Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Balades  
Stage Salvador à Villars sous écot
Franche-Comté du 08/04/2012 au 09/04/2012
100 kms

(par Superman le 12/04/2012)

liens & avis

Teasing

« Apprendre la glisse avec Mr Salvador »
« Le supermotard est avant tout un sport de glisse »
« Ceux qui viennent de la route peuvent acquérir une bonne maîtrise de la glisse et un meilleur contrôle des freinages, ce qui leur permet de rouler en plus grande sécurité… »

Avouez quand même que toutes ces belles phrases qui ornent la page d’accueil de la Salvador School, ça appelle le motard.
Et nous ça nous appelle depuis un moment puisque ce stage était prévu à la base pour 2011, mais par manque de rapidité de notre part toutes les motos de location étaient déjà réservées.
Location ? ouaip, le sieur Salvador propose ces stages de remise en forme en 2 versions : avec sa propre moto ou avec une KTM (évidemment) 450 SMR raide de neuve louée par le professeur, le tout pour la modique somme de 580€ essence comprise (290€ avec sa propre moto).

l'hiver indien

C’est donc par ce beau matin d’Avril que nous arrivâmes sur le joli petit circuit de Villars sous écot, dans le non moins joli département du Doubs (25).
Note, le Doubs c’est joli mais comme l’été commence le 31 Juillet et finit le 1er Aout, autant dire qu’au mois d’Avril fallait pas s’attendre à un miracle météorologique, et effectivement en arrivant au circuit, il neigeait.
On a bien essayé de se persuader que ce n’était pas de la neige mais des petites pétales de fleurs printanières qui tombaient des arbres mais à vrai dire personne n’y a cru bien longtemps.
Résumons, on est là pour faire de la moto pendant 2 jours sur piste (donc vite si possible), il fait 3°C et il neige.

Le temps de retrouver les potes, de descendre les motos et d’enfiler le cuir glacé, il est temps d’aller régler les inscriptions.
Et franchement, lacher 300 ou 600 boules pour un stage sous la neige, sur le moment ça fait mal au derrière…mais heureusement la neige finit par s’arreter de tomber.
9h30, l’heure de faire connaissance avec le gourou Gilles Salvador, un papy qui envoie de la buchette et qui rigole tout le temps, et pour lui aucun souci au niveau de la météo.
Puisque la piste est trop glissante, autant travailler sur de la gravette, au moins on sait que ça tient pas, bah tiens pourquoi on n’y avait pas pensé avant ?

bras cass' team

Mais avant d’entamer le cœur du sujet, présentation du team du jour :

- Bernard, mon sponsor-assistant-compère de balade du dimanche sur une 450 de loc
- Seb « sml », le GO du groupe sans qui on n’aurait pas reservé le stage à temps, sur une 450 de loc aussi
- Adrien, fils de Bernard, sur sa 125 EXC montée SM
- Ponpon et son accent à couper au couteau sur une 450 de loc
- Benoit, compère de rallyes de Ponpon sur une ex-450 de loc devenue sienne
- et moi sur ma zazaberg juste rodée, pneus neufs et plaquettes itou

Sur le paddock (enfin sur la gravette qui sert de paddock), c’est plutôt hétéroclite, ça va de la petite 400 DRZ à la grosse 990 SMR en passant par des CRF, YZF et autres SMR de piste.



On en était ou ?...la gravette
Premier exercice du jour : apprendre a freiner en ligne sur de la terre pour ressentir le blocage de la roue avant.
On arrive a peu près à 30/40kmh, debout sur les repose pieds en serrant bien le réservoir entre les jambes, et en arrivant au niveau du cône, faut tout planter, si possible sans se casser la gueule donc en relâchant l’avant des qu’on sent que ça bloque.
Ok ok, tout le monde passe son tour et a chaque fois le professeur debriefe bien 2/3 minutes avec le stagiaire, du coup c’est hyper long, faut attendre une bonne demi heure entre chaque passage et il fait pas super chaud.
Heureusement la 570 n’aime pas trop démarrer souvent et me proposer une séance de poussette qui me réchauffera fort agréablement.

Suite de la matinée, direction la piste cette fois, toujours mouillée mais maintenant avec des pneus bien crottés, c’est plus marrant.
Même exercice du cône en ligne droite, Gilles nous fait d’impressionnantes glisses pour chauffer les pneus et nous indique la bonne façon de faire avant que nous entrions en piste.
C’est toujours un peu longuet entre 2 passages mais la au moins on peut faire le tour du circuit, ça permet de découvrir le tracé super vallonné avec des descentes assez impressionnantes par endroits.



18 minutes, c’est le temps qu’on aura roulé le matin…pas énorme voire même on s’est fait un peu chier, mais ça aura suffit à Benoit pour ouvrir le compteurs des tôles en perdant l’avant au freinage, bravo.
Pause de midi, on expédie les pates bolos de Benoit en 15 secondes sous peine de manger froid, faut dire que le climat est toujours hivernal, mais qu’importe, l’ambiance rallye et la motivation de rouler font le reste.

13h30, l’heure de reprendre la piste, cette fois il s’agit de finir le freinage en ligne en mettant la moto sur l’angle pour choper le point de corde, normalement on est sensés aussi mettre la moto en glisse mais comme c’est mouillé, le patron dit qu’il faut éviter ça et favoriser l’adhérence, donc pas de glisse au freinage.
Cette fois, au lieu de rouler 1 par 1 ou 2 par 2, on part par groupes de 10 en enchainant les tours, c’est bien plus sympa et on a enfin la sensation de rouler, et pour ne rien gâcher, le soleil fait son apparition et commence son travail, à savoir nous réchauffer et sécher la piste.

Les tours de piste se font de plus en plus sur le séchant et c’est le moment que choisit Seb pour incrémenter son compteur de gamelles, en voila une de plus en accélérant trop fort sur le mouillé, re-bravo.

natural born pistarde

L’atelier suivant consiste a travailler la position au freinage, à savoir bien avancer son corps vers le guidon au freinage pour guider l’avant de la moto en entrée de virage.
Pas très instinctif mais plutôt efficace, il faut tout de même se forcer à garder la position.

Je profite d’une session de 20 minutes pour échanger la Husaberg avec la 450 de Benoit, et là, sans dire que c’est une révélation, je crois avoir compris pas mal de choses.
D’une, la selle plus plate plus basse rendent la position sur l’avant plus facile à garder.
Ensuite, le poids inférieur rend la moto incroyablement vive de l’avant, même la 570 et son son poids plume de 117kgs parait lourde à emmener.
Enfin, l’antidribble est un véritable allié pour les glisses, pas besoin de reprendre l’embrayage quand la roue se met à bloquer, là c’est fluide, plus facile à contrôler, le kiff quoi.
Quant au moteur, même si les bas régimes sont timides en comparaison du 570 explosif, une fois dans les tours le petit mono avoine et lève sur n’importe quel rapport.
Bref, un 450 de piste pour faire de la piste, c’est L’OUTIL (oui, il m’a fallu un stage pour le découvrir, parfaitement).



La journée se termine en beauté par des sessions libres sur le sec ou je prends un plaisir monstre à travailler mes glisses et ma position, et accessoirement à me tirer la bourre avec les autres.
La soirée sera à l’avenant, un mélange d’ambiance rallye et d’hivernale avec les dégustations de bières franc-comtoises de Ponpon et Benoit, autour d’un bon barbec’ bien chaud.

6h, j’ai le nez gelé (le seul bout qui dépasse des 2 duvets), j’ai soif (merci le pinard de la veille), le matelas gonflable est dégonflé, et...il pleut.
On remet les compteurs à zéro, la piste est bien mouillée et le réveil est difficile.
Comme on aurait pu s’y attendre, on commence par la gravette, cette fois le but n’est pas de freiner en ligne mais d’arriver en glisse au poteau (légère glisse de l’arrière) et de mettre la moto en dérive à l’accél’ pour faire demi-tour et repartir dans l’autre sens.

ready to gravette?

Bon, lui y arrive les doigts dans le nez avec un gros 990 SMR de 200kgs mais pour nous c’est plus ou moins fluide (plutôt moins que plus d’ailleurs), cela dit c’est assez marrant et Bernard nous gratifiera de freinages en travers d’anthologie.
Retour sur la piste, il pleut toujours, on part en alternant les 2 groupes de 10 stagiaires sur l’exercice du matin : une épingle à droite en descente.
Bon, pour être franc je ne sais plus ce qu’il fallait travailler, mais c’était une bonne occasion de rouler, et aussi de voir Adrien sur sa petite 125 déposer la grosse 990 SMR, pourtant pas si mal maniée.
Mais le tartinage sur le mouillé sera aussi l’occasion de faire monter le pellomètre avec une perte de l’avant d’Adrien et une belle glissade pour Benoit au freinage également, bel effort messieurs.
Pour ma part pas de risque de chute, je me traine, je n’ai ni la confiance ni l’envie de tomber alors je travaille tranquillement les 2 bases de ce stage : charger l’avant au freinage et appuyer sur le repose pied exterieur à l’accel.



L’après midi, c’est toujours mouillé, mais la pluie se calme, l’atelier suivant est grosso modo le plus « tendu » de tout le stage.
Il s’agit de sortir d’une épingle à gauche en chargeant bien le repose pied exter et en mettant l’arrière en glisse à l’accel…arf, et en plus la sortie de ce virage est particulièrement piégeuse, mais on est là pour ça, c’est un stage « de glisse » après tout.

J’essaie tant bien que mal de mettre la moto en glisse mais à part de la glissouille, rien de transcendant, un ou 2 stagiaires commencent a envoyer des travers mais ça reste assez aléatoire.
Etant donné mon état de confiance, je me fais une petite pause en observant les autres, Bernard est toujours au taquet et s’amuse comme un gosse a faire des wheelings, Adrien passe les rapports à la volée comme en course et les autres ont l’air de s’amuser, surtout Seb qui semble bien décidé à ne pas se laisser doubler par Benoit, du moins au pellomètre puisqu’il le rejoint à 2 unités à la suite d’une perte de l’arrière à l’accel (encore bravo messieurs, et de 5).

déconnexion neuronale

On passe ensuite à un gauche en bout de ligne droite, celui la je l’adore et la piste séchante regonfle ma motivation, c’est parti pour un festival de glisses de cochon, surtout pour Adrien qui mettait tout en travers pour que son pote Stanislas puisse lui sortir LA photo.
Bernard est de plus en plus chaud, sort des virages sur la roue arrière et met du bel angle, impressionnant !
Benoit profite d’une séance de bosses pour se mettre au tas une petite 3° fois histoire de mettre la pression à Seb dans leur course dans la course !

Après la pause de 15 h30, Gilles propose de faire un groupe « terre » et un groupe « bitume », au début je me dis que je vais aller faire un tour de la partie terre pour voir les bosses, mais mon sang n’a fait qu’un tour en voyant toute la bande partir s’expliquer sur la piste « bitume », fallait que j’aille me joindre à la fête.

Je commence par rouler avec Benoit, mais le cascadeur roule fort et je n’arrive pas a le suivre, du coup j’attends Ponpon et Bernard suivi de Seb, je m’intercale entre Ponpon et Bernard.



Mais c’est qu’il roule bien le Ponpon ! impossible de le doubler, je me fais passer par Bernard qui lui arrive a le doubler…arghhh et Seb qui me met la pression, bon je me bouge le cul et finit par recoller à Ponpon qui lache l’affaire, et on se retrouve avec Bernard qui nous attendait un peu, cette fois je me mets à tartiner franchement, à envoyer des glisses bien marrantes et en essayant de mettre de l’angle, mais rien n’y fait et au bout d’un moment Bernard me fait l’inter dans un des virages que j’aime moyen, j’arrive a rester a ses basques mais il met plus d’angle que moi donc pas facile…arghhh tu vas voir que c’est moi qui vais lui faire l’assistance au Moto Tour si ça continue !!
Derrière Seb me met la pression et menace de me passer aussi, tandis que Benoit revient sur nous…de la bonne grosse bourre !!

Fin de session et fin de journée, Bernard jaloux que les autres se soient mis au tas sans l’attendre nous fait une arrivée sur la gravette tout en travers avec arrivée sur le flanc histoire d’asseoir sa réputation, puis nous allons fièrement récupérer nos diplômes et T-shirts KTM de fin de stage auprès de mister Salvador.

Le bilan

Tout d’abord, la réponse à LA question : est ce qu’on sait rentrer des glisses de porc en sortant de ce stage ?
Eh bien non, faut pas rêver, c’est pas en 2 jours dont les trois quarts sous la flotte qu’on va apprendre la technique des vrais paylotes, mais les bases sont posées, avec en premier lieu la position sur la moto.
Plutôt que de nous embrouiller la tête, Gilles nous a fait sans cesse travailler la position, bien en avant pour gérer les glisses au freinage, bien sur le repose pied exter pour les glisses à l’accel’.
Partant de là, faut bosser et se forcer un peu, la glisse ça demande de passer un cap, un peu comme les wheelings, ça vient pas tout seul, mais avec les bonnes bases, les glisses se font plus prévenantes, plus faciles à ressentir et donc à contrôler.
Ensuite, la difficulté suivante est de rendre ces glisses efficaces, car dans notre petit groupe Benoit qui roulait plus vite que moi ne glissait pas d’un poil alors que je m’amusais à en faire dans tous les virages ou presque (ben oui, c’est fendard !).

Pour parler plus précisément de la formule offerte par Salvador, j’ai trouvé que le circuit est vraiment fabuleux, un genre de lédenon pour SM.
Les ateliers sont plutôt pas mal même si le début a été un peu laborieux, les bécanes juste parfaites et un formateur accessible et sympa qui donne des conseils simples et efficaces.
Au rayon du moins bien citons sml qui trouvait les démos un peu trop longues, qui aurait aimé avoir un instructeur supplémentaire et une petite salle pour débriefer avec pourquoi pas des vidéos en support.
Mais dans l’ensemble je crois qu’on peut largement recommander ce stage, à faire absolument en groupe de potes pour se tirer la bourre en toute sécurité !

  

Commentaires
 
Sml (13/04/2012)
Toujours aussi fendard tes CR ! Je me suis carrément régalé pendant 2 jours malgré cette fichue météo. Je disais juste qu'un seul instructeur pour 23 stagiaire, c'est parfois un peu limite surtout vu la proportion de débutants. Mais pour le reste, yabon, gaaaaaaaaaaaaaaaaaaaazz !

Poustache (13/04/2012)
Mise à part le temps, cela avait l'air bien sympa ce stage et ce Bernard quel arsouilleur !!!

ManuC (29/10/2012)
Trés intérressant tout ça ...vous etes bien préparé au DDMT


 
Noter l'article (34 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ