Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
XJR 1300 avec des vrais morceaux de Ohlïns
Yamaha : 2005

(par Jean-Claude le 12/05/2006)

liens & avis
Un petit feed-back rapide de l'utilisation au quotidien d'un bon gros 4 pattes à l'ancienne
Bref, une moto sympa à vivre, excellente nul part mais bonne partout...

Tout d'abord

Tout d'abord, je vais essayer d'êtres le plus objectif possible, difficile surtout quand vous saurez que je n'en ai pas une mais deux de ces bestioles...
Et oui, une à moi et une à moi tant que je ne serais pas viré de ma boite.
La première est un modèle 2002 standard et la deuxième une 2005 SP (avec les Ohlïns...)
La différence n'est pas énorme si ce n'est une meilleur stabilité du modèle plus récent et notamment en courbe.


Le coeur de la bête

Le coeur de la bête est composé d'un bon gros 4 cylindres de 1253 cm3 à l'ancienne (bref à air) avec 4 soupapes par cylindres. Directement issu des FJ, le moteur est généreux, plein partout avec une tendance à plafonner au dela de 9500 tmn. Le couple est omniprésent à partir de 2500 tmn et l'allonge est relativement impressionnante même si très linéaire. Passé la barre des 6500 tmn, la position droite et la puissance provoque une légère extention des bras qui nécéssite de se reculer sur la selle pour aller se '' cacher '' derrière le saut de vent. Néanmoins il faut être clair, ce n'est pas un moteur à sensation extrème du style italienne ou anglaise avec tout les aspects exclusifs que cela implique. Par contre, la puissance est réèlle et ne se trouve finalement limité que par le pilote (moi par exemple) ou le chassis.


Le corps de la bête

D'un esthetisme plus sympa que la concurrence directe (GSX ou CB) la première impression dégagé par cette moto est un subtil mélange d'appréhension du gabarit et de respect de son petit coté '' rétro '' sans être Vintage (hein Jean ...)
Difficile à manoeuvrer à l'arrêt ( surcharge pondérale et matériaux traditionnel oblige...), la charrue se transforme en carrosse dès le premier rapport passé.
Facilement manoeuvrable en ville comme sur route plus sinueuse, cette moto est saine, prédictible et ne sera la encore limité que par les capacités (somme toute énorme...) de son pilote. Sur courbe rapide avec un revêtement dégradé, la partie arrière a néanmoins tendance à se dandiner comme une danseuse de macumba au Tropical club le samedi soir. Pas trops de guidonnage à constater, la largeur de réservoir offre au pilote une bonne protection à haute vitesse même si il n'y a aucun carénage.

L'âme de la bête

Finalement une bonne machine à vivre au quotidien avec un moteur sympa, un esthétisme certain et une facilité au quotidien. Un point noir au tableau néanmoins, ses 10l au 100km quand on lui '' tire sur la bouche ''

A voir aussi...

Essais : FZS 600 Fazer
Galeries : Ducati 1098 S
Essais : Hypermotard S
Essais : 1098S
News : Ducati 1198 SP
  

Commentaires
 
JeanJean (21/06/2006)
Le malheureux à tappé une voiture. Maintenant elle a de vrais morceaux d'épave dedans !!! Lui n'a rien, et la moto devrait aussi s'en sortir.


 
Noter l'article (38 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ