Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
Ducati Multistrada 1000 DS
Ducati : 2003

(par Superman le 11/10/2006)

liens & avis
Mon cadeau de (Jean) Noël...



Des promesses, des promesses…

Le salon des vins de St Peray est une bénédiction.
D’une part, c’est l’occasion rêvée d’engloutir quelques ballons des meilleurs Cote-Rotie locaux pour pas un rond (enfin presque vu qu’on repart avec le coffre rempli et le chéquier allégé), d’autre part parce qu’on y fait des rencontres fort sympathiques, comme Jean-Noël, collègue de bureau de ma mère.
Au bout de 3 minutes de conversation, celui-ci me propose donc de passer récupérer les clefs de la Ducat’ pour l’emmener promener le temps d’un week-end…
Même moi qui suis prêteur, je l’aurais pas lâché si vite !
Bon, sur le coup, je me suis dit « il s’est peut être emballé après avoir fait 3 fois le tour du salon des vins »

Mais, non, 2 semaines après, la promesse tient toujours et le rendez vous est pris pour aérer la multistrada samedi 7 octobre, une journée suffira amplement a prendre la mesure du bestiau.
Seule consigne du propriétaire:
« les pneus sont neufs alors vas y mollo » ah…je vais voir ce que je peux faire…va pas être facile…

La bestiole

Prise en mains de la « belle », bon, crevons l’abcès de suite, je suis pas fan de Terblanche et a part l’arrière, je ne craque pas sur le look bizarre de la sauterelle rouge.
La position m’a toujours intrigué, bizarre cette sensation d’être au creux de la moto, avec le tableau de bord et la bulle qui remonte si haut devant.
Le guidon quant a lui semble assez haut et on se retrouve assis très droit sur la moto.
Conséquence directe : tout le poids de la moto est sur les fesses et on sent la fermeté de l’ensemble selle/amortisseur au premier contact, même si la selle est une « confort » avec insert gel.
Sur le coup, je me suis attendu à souffrir assez rapidement du séant mais il n’en fut rien, aucun reproche niveau confort de selle.
La veille j’avais roulé 100 km au guidon d’une Triumph 955 sprint dotée d’une selle épaisse mais molle et j’ai eu mal aux fesses très rapidement.
Mieux vaut une selle ferme et efficace qu’une selle molle qui semble confortable mais qui ne fait pas illusion longtemps.
Les pneus sont neufs (Dragon Evo) et en détaillant la moto je me rends compte d’un détail : le repose pied gauche est limé, mais pas le droit (il y a des éraflures mais qui proviennent d’une chute a l’arrêt vraisemblablement).
Le précèdent propriétaire avait il une aversion pour les virages a droite ?
Allez, le plein, la pression des pneus et ADELANTE !

Poum ! poum ! poum !

Tiens, c’est rigolo, une seule pression sur le démarreur suffit et il se lance seul jusqu'à ce que la moto soit démarrée.
Le bruit est…bien trop discret, le mélomane que je suis reste un peu sur sa faim, mais on fera avec.
Le tableau de bord contient une multitude d’informations (plus ou moins utiles) et je me rends compte que la moto met particulièrement longtemps a atteindre sa température de fonctionnement (environ 10/15 km), pas bon de faire de la ville avec, et de toutes façons c’est pas fait pour.
Le frein avant est excellent (Brembo) mordant, puissant et avec une garde très faible.
L’embrayage hydraulique est lui d’une fermeté certaine, j’ai du mettre la garde au minimum et embrayer avec mes 4 doigts a la fin tellement ça me fatiguait l’index et le majeur.
Pour preuve, j’ai même ramené une belle ampoule sur mon majeur gauche !

Réputé le plus souple des moteurs ducat’, on peut admettre qu’il fait preuve de bonne volonté dès 3000 trs, en deçà, mieux vaut éviter c’est pas une Triumph quand même.
Les épingles sont pas évidentes a passer en 2 et du coup on embraye, on débraye, on embraye…et on finit par chouiner parce qu’on a des ampoules aux doigts !

St Peray – Nyons

Il a plu toute la nuit…Damned, pas une route sèche jusqu'à Crest…je suis maudit…
Pas grave, une brêle comme ça ça s’apprécie dans toutes les conditions a priori.
Eh ben oui ! Les gorges de trente pas, route pourrie s’il en est, seront avalées avec un plaisir certain, en profitant des relances vigoureuses du twin et de la maniabilité excellente induite par la position de conduite de la multi.
Le bitume est encore mouillé mais séchant et j’en profite pour prendre la mesure du fameux moulin a 4 soupapes.
De 3 a 4000 trs ça pousse gentiment, le moteur se met en place pour la phase suivante
De 4 a 5000 trs, c’est la phase « senti de piston », du blop blop, du broap broap, du poum poum, le moulin distribue de la sensation plein pot !
De 5 a 7000 trs, c’est la phase « post combustion de canari », dite aussi phase « arsouille », ou le moteur rugit et semble le plus efficace, accompagnant aussi le tout d’une sonorité changeante a 6000 trs
Ensuite, ça piétine progressivement jusqu’au rupteur a 8500 trs
Dans les faits, on la conduira de 4 a 7000, la ou elle donne le plus de good vibrations comme dirait olive.
Très bon twin, même si j’ai préféré celui de la S4 de Pascal doté d’une allonge jouissive.
La protection est excellente grâce a la bulle haute qui permet de rouler peinard a 150.
Et le châssis pendant ce temps la ? Ben malgré une certaine fermeté, on sent un bon amorti des suspensions et la moto de se désunit pas sur les routes bosselées, on garde un bon rythme en toute confiance.

Nyons – Serres – col de cabre

Tout ça m’a mis l’eau a la bouche et j’en viens a regretter que les routes ne soient pas plus sèches…qu’a cela ne tienne, « Atomisator », le dieu de l’arsouille est avec moi ce matin et m’a séché toute cette portion mythique de la D994 !
Yahaaaaaaaa ! Pif ! Paf ! Gauche ! Droite ! mmmmmm…c’est sympa mais j’ai un drôle de feeling sur l’angle, les pneus ? Le réglage des suspensions ? Dans le doute je fais une petite pause inspection.
Tiens, la molette de précharge de la suspension arrière est tellement dévissée qu’elle tourne dans le vide ! Je remets en position standard (milieu) et je reprends la route.
Ah ! Ça va mieux, meilleur feeling sur l’angle, je prends confiance et me régale de la maniabilité dans les changements d’angle, ça me rappelle même la Tuono, c’est dire le compliment. Peut être l’inertie moindre du bicylindre par rapport au triple conjuguée à la position droite?
Scriitchhhh…oups ! Ah, le repose pied gauche s’est exprimé…
Pause souvenir au mémorial « superman », je dois pas être le seul à me télescoper sur cette rambarde vu les morceaux de carénage qu’on y trouve !
Tiens, déjà en réserve à 150 bornes ? Je croyais que ça consommait pas une ducat’ ! Effectivement, je ne rajouterais que 10l dans le réservoir (pour une capacité de 20l !), pas au point le capteur de niveau ! Je battrais même ce peu glorieux record en passant en réserve a 120 km au plein suivant (en montant le col de Tourniol).
Le col de cabre est détrempé, on passe en mode touriste…arrivée sur Die, le soleil est la et les routes sont chaudes et sèches, je ne résiste pas longtemps a l’appel du col du rousset.

Col du rousset – col de la bataille – col de Tourniol

Miam ! miam ! miam !
Une de mes routes favorites, débranchement de cerveau et gaaaaaazzz, les virages serrés sont avalés en moins de 2, les sorties d’épingles passent sur une roue (oups, pas ma faute..) et l’angle s’améliore rapidement..scritch…scritch…oulaaa, plein angle, les pneus me font de petites glisses pas rassurantes, je baisse un chouïa le rythme.
Arrivé en haut, inspection des repose pieds.
Bon le gauche était déjà attaqué, mais pas le droit…quoi ? Il est encore vierge ? Mais qu’est ce que ça veut dire ? Ah, d’accord, en fait c’est la protection de la ligne d’échappement qui frotte et visiblement l’ancien proprio aimait aussi les virages a droite !
Les pneus sont désormais bien rodés, plus de bande de peur, mais je dois dire qu’ils ne m’ont pas donné entièrement confiance.



Direction col de la bataille, comme d’habitude il fait moins 15°C, un brouillard a couper au couteau, une route gravillonneuse, glissante, mouillée, le top !
C’est pourtant la que je doublerais mes seuls lapins de la journée, des suisses qui s’arsouillaient a 20/25 a l’heure.
Autant dire qu’en les déposant a 40, ça a du leur faire un sérieux appel d’air.
Une réflexion m’est soudainement venue a l’esprit : comment ils font dans les étapes de rallye avec des conditions pareilles ? Ils roulent tous a 40 ou ils prennent les virages « a la mémoire » ? Le jour où ils organisent le rallye du col de la bataille je crois que j’aurais piscine…



Et justement puisqu’on parle de rallye, me voici au col de Tourniol, qui hébergeait justement il y a quelques années le rallye de la Drome (bagnoles), petite route sympa, succession d’épingles dotée d’un revêtement correct.
La multi y excelle grâce à son freinage excellent et sa faculté a virer dans un mouchoir de poche, tout aurait été parfait si elle ne m’avait pas fait le coup du frein arrière farceur…
Eh oui, comme ma speed, lors des descentes de cols ou le frein arrière est sollicité, le liquide de frein surchauffe et donne l’effet d’une bulle dans le circuit de freinage.
Plus qu’a attendre quelques km sans freiner de l’arrière et tout rentre dans l’ordre.

Tournon – Lamastre – St Peray

Quelques km de plaine plus tard, me voici au pied du massif ardéchois dans notre paisible sous-préfecture de Tournon.
Tester une moto sans passer par Lamastre serait bien entendu une faute professionnelle, et je m’empresse donc de plier à mon devoir.
Le serpent de bitume défile sous mes roues dans un bon rythme enroulé et la l’évidence me saute aux yeux : c’est la moto que j’aurais du choisir a la place du Vstrom, une moto plaisante sur toutes les routes, aussi jouissive sur le pourri que sur le billard, sportive mais pas a l’extrême, agréable a regarder (sans être un canon), en fait le seul truc qu’on puisse lui reprocher c’est une garde au sol un peu limite sur route très bien revêtue et une position très droite qui ne permet pas de conduire déhanché.
Pas le genre de brêle que j’amènerais sur piste, surtout qu’il faut un peu de champ pour accrocher le 200.
Au niveau du pilotage, mieux vaut la conduire sur un rythme plutôt enroulé, sans transfert de masse, le mieux étant de garder un filet de gaz entre 2 virages, et la c’est un véritable rail.

Un vrai plaisir que de s’infuser 400 bornes au guidon de cette moto, j’en viens même à me dire qu’une hypermoto avec le moteur de la nouvelle 1100 dans le garage, ça me déplairait pas…

A voir aussi...

Essais : Multistrada
Galeries : Ducati Multistrada
Galeries : Ducati 1098 S
Essais : Hypermotard S
Essais : 1098S
  

Commentaires
 
Gracieux Olive (13/10/2006)
Ma foi de bien belles photos. J'aime beaucoup dans le brouillard. Je reviens sur l'histoire du temps de chauffe. C'est vrai que chez les ducat c'est toujours très long. Pour le moteur refroidit par air, il est conseillé de le faire chauffer en roulant lentement disons les 10 premieres bornes (c'est pour ça que vous prenez de l'avance comme des rascals) ! Meme si elle a un design un peu Goldorak, je la trouve assez chouette, surtout avec les valoches rigides, une bonne meule pour voyager et arsouiller dans la montagne. Sinon, y'a pas de photos avec ton chien, je suis vachement déçu :-)). Et c'est quoi ces bouts de carénages bleus où tu t'es bourré ? Y'en a qui ont voulu t'imiter on dirait ?

Ben (13/10/2006)
J'ai pas réussi a reconnaitre de quelle bécane ça vient, mais a mon avis elle a pris cher (ptet que c'est un pare choc de caisse aussi?)

Olive la précision (13/10/2006)
JE crois qu'il y a une grossiere erreur dans ton texte : tu parles d'inertie moindre du bicylindre par rapport au tri de la speed ! Mais...C'est impossible puisqu'elle est directement liée aux masses en mouvements qui sont beaucoup plus lourdes sur un gros twin que sur un 4 pattes mal réglé (un 3 pattes triumph, quoi :-) ).

Ben (13/10/2006)
a priori, sur les triumphs, le moteur est placé relativement haut ce qui n'arrange pas le centre de gravité en plus, je n'ai pas les chiffres, mais parait il que c'est un moteur "lourd" toujours est il que sur la tuono et la multi, l'impression de maniabilité est meilleure que sur la speed cela dit, une R1 avec plein de cylindres est ultra maniable du fait du poids cherche pas t'as tort

Loulou du boulot (13/10/2006)
A quandl es videos embarquees?a part ca felicitation pour l'article

Anonyme (13/10/2006)
merci! bientot les videos, j'attends ma carte video pour pouvoir le faire

JeanJean (17/10/2006)
Bien mortel cet essai. Tu vas finir dans un canard à ce rythme là dis donc !!!

Ben (17/10/2006)
merci grand! sur que si j'étais payé pour le faire en plus je dirais pas non

Motospeed (18/10/2006)
c'est effectivement une chouette moto pour l'avoir essayé mais je suis d'accord avec toi pour la position un peu trop droite qui ne permet pas le déhanchement dans les virolos.. Sympa tes comptes-rendus !

Juju (22/10/2009)
Pas de déhanchements pas de déhanchements viser plutôt ça les loulous : http://www.youtube.com/watch?v=kl14Vmsw0-w a++

Ben (22/10/2009)
marche pas ton lien grand ;-)


 
Noter l'article (126 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ