sans les protections. Ca me va comme un gant sans pour autant me gêner à la conduite. Pour assurer un p'tit tee-shirt odlo qui va bieng + un tee-shirt col roulé. Je devrais être encore mieux que dans mon canapé avec un verre de Puligny-Montrachet à la main !!!

Me voilà donc paré pour le froid, du moins sur le papier. L'avenir nous dira si mes solutions sont les bonnes.

Le jour J

On y est, départ de Courbevoie vers 8h15 pour avoir mon train de 9h16. Et la misère commence direct. Ne connaissant pas du tout les transports en commun, je n'avais pas franchement fait attention aux grèves en cours. Et bah là direct, ya un monde de dingue sur les quais pour aller à St Lazare. Et quand je dis blindé, c'est sans compter que le train qui arrive est encore plus blindé. Bref, on va pousser alors. Et miracle, ça rentre. Tout le monde gueule, on me demande d'enlever mon sac à dos pour faire de la place, mais en expliquant que j'ai déjà un sac avec mon pantalon en cuir + mon casque, on arrête de me saouler.

Il fait bien chaud, les gens tirent tous la gueule, moi je suis tout sourire et surtout grosses gouttes de sueur sur le front. Avec mon équipement de course (blouson de cuir + blouson d'hiver) il fait comme une petite chaleur !

La suite se passe mieux. Le temps d'acheter un p'tit Intégral pour les 3 heures de train et zou... en route. Dès la sortie de Paris, il y a de la neige avec le plafond super bas. Un bon temps de merde en fait. Arrivé vers Orange, le temps change, le soleil apparait avec un bon vent. Je jette un oeil rapide sur l'itinéraire à prendre pour rejoindre Ben dans l'après midi et le train arrive en gare.



Après les quelques discussions téléphoniques que j'avais pu avoir avec le vendeur, il m'avait paru très cool. Confirmation en le rencontrant. Le temps de rentrer chez lui on tape gentiment la discute. Il commence à être assez tard donc si je veux rejoindre l'ardécho de service dans les temps, il va pas falloir trainer.

Petit tour rapide de la meule qui est bien conforme à ce dont on avait pu discuter. Le temps de prendre un café rapide, faire les papiers, enfiler le cuir et tout le reste de l'équipement et me voilà parti. Pour ne pas prendre de risques, j'ai chaussé les manchons, le pantalon de pluie et tout le tintouin !

Plein rapide à la première station venue et au bout de 20 kms, je commence à suer comme seul pourrait le faire le gros. Arrêt obligatoire pour virer les manchons et autres ustensiles à forte chaleur. Je constate au même moment que le pneu qui était au témoin à la livraison est maintenant slick ! Bordel...c'est quoi cette histoire ? Moi qui pensais rejoindre Paris avant de les changer ! J'en profite pour vérifier la pression et tout est normal. Encore des Bridgestone de merde avec une longévité qui n'a d'égal qu'une pinte de bière dans la pogne d'un Féfé en plein été !

Que du bonheur

Ca y est, la partie logistique - sortie de la ville est passée. On va pouvoir se concentrer sur le plaisir de rouler avec cette nouvelle meule. Mais commençons par un rapide tour du proprio.

Au premier abord la moto à l'air massive. Et ça n'est rien de le dire. La couleur noire ajoute encore au phénomène. Elle est vraiment très très propre, avec une ou deux griffures sur le réservoir et quelques traces d'utilisation de tendeurs pour, on peut l'imaginer, transporter des caisses de pinards. Encore une moto faite pour des gens bien. Les pots Mecatwin sont magnifiques et ajoutent vraiment au look général de la moto.

La moto est couchée sur sa béquille avec un angle très prononcé. Tellement prononcé qu'au moment de saisir les bracelets pour la lever, on se surprend à souffler un grand coup comme peuvent le faire les haltérophiles au moment de l'effort. Putain ce qu'elle est lourde à décoller du sol !!! A côté, la XJR passerait pour une 125.

Les commodos sont bien placés, on note même la présence de warning ! C'est la première fois que j'ai un truc pareil et c'est la meule la plus vieille que j'ai jamais acheté pourtant. Les bracelets sont assez cintrés ce qui ne favorise pas la maniabilité de la moto. Les pieds sont haut perchés. Pour ceux qui n'auraient pas suivi, il ne s'agit pas d'un scooter !



Elle démarre au quart de tour, la boite bien qu'assez lente verouille très bien et est très agréable. On en arrive au point fort de la brèle : le moteur. La sonorité est indescriptible tellement c'est du bonheur. Elle change à tous les régimes pour mon plus grand plaisir. C'est d'ailleurs une des rares motos qui fasse l'unanimité chez tous les motards de ce point de vue.

Le moteur est très souple et permet de reprendre sous 1500 tours sans problème. Le couple est plutôt bon à partir de 3000 tours sans pour autant arracher les bras. Passer 6000 tours, on note un regain de power jusqu'à la zone rouge avec un bruit tip-top. Côté efficacité, je ne sais quoi penser. Il faudra confirmer avec d'autres bourrés en balade, mais je trouve que le ressenti est vraiment terrible. Les grognements du moteur à chaque remise des gaz alliés au bruit font merveille à chaque fois.
Un des anciens proprio ayant changer la démul d'origine pour un PSB+1, je crois qu'il y a encore moyen de gagner en agrément moteur en revenant à l'origine. On devrait pouvoir rajouter une louche de grumeaux en plus. L'avenir nous le dira. Il faut également noter que le tirage est extrêmement long. Il faut enrouler un vieux bout de câble pour arriver au bout de la poignée.

Niveau partie cycle, c'est plutôt très confortable. Les réglages ayant été modifiés, il faudra reconfirmer plus tard mais la moto reste très agréable sur les chevrettes. La selle propose également un moelleux agréable. Le pneu arrière de 190 n'aide pas à la maniabilité mais la moto est quand même assez facile à emmener. Il ne faut pas comme j'ai pu le lire l'accompagner de tout le corps pour la faire prendre une courbe. Le changement de pneus pour un passage à 180 à l'arrière et le pneu avant moins carré améliore encore l'ensemble.

Côté duo, la place réservée au passager à l'air des plus sympathique.

On en arrive au point noir de la moto : le freinage. L'arrière est agréable et assez dosable, mais l'avant !!! Qu'est ce que c'est que cette merde : sur une course de 6cm entre le levier et la poignée des gaz, 5 sont de la course morte et le reste du freinage. A chaque virage la peur est la même : comment vais-je arrêter ce tank avant le fossé. Et rien n'y fait je n'arrive pas à m'y habituer. J'espère qu'une simple vidange du circuit suffira mais il parait que c'est un problème connu sur la moto. Et dire que les étriers ont été changés sur le modèle 1996. Je n'ose pas imaginer le résultat sur les modèles plus anciens.

Ardécho...coeur fidèle

Nous nous sommes donnés RDV avec Ben sur la route entre Bourdeaux et St-Ferréol-Trente-Pas.

Direction Apt, puis Sault. Le temps est au beau fixe avec un bon vent de face. On se croirait presque au printemps si je n'avais mes 2 blousons pour se rappeler à mon bon souvenir. Il y a régulièrement pas mal de neige sur les bords de la route voire même sur la route à certains croisements. Au loin, le Mont Ventoux est bien enneigé. Dommage, ca aurait été sympa d'y monter une fois de plus. Toujours vers le nord direction Montbrun-les-Bains. Pour ne pas trop perdre de temps et être sûr de rouler avec l'ardécho et sa 690 SM je coupe au plus court via Aulan et son Château puis Buis-les-Barronies sur la D546 avant de bifurquer vers Sainte-Jalle pour rejoindre la D94 de Serres-Nyons.

Arrivé à St-Ferréol-Trente-Pas, Ben m'a laissé un message pour me dire qu'il se réchauffe un peu les doigts à Bourdeaux avant de venir à ma rencontre. Je fais de même. Nous nous rejoignons au niveau du Col la Sausse (non... pas celle qu'il aime tant mettre dans le champagne !).

Il s'arrête entre deux virages dans un pré, en chien d'arrêt guettant sa proie. Hé Ho, reviens à la réalité mon connaud, c'est moi ! En bon local, il est équipé sport avec ses gants d'été ! (j'comprends mieux pourquoi il avait froid le pauvre). Le temps de monter mes manchons de course sur canardose et il veut direct me gauler mon camion. Bon ok, je prends canardose, on va voir ce que ça donne c'te merde ! Pour être franc, j'avais détesté la 640 de Pascal il y a de ça 4 ans lors de la première PACA. La position était à chier, avec une assise horrible, le moteur super vibreur et sans trop de charme... Bref, je monte sur l'engin sans trop de conviction.



L'assise est très différente, sèche mais accueillante. On n'a plus le sentiment d'être sur un balai qui rentre dans le fion. C'est déjà un bon point. La position est toujours aussi déroutante avec en guise de bonne blague le guidon. On dirait un cure-dents avec au bout 2 p'tites saucisses apéro qui font office de poignées. Ha Ha Ha, c'te rigolade avec mes paluches. J'ai l'impression d'attraper tout le bordel avec 2 doigts. Limite si j'attrape pas la cocotte et le rétro en même temps. La prise en main n'en est pas simplifiée.

Pour ne rien améliorer, Ben me dit que les Power qui l'équipent sont à chier et que sur les traces de goudron fondu ça glisse grave. Déjà qu'en été ça glisse mais alors en hiver je vous raconte pas la mauvaise blague. Enfin en voyant l'état de mon BT15, Ben n'a pas l'air plus rassuré que moi. Il approche la moto pour la lever... et là encore, ce petit souffle de l'haltérophile en pleine effort vient l'aider à soulever la bête ! Le tout suivi d'un :"Teing, ca pèse un âne mort ton poumion !".



Le temps de faire 3 kms et la nuit tombe. A ça vient s'ajouter un p'tit crachin du meilleur gout et la route bien mouillée. Le rythme est... très calme, Canardose me plait bien. Le moteur est super. Pas de vibrations destructrices comme sur la 640. Ca envoie du bois de 3000 à la zone rouge, par contre pas moyen sous les 3000 tours. On a vraiment l'impression que la poignée des gazs joue direct sur la roue arrière. Tu tournes et direct la moto part. Et même bien de travers sur le goudron fondu. Le temps de tenter une pointe à 160 dans un bout de droit, et une vieille rafale me rappelle à l'ordre ou plutôt à la voie d'en face ! Il faut dire qu'avec la position, je ressemble un peu à un spy. Le freinage est terrible, surtout en descendant de la T301. Bref, une très belle surprise que cette KTM 690SM.

Je remonte sur la speed pour finir la route nous menant à la Mecque du motard de Valence : j'ai nommé Dafy-Motos. Encore une bonne surprise : l'éclairage. Ca ressemble plus à un Zippo qu'autre chose. Enfin faut voir le bon côté des choses, par rapport à une bougie le phare reste allumé même avec le vent. Il éclaire à 3 mètres devant en convergeant au milieu de la route. Bilan, on découvre le virage quand le faisceau éclaire le fossé, c'est à dire un peu trop tard !

18h15, Dafy nous ouvre ses portes. On est reçus comme des princes. Il faut dire que Ben représente à lui tout seul 30% du CA, donc respect. Il faut quand même saluer le bouclard qui monte un train de pneu à 18h30 là où sur Paris, passé 17h il est souvent trop tard. Bref, des gens sympas, avec en prime le bar attenant où les mécanos peuvent nous joindre par téléphone s'ils rencontrent un souci.

Le temps de se mettre 2 binchs dans le cornet et la Speed possède des chaussettes neuves. Direction la maison pour une soirée de repos en bonne compagnie.

Bonne soirée entre collègues

Teing, on est bieng chez les ardéchos ! Comme toujours l'accueil est au Top. On passe un très bon moment. La préparation de la saison 2009 de rallye est pas mal au centre de la discussion. Il a intérêt à nous lever un bon résultat, le gamin ! Je compte sur Aude pour lui mettre un peu de pression d'ailleurs.

Au lit pas trop tard pour se préparer à affronter le pire. La météo est plutôt pessimiste pour le lendemain. Mieux vaut donc être en forme.

Réveil vers 7h30, Ben a mal au cheveux. Quelle fiotte alors. Bon c'est vrai que le Gigondas tapait pas mal. Mais le St Joseph a su nous accompagner de sa fraîcheur toute relative pour finir le repas !

Un bon petit dèj dans le ventre, je constate que le temps est plus que mauvais. Il tombe une grosse bruine. Le ciel est bien bas, il y a même un bon brouillard. Ben me lâche : "A ta place, je prendrais l'autoroute, il risque d'y avoir un vieux brouillard sur la côte du Ping !!". Oula... Si même le local de l'étape ne le sent pas, je vais pas tenter le diable avec mon camion en chaussettes toutes neuves.

Vu les conditions, je m'équipe en mode sport-manchons-pluie. Bien m'en a pris vu que la suite va être terrible. Toujours ce temps froid et gris avec le plafond super bas. Il bruine en permanence. Cela me permet de constater que l'autoroute est à chier. Le revêtement n'absorbe rien du tout. Et il fait tellement bon que mon casque se remplit de buée en permanence sans rien pouvoir y faire. Au passage de Macon, j'ai même le plaisir de me prendre une tornade de flotte dans la gueule. J'y vois tellement rien que je dois ralentir à 100km/h ! Un comble.

Passé ce point, la route redevient absorbante, la pluie cesse. Il est temps de faire une bonne pause à Beaune chez mes parents. Après une bonne bouffe revigorante, plein rapide, et gaz vers Paris. J'ai déjà parcouru plus de 500 kms et je commence à avoir une première idée sur l'autonomie de la Speed. Avec un réservoir de 25 litres, ça fait de suite une bonne différence avec une moto moderne. La conso mixte est de moins de 7.5 l/100. C'est plutôt pas mal. Et ça me laisse une autonomie que seules les BM peuvent proposer.

Etant d'un naturel joueur, je décide de ne plus faire le plein pour rejoindre Paris. Le temps est enfin au beau, les températures clémentes, ça se fait tranquillou. Au final, pari tenu en faisant le plein à Courbevoie sur les quais de Seine après 330 kms parcourus. Bon j'ai quand même mis 24 litres donc il n'aurait pas fallu aller beaucoup plus loin. Petite parenthèse au sujet du passage en réserve (autour de 280 kms), il faut toujours passer par le mode PRI pour réamorcer les carbus même en roulant, sous peine de devoir s'arrêter comme moi sur la bande d'arrêt d'urgence. Ca fait un peu désordre !

Bilan des courses

La moto est bien mortelle, et pour une première balade au mois de décembre ca aurait pu être bien pire. J'ai beaucoup profité de la première journée avec des conditions terribles. J'ai également pu croiser Ben dans son antre, ça fait toujours plaisir. J'ai enfin eu la chance de rouler pour la première fois de ma vie avec des manchons !!!

Pour faire bonne figure, je peux quand même annoncer qu'ils ne m'appartiennent plus et que j'ai récupéré ma mise de départ de 35€.

Quand j'entends des gens me dire que si une moto est trop loin, il ne faut pas la prendre, je suis triste pour eux. C'est quand même vachement plus bandant de se préparer un p'tit trip comme celui là pour récupérer une nouvelle meule et en plus commencer à la prendre en main sur des routes sympas que de devoir faire un tour de périph pour aller la tester à Chevreuse. Certains ajouteront que ça fait cher l'aller-retour. Je réponds simplement que pour se faire plaisir à moto, il faut necessairement un peu d'argent !! Sinon il y a toujours la solution d'acheter une Wii pour dépenser moins !


A voir aussi...

Galeries : opération poumion : Speed Triple T301
News : Nouveautés Triumph 2011
Galeries : Triumph Speed Triple 1050
Galeries : triumph Speed Triple 955i (2004)
Essais : Speed Triple 955i
  

Commentaires
 
Ben (23/12/2008)
ah ah mais je sais pas ou tu vas trouver tes expressions de vieux boucher, c'est excellent le coup du zippo et des saucisses cocktail ! et sinon y a pas de jeu de moto à la Wii :_-(

Olive (23/12/2008)
JeannoT301 t'es vraiment une couille molle, t'aurais au moins pu tenter une petite boucle par Lamastre histoire d'aller acheter une chemise au marché rural.

Rico (28/12/2008)
Très sympa à lire ton "CR" et jolie T301, bonne route à toi avec ta nouvelle meule !

Waboo (09/01/2009)
Aaaah, la T301.. un ami en a acheté une il y a 3 ans... et je suis allé la chercher à Limoges (moins loin c'est vrai). Etat d'origine. Superbe. Une bien belle machine, un peu lourde et surtout dotée de freins avant... virtuels...! Mais quel souvenir! C'était LA machine de mes rêves en 1995... Profite bien de cette anglaise. Et au plaisir de rouler avec vous un de ces jours!

Paskal (08/12/2009)
salut motard moi ta page écoute moi aussi je doit acheter la même moto que toi et j'ai demander a tout le monde si ce genre de moto n'a pas de problème particulier a voir ce que tu dit c'est une superbe moto donc je peu la prendre les yeux fermer dit toi qui roule avec niveau moteur c'est vraiment bien si tu peu me répondre sa serai cool merci d'avance paskal

Boubou (23/02/2013)
j'en possede une ... Une icone

CARETTE (28/09/2013)
J EN AI UNE A VENDRE UNE BLACK......mortelle black fabrice.carette@club-internet.fr


 
Noter l'article (42 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ