Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye de la Sarthe 2009
Saison 2009 du 01/04/2009 au 05/04/2009
1000 kms

(par Superman le 10/04/2009)

liens & avis

Mercredi 01

18h, le Scudo chargé à bloc arrive enfin à sa destination après une demi-douzaine d’heures de route depuis Valence.
Le joli petit village de la Suze sur Sarthe nous accueille avec un beau soleil printanier et le parc pilotes situé à proximité du « port » (avec un seul bateau accosté j’ai pas compris tout de suite qu’on avait affaire à un port à vrai dire..) nous régale la rétine avec son chemin de halage verdoyant et ses saules pleureurs géants.
Nous déposons Rodrigue, notre auto-stoppeur drômois et essentiellement singe sur une Ducati 888 attelée, puis nous dirigeons vers la chambre d’hôtes de La Chapellerie que nous a indiqué l’ami sml-seb, situé à une trentaine de kilomètres de la Suze et surtout à 2 km de la spéciale d’Amné, un placement stratégique quand vient l’heure des recos !
Avant de partir nous croisons Maxence sur sa Voxan qui revient de la spéciale « ah ah ah, z’allez pas voir le jour avec vos monos ! »
« ouais ouais, tu vas voir mon mono de 120cv ce qu’il en dit » !!



La curiosité l’emportant, nous passons faire un saut dans la spéciale en camionnette avant d’arriver à la chambre d’hôtes et y retrouvons Thomas avec son assistance de paylote d’usine et Florian venu faire un petit tour après le boulot.
La guerre psychologique commence direct quand Thomas nous annonce que la première enfilade se négocie tranquille à plus de 200…pfiouuu ça commence à aller vite mais on va pas se laisser déconcentrer !
Les virolos semblent plus serrés en vrai qu’en vidéo mais globalement la spéciale est rapide, je devrais pas être trop à la ramasse au guidon de la kawa.
2h plus tard, nos estomacs chargés à bloc par les bons soins de notre hôte Kathy nous indiquent qu’il est temps d’aller mettre la viande dans le torchon, c’est pas le tout mais on a du pain sur la planche demain !

Jeudi 02

Après un peu de jardinage matinal dans la campagne d’Amné pour trouver de l’essence, nous débarquons sur la spéciale avec la moto en mode duo.
Le temps est toujours tout beau et seuls 2 concurrents sont déjà sur place, Sebastien sur sa ZX6RR et Renaud sur la 600XLM championne de France en titre classiques au guidon du fameux Pélissou.
Le temps de déposer Aude au premier changement de direction de la spéciale, me voici dans la roue de mes 2 acolytes pour une découverte de mon nouveau terrain de jeu.
Pour la première fois je connais la spéciale quasiment par cœur avant même d’y poser les roues grâce à la vidéo postée par Kisskool du forum MS, et l’apprentissage n’en est que plus rapide.
La spéciale n’est finalement pas si pourrie que ça au niveau du revêtement et le bitume à gros grains semble délivrer du gros grip des familles, notamment dans l’épingle à droite qui m’incite quasi instantanément à dépuceler mes sliders de kéké qui font des étincelles.




Les 2 loulous qui me précèdent envoient quand même pas mal du tout et je commence à me demander pourquoi je n’arrive pas à suivre le vieux mono poussif dans certaines sections…pfiouuu il fait pas rire le Renaud avec sa mémé quand même.
Je retrouve l’ami Maxence venu avec son père au guidon d’une mignonne petite Derbi 660 Mulhacen et après une courte discussion celui-ci me passe les clés du bolide pour un petit test express dans la spéciale.
Bon, le bruit asthmatique mis à part, cette moto est vraiment sympa comme tout à conduire avec une maniabilité hors pair, un frein avant (radial !) démoniaque et un petit mono plein de bonne volonté qui booste pas trop mal dans les tours même si la mécanique Yamaha ne brille pas par son caractère débordant.



Je récupère ma passagère préférée pour enquiller la moitié du routier jusqu’à la Suze et nous partons à la découverte de routes locales.
Bon, pour être franc, les routes n’ont pas beaucoup d’intérêt si ce ne sont les superbes bâtisses traditionnelles que nous croisons et les virages sont en général surtout des intersections, souvent bien dotées en gravillons et/ou en terre.
Comme m’en avait mis en garde POM, la difficulté du routier viendra principalement du fait que les nombreuses intersections se ressemblent comme 2 gouttes d’eau et qu’il faut donc bien suivre ses partiels.
Après un petit snack en compagnie de Maxime « Metimax », nous partons en sa compagnie terminer le routier en retournant vers la spéciale.
Une fois la bas, je me rends compte que mes plaquettes arrières sont mortes et je décide donc de consacrer le restant de l’après midi à la recherche du Dafy du Mans et au montage de celles-ci une fois revenu à la chambre d’hôtes.
Je profite de ma séance de mécanique pour installer les xénons en prévision de mes recos nocturnes, puis reste plus qu’a patienter tranquillement que la nuit tombe.
21h, j’arrive sur la spéciale au coucher du soleil et la spéciale est déjà blindée de concurrents ! oulala, déjà que j’aime pas rouler de nuit, si en plus on y rajoute le stress des recos à 40 motos ça va pas le faire…
Bon gré mal gré j’enchaine donc mes montées à la queue leu leu et je me ferai même doubler 2 fois, c’est dire mes prédispositions naturelles pour le roulage nocturne.
Allez zou, je lève le camp pour aller plutôt faire la reco des petits plats de Kathy et du grand lit bien moelleux.

Vendredi 03

Réveil brumeux (non non j’étais pas bourré de la veille), il semble que le climat sarthois décide enfin de nous dévoiler son sale carafont.
Pendant qu’Aude se paye un tour de camionnette jusqu’à la Suze, je retourne faire un petit saut à la spéciale ou je me retrouve par bonheur seul.
Enfin presque seul parce que le tracteur est en train d’installer les bottes de paille et à vrai dire il prend un poil toute la route.
Malgré l’obstacle ambulant, le léger brouillard et mes petits doigts tout froids, je parviens à me faire super plaisir dans la spéciale grâce au bon grip et surtout au fait que je commence à mémoriser plutôt bien le tracé.
Retour au camping de la Suze par le routier de nuit, la différence n’est pas énorme il faut juste tourner à droite « à la maison ou le petit chien fait des bonds d’1m50 » au lieu d’aller tout droit pour le tracé de jour (pas de bol ils ont rentré le petit chien qui saute pour tout le rallye donc mon point de repère était pas top).



15h, l’heure des contrôles administratifs et petit moment de gloire quand je vais chercher mes belles plaques jaunes, oui oui c’est bon d’avoir des plaisirs simples dans la vie mais franchement la kawa est beaucoup plus chouette avec la déco jaune et son pilote est aussi vachement plus fier !
Le contrôle technique passe comme une lettre à la poste et à 16h la moto est rangée bien sagement au parc fermé en attendant l’heure du baston.
Bon ben plus qu’à glandouiller jusqu’au soir, l’occasion d’aller papoter avec tous les concurrents, de conseiller aux potes corses de mettre un peu d’essence dans le réservoir avant de mettre la meule au parc fermé et de rigoler un bon coup avec Flo qui arrive à l’arrache complet avec la moto pas prête du tout et le bonhomme à peine en meilleur état.
Allez zou, 1 bière et 100g de pates plus tard tout le monde se couche bien sagement en faisant une petite prière pour que le temps se maintienne à peu près sec.

Samedi 04

Ze « D Day » !
Levé aux aurores pour partir avec mes nouveaux mis les élites dès 7h30 du mat’, la première bonne nouvelle de la journée vient du fait que le temps est sec bien que fortement voilé.
Pour être franc, mon plan fumeux de changer le supermot’ pour la sportive ne tient debout que si les spéciales sur piste permettent de passer la puissance, donc sur le mouillé c’est pas gagné.
Mais bon la chance semble sourire à mon pari audacieux (un rallye de la Sarthe sur le sec, faut etre fada quand même pour parier la dessus !) et pour l’instant le choix de la monture me semble plutôt opportun.
Petite nouveauté pour moi, nous partons à 2 sur le routier et j’aurai le plaisir d’accompagner Maxence pour la première liaison jusqu’au circuit du Bugatti.
Les sides partant traditionnellement en premier pour la première spéciale, nous posons les motos dans la ligne des stands le temps que ces derniers s’expliquent sur les 4 tours du Bugatti.



Et la…ça commence…badaboum badaboum badaboum…pfiouuu pire qu’au départ d’une spéciale sur route, la pression sanguine monte en flèche, le cœur qui s’excite comme après avoir tordu une dizaine d’expressos…boudiouuu ça impressionne ce grand circuit tout plein de gradins et de beaux vibreurs pour nous tout seuls !
Départ pour le tour de reco à un rythme semi-pépère, j’essaie de mémoriser les trajectoires et de chauffer les pneus dans la meute de furieux…Nick double tout le monde à fond les ballons, surement histoire d’annoncer la couleur…
Stop sur la ligne de départ….départ par ligne pour le tour de chauffe…essai de démarrage à donf, la moto se cabre en 1, en 2, en 3, bon OK faut lacher l’embrayage…c’est parti…le cœur qui s’emballe toujours…aucune concentration sur les trajectoires…et hop, fini la rigolade, tout le monde à sa place, le petit bonhomme tout devant agite le drapeau rouge…je fixe le feu rouge…paf feu vert ! GAAAAAAAAAAAZZZZZ cette fois le départ est pas trop mal négocié, je profite de la patate de la ninja dans les tours pour doubler une dizaine de concurrents et me voici dans le premier virage de la chicane du dunlop, avec tout un tas de furieux autour de moi, je double, on me double, ça passe dans tous les sens, je suis tellement attentif à mon environnement que les trajectoires passent complètement à travers, pour l’instant j’arrive à gérer l’angle et la poignée de gaz, faut pas m’en demander plus !
Petit à petit les écarts se stabilisent et je peux me concentrer sur les petits lapins qui courent vite devant moi…aaahh, mais qui vois-je ? mon espoir-vétéran-concurrent Didier sur son Hypermotard ! et hop quelques virages à étudier la trajectoire et un coup de gaz pour passer l’insolent…suivant !



Plus ça va plus j’ai confiance en mes pneus et j’arrive enfin à mettre un peu d’angle, faut dire que j’avais pas fait de piste depuis quelques mois, ça s’oublie vite.
Tiens mais voila l’ami Florian et son 950 SM ! celui la faut que je me le fasse, juste histoire de pouvoir la ramener ce soir à l’apéro !
Ligne droite, le compteur méga optimiste m’indique 280, je remonte comme une balle sur la grosse bestiole orange mais flute déjà le dunlop qui se profile, je préfère assurer et rester dans la roue de Flo plutôt que de le striker, pfff décidément le rascal a bien progressé et même avec sa machine pas faite pour j’ai un mal de chien à faire la différence !
Allez on se rapproche, on se rapproche et…ah ben non en fait c’est lui qui doublera Jérôme Argoud dans le dernier virage du raccordement qui commande la ligne droite ! eh ben mon cochon, voila qu’il se paye le champion de France Topsport en titre !
Malheureusement pour moi la course est finie et j’accrocherai la 18° place au scratch de la spéciale.
Un résultat pas si mauvais dans l‘absolu mais quand on sait que ma tactique était de prendre de l’avance principalement sur celle-ci, je me dis que j’aurais pu rentrer au moins ces saletés de supermotards (Flo finit 16 et Max 6° !) et accessoirement le Voxan Street Scrambler qui fanfaronnait 3 places devant !
Les 3 premiers nous aurons mis une bonne fessée avec une grosse vingtaine de secondes d’avance sur ma pomme (Chéreau, Ayrton et Colliaux)



Avant de prendre la route pour la liaison, nos aurons le droit à 3 tours de reco du circuit école « Maison Blanche » derrière un pace car.
Pas de difficulté particulière, le circuit est hyper simple à mémoriser et je le connais par cœur dès le 2° tour.
Le routier se passe sans encombre, Marc Troussard et « Moon » font l’animation en me doublant à fond les ballons pour se perdre dès le virage suivant !
Arrivée à la spéciale, je fais quelques allers retours sur une ligne droite avant d’aller pointer au CH histoire de garder mes pneus tout chauds.
La spéciale déroule bien, je suis beaucoup moins sur la retenue du fait que la route étroite soit fermée et je décroche ma première place à la régulière dans le top 20 ! 18° à l’arrivée, je suis pas peu fier !
Non moins fier, Thomas scratche tranquillement sa spéciale et un peu moins de bol pour Max qui scratche ses carters quasiment sous les yeux de sa maman qui lui avait pourtant bien dit de rouler prudemment ! ah la la ces jeunes…plus de peur que de mal heureusement et Max repart avec une minute dans les dents.



Retour au parc fermé pour l’aspirateur à grande vitesse et retour au campement pour nos pommes.
Après une bonne grosse pause entre 11h et 14h30, nous reprenons la route direction Maison Blanche, un poil inquiets de voir les gros nuages noirs à l’horizon…
Malgré quelques portions un peu humides, le circuit est sec et j’en profite pour rentrer dans le lard à ma vaillante petite monture, bien servie par des supercorsa au feeling extra.
Accélérer, freiner, tourner, rien de plus à savoir pour le moment, la kawa est dans son élément et réalise l’exploit de sa petite carrière avec une 5° place scratch à 5s et des bananes du vainqueur de la spéciale Bruno Schiltz !
Bon d’accord c’est pas une vraie spéciale de rallye mais au moins j’ai pu fanfaronner à l’apéro avec les 2 lascars en katoche !
Le routier qui suit sera accompagné de la pluie traditionnelle régionale, mais l’ondée est suffisamment faible pour ne pas entamer la confiance que j’avais mis dans mes pneus.
Départ de la spéciale sur le mouillé donc, bon feeling et frottage des sliders dans le droite préféré de Maxime ! premier posage de genou sur le mouillé, un signe qui ne trompe pas puisque je bats mon record du matin avec une 13° place scratch et des gros calibres derrière moi tels que Ol’, François Bos, les 2 Maximes (pour notre Max évidemment c’était pas son jour) et surtout Florian ! la fête continue !



Fin de la journée vers 17h, la pression redescend rapidement et je trépigne en attendant les résultats !
Une sacrée bonne moisson avec 4 spéciales sur 4 dans le top 20 et chapeau aussi à Flo pour sa 7° place à l’ES2 ! Thomas a cartonné comme d’hab et marque Mano Delaval à la culotte à moins de 5s au général.
Au final je prends les 11 juteux points de la 10° place !
Pour Maxime évidemment c’est pas la joie mais il a toute la nuit pour limiter la casse et récupérer des gros points.
La nuit justement, j’aime pas ça…non pas que ma mère m’ait enfermé dans un placard quand j’étais petit, mais j’arrive pas à anticiper la sortie des virages quand il fait pas jour, c’est comme ça.
Donc, j’ai décidé que j’avais fini mon rallye à la fin de l’étape de jour vu le peu de chance pour moi de récupérer des points la nuit.
Mais bon, c’était compter sans Flo, vexé comme un pou de terminer la journée une place derrière moi qui m’a chauffé pour l’étape de nuit, du coup pour lui faire plaisir j’ai essayé d’envoyer un peu quand même dans la nuit.

Saturday night fever

Spéciale de Maison Blanche, cette fois de nuit et sur le mouillé, pas de panique le circuit « accélérer/freiner/tourner » a du grip et les sliders font le spectacle son et lumière dans tous les virages, 10° place à la clé et encore une demi-seconde de chipée à Flo !
Direction la spéciale d’Amné donc pour la dernière spéciale et la ça tourne un peu au vinaigre.
Pour commencer je perds 2/3 minutes car le portail pour sortir du circuit était fermé, ensuite je me retrouve avec Moon et Nico Champay pour le routier, tout va bien jusqu’à ce que je me rende compte que mon roadbook était foireux et que j’avais mélangé les bandelettes, pas d’autre choix donc que de tartiner derrière les 2 loustics pour pas me paumer.
Ensuite, la pluie s’y met, la visibilité devient médiocre, je me fais quelques frayeurs sur des portions bourrées de graviers ou couvertes de ressuage hyper glissant.
Je me rends compte en pleine accélération que les flics me zieutent aux jumelles à l’entrée du village de Maison Rouge et pour finir je commence à stresser parceque je n’ai pas calculé à quelle heure je devais pointer…bref, 45min plus tard la corvée se termine bien avec quelques minutes d’avance grâce à mes 2 compagnons de galère, merci à eux !
Pas trop motivé pour la spéciale avec la pluie qui tombe et la nuit bien noire, je la monte pépère à la Maxime histoire d’assurer et je finis 45° à 16s de Mano qui scratche.
Evidemment Flo n’a eu aucun mal à me reprendre 8 secondes et finit donc largement devant moi à l’arrivée.



23h, fin du rallye, n’en déplaise aux puristes qui ne jurent que par les nuits interminables je suis plutôt super content d’être peinard à l’assaut du pack de bière aussi tôt !
Plutôt cool de faire partie des élites donc, ça change de mon premier rallye de l’Ain ou à cette heure là j’attendais encore avant de prendre le départ.
Autre avantage, on roule dans les mêmes conditions climatiques, et elles sont rarement meilleures pour les derniers que pour les premiers !
2h du mat, fin de la thérapie par le houblon, on tente désespérément de dormir mais nos voisins mal élevés de l’ASMACO semblent pas trop sur la même longueur d’ondes et foutent un bordel monstre à 5m de notre tente…



9h du mat’, réveil difficile mais bien récompensé par la lecture des résultats définitifs !
Je termine donc 22° de l’étape de nuit (ça on s’en fout) et étonnamment 9° du rallye, devant Flo qui a pris ses 15s de pénalité à cause d’un départ anticipé.
Bref, je gagne mon petit match avec Flo sur tapis vert, avec une 12° place finale pour lui.
Le podium est assuré par Mano Delaval, Thomas Garcin et Nick Ayrton, quant à moi j’empoche la coupe de premier espoir avec une jolie casquette et un bô t-shirt « j’aime le 7-2 !! »
La cerise sur le gâteau c’est que je gagne également un engagement au Moto Tour, bref ma tactique de changer de moto a franchement bien fonctionné et j’espère pouvoir rouler aussi bien sur la katoche à l’avenir !

Rendez vous en Corse le 25 Avril pour la manche suivante !

A voir aussi...

Galeries : Rallye de la Sarthe 2009
Galeries : Rallye de l'Ain 2009
Rallyes : Rallye de l'Ain 2009
Galeries : Rallye des Garrigues 2009
Galeries : Rallye de Corse 09
  

Commentaires
 
MIDO (11/04/2009)
TOUJOURS AUSSI FIERE DE MON REJETON MOA !

Thomas garcin (11/04/2009)
Super CR comme d'hab ! J'espere que tu vas le faire ce DDT ! @ la semaine prochaine Tom

Berni (11/04/2009)
encore un CR bien concocté qui nous fait vivre le rallye de l'intérieur comme si on y etait. on veut une photo avec ton beau tee-shirt du 7-2 ;-) sinon pour le reste, j'ai tjs pas compris comment tu te traines tjs à Alès alors que sur des routes pourries, gravilloneuses, mouillées tu arrives à poser le genou avec des SC. un grand mystère pour moi!

Ben (11/04/2009)
Merci pour vos coms! @Thomas: clair que je vais le faire le DDT, je vais pas louper l'occasion! @Berni: on s'expliquera en temps voulu ^^

Aude (14/04/2009)
Super CR, toujours trés agréable à lire... vivement la Corse !!

Phil6907 (15/04/2009)
Félicitations ! Et Mer** pour la Crose . . .

Old Sister (20/04/2009)
Bon, il était temps que je me pointe, in extremis avant le prochain challenge chez les maquisards, où notre super héros semble avoir accosté malgré mon vote pour le loupage du bâteau ;-) Comme dit souvent quelqu'un qui nous est très cher ... "je n'en atendais pas moins de toi mon p'tit" !! Et je me demande encore comment MJ ne t'a pas déroulé le tapis rouge pour officier en première page ... poser la cervelle pour mettre les gaz sur un engin de fou c'est une chose, mais avoir le stayle sur le papier comme ça, peuvent s'accrocher les autres concurrents !! Bon vent et bonne baston, je vais me remettre sur mon ordi avec le palpitant à 200 et le genou par terre ;-) 100% avec toi ...


 
Noter l'article (50 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ