Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye des Volcans 2009
Saison 2009 du 29/08/2009 au 30/08/2009
500 kms

(par Superman le 06/09/2009)

liens & avis

Mercredi 26 : les vacances en Auvergne

Après une semaine caniculaire à Valence, Aude et moi décidons d’aller prendre un peu le frais à St Ours les Roches pour y disputer la 6° et dernière épreuve du championnat de France des Rallyes 2009.
3h de route plus tard nous rejoignons Thomas et Ol’ directement sur la spéciale de la forêt, située à environ 25km au sud-ouest de St Ours, notre futur camp de base et départ du rallye.
A peine une centaine de mètres parcourus dans la spéciale à contre sens que le ton est donné, nous croisons un troupeau de furieux en 600XLR dont Pélissou le revenant sur une monture flambant neuve des années 80.
L’un deux me fait signe de ralentir alors que je roule quasiment à l’arrêt, j’en déduis donc que ça va débouler sévère en face.
En effet, à l’entrée du virage suivant, une superbe KTM RC8R déboule plein angle, suivie de quelques gorets aux trajectoires aléatoires, dont une morini et une street triple (pour ne pas les citer).
Bien, après 2 mois d’abstinence, ça fait quand même plaisir de retrouver cette bonne petite ambiance de cinglés.
Le temps de décharger le camion, sortir la moto et de recharger, me voila en piste avec Thomas qui insiste pour me montrer les trajectoires…ahem suivre Thomas avec le moteur froid et sans connaitre la spéciale ça va être comme qui dirait pas trop jouable.
Comme prévu au bout de 2 virages le jeune corse me bouchonne loin devant et je commence à mémoriser tranquillement les virages.
Et c’est une belle surprise car la spéciale se révèle très sinueuse avec un mix de virages rapides et lents et un grip d’enfer.



En redescendant nos croisons un boulet de canon sur un supermot’ rouge…pfiouuu l’amuse pas le terrain celui la.
2° monte, le rythme augmente doucement mais je perds Thomas dès les premiers virages.
Arrivé en haut, je le retrouve arrêté en plein milieu du dernier gauche, en pleine discussion avec un spectateur.
Je pose la moto un peu plus loin avec un mauvais pressentiment et ce dernier nous apprend que le supermot’ rouge vient de faire une sortie de route dans ce même virage !
Ouille, en fait il s’agit de Wilfried Cally et pendant que Thomas descend le voir, je monte au village chercher la copine de Wilfried.
Pas de chance, je ne l’ai pas trouvée mais elle était déjà sur les lieux quand je suis redescendu.
Les commentaires peu optimistes de Thomas seront rapidement confirmés par les pompiers : Wilfried a été victime du coup du lapin en heurtant un arbre et est mort sur le coup.
Coup de froid sur le paddock, certains abandonneront le rallye dans la foulée, dont Maxime Olivieri qui jouait pourtant le titre scratch et Thierry Canazzi.
Direction St Ours pour installer le campement, l’atmosphère est morose mais heureusement la démonstration de montage de tente par Thomas nous redonne le sourire.



Après quelques hésitations, nous décidons d’aller reconnaitre de nuit la spéciale de la forêt, ça serait un peu dommage d’être arrivés si tôt et de ne pas rouler si le rallye est maintenu.
Le temps de mémoriser correctement la spéciale, je prends la roue de mon lièvre corse et aussi surprenant que ça puisse paraitre j’arriverai à la garder jusqu’en haut de la spéciale sur quelques montées ! Pour un poireau de la nuit je m’étonne tout seul, et même Thomas me promet un top 10 si je monte comme ça lors de la course !

23h, retour au camping en mode « rapide » voire « rapide rapide », nous finirons la soirée tranquillement en compagnie de Ol’ et Mick.

Jeudi 27, les chtis de l’ouest débarquent.

La matinée commence plutôt mal pour moi car je me coincerai les cervicales dans la douche suite à un faux mouvement (non non, j’étais pas en train de tenter un truc avec Aude).

Du coup, pas envie de rouler pour moi et je me contenterai de bricoler en compagnie de Thomas qui me fera une bien belle démonstration de mécanique de haut-vol en voulant changer sa roue arrière…une fourbe entretoise ayant décidé de se remonter à l’envers, impossible de replacer la roue à son emplacement et sans l’intervention salvatrice de Moon, Thomas serait probablement encore en train d’essayer de monter sa roue à St Ours.

Sur ces entrefaits, le reste de la troupe débarque au grand complet avec le grand Max accompagné d’Ophé et de Catherine, et mon meilleur ennemi Flo accompagné de sa pompom de frangine Chloé.

14h, départ sur la spéciale de Villemorie que nous ne connaissons pas.
Après un peu de jardinage pour trouver la spéciale, nous voila sur place, la spéciale est quasi déserte, c’est génial.
La spéciale est relativement facile à mémoriser avec 2 passages « gros cœur » qui passent super fort mais en aveugle avec en prime une plaque noire brillante sur la corde et une priorité à droite pour l’un des deux.
M’enfin encore une fois la spéciale alterne virages serrés et relances rapides avec un bitume au top et peu de bosses, la kawa adore et moi aussi, à l’exception peut être d’un gauche hyper serré en montée assez technique à passer correctement.
Après quelques montées derrière Flo, j’en arrive à la conclusion qu’il va être difficile à rentrer car même si j’arrive à maintenir l’écart avec lui, impossible de le ramarrer.
Après quelques démos de stoppies de Thomas, le maire du village voisin déboule en nous signalant que les riverains se plaignent des excès de vitesse aux alentours…bon, pas la peine de chercher un terrain d’entente, le mieux et de tracer sur l’autre spéciale parce qu’avec un maire au milieu du virage qui gesticule pour nous faire ralentir, c’est pas comme ça qu’on va claquer des pendules.



La route sur la spéciale Ouest sera bien marrante avec quelques petits concours de ouèles, Max et moi étant bien aidés par la surcharge pondérale de nos selles passagers…
Spéciale de la forêt, je pars derrière Flo qui se traîne honteusement en prétextant découvrir la spéciale, mais bon, force est de constater que quelques montées plus tard, plus moyen de le larguer…grrrr ça va être tendu l’affaire !

Thomas tentera bien de nous faire prendre sa roue mais contrairement à la veille au soir, impossible de le marquer à la culotte, ce goret envoie du trop lourd pour moi.
Par curiosité je prends un chrono dans la spéciale raccourcie suite à l’accident et termine en 1’26 sans couper les trajectoires (enfin sans couper les trajectoires aveugles s’entend).
Mais bon, maintenant que nous connaissons la spéciale quasiment par cœur il vaut mieux rentrer car l’excès d’optimisme guette et il y a eu assez de dégâts comme ça…

Sur la route du retour, Flo nous gratifiera de quelques superbes roues arrières, et après un bon petit repas concocté par notre assistance au top, nous retournons à la spéciale de Villemorie pour les recos de nuit.
Cette fois la spéciale est archi-fréquentée et nous décidons avec Flo de ne pas nous attarder, on sera mieux avec les filles et une bière à la main !
Sur le retour un lapin fou se prend pour un sanglier et met un gros coup de boule dans le garde boue de la kawa, pour un peu j’en aurais bien fait le repas du soir mais Aude n’était pas trop motivée pour lui enlever le pyjama, tant pis !
Thomas rentre aussi prématurément au stand, à cause d’un vilain clou planté dans son diablo tout neuf, et heureusement pour lui Raf lui épargnera l’épreuve du second changement de roue.



L’équipe Triumphall arrive au grand complet puisque Cyril aka « vapatrovitch » nous a rejoint sur sa rutilante Trident 750 montée en pneus presque tendres et presque neufs (juste un tour ‘Europe dans les pattes en fait) et Jacques également présent sur sa dayto 675.

Vendredi 28, glande day

Après une nuit glaciale à mettre en hypothermie une famille de pingouins, nous émergeons difficilement mais les premiers rayons de soleil nous regonflent rapidement le moral.
Pendant que les retardataires vont reconnaitre les spéciales, Max, Ol’ et moi décidons de changer nos pneus, bien aidé que je serai par Etienne, l’assistante officielle Triumphall.
La journée continuera sans le moindre commencement de début de stress, mes cervicales ne me font presque plus souffrir grâce aux massages efficaces de ma chérie.
Récupération des plaques de course : JAUNES cette fois grâce à mes points marqués à l’Ain et la non participation de quelques corses, qu’Etienne le maroufleur fou me collera avec soin et amour sur la moto.

Fait assez rare pour être signalé, Ol’ nettoie son tas de boue qui lui sert de moto, pendant que Thomas colle ses numéros comme un gros boucher sur la Morini.



Nous partons ensuite découvrir la boucle Est avec Aude et Ophélie, le parcours est très facile, alternant routes vicinales, grands axes et chemin caillouteux.
Nous verrons au passage quelques merveilles comme le moulin des Palles datant de 1649.

Impasse sur la boucle Ouest, je préfère aller passer ma moto au contrôle technique, mais la file d’attente est tellement longue que Flo et moi décidons d’écluser quelques bières en attendant, en compagnie de Maxence et sa bande.
Le contrôle technique terminé, je retrouve une nouvelle groupie venue m’encourager : ma maman.
S’ensuit le traditionnel briefing pilotes pendant lequel Jacques Guillemoz tape du poing sur la table en déplorant le caractère trop dangereux des reconnaissances, personnellement je ne préfère pas polémiquer car je n’ai pas de solution à apporter mais je crois qu’il reste indispensable de reconnaitre les spéciales, d’une manière ou d’une autre.
Le soir venu la fête au village bat son plein, nous aurons même droit à Aline, la chanteuse Oursonne (c’est comme ça qu’on dit ?) qui régalera les tympans de nos voisins de campement du 2RTeam !
Jéjé et Jean-Marc nous ont également rejoints et iront squatter la buvette rapidement.
La fin de soirée sera tranquille, entrecoupée des opérations commandos destinées à couper le micro de la jeune chanteuse, puis égayée par les chants lyriques de nos amis sarthois en pleine nuit.

Samedi 29 : fini la rigolade

Réveil en fraîcheur sous un beau soleil de nouveau, les concurrents seront cette fois séparés en 2 moitiés, l’une partant sur la boucle Est constituée des Elites top-sport, les top-sport et les classiques pendant que la seconde moitié parcourra simultanément la boucle Ouest, moitié dont Flo fera partie et qui malheureusement nous empêchera de rouler ensemble.

Léger retard au départ de la spéciale de Villemorie, le temps que les officiels soient prêts puis départ de Mano au guidon de sa Buell.
Les départs des spéciales seront suspendus à la suite d’un attentat Corse ayant mis le feu aux buissons…on cherche toujours le coupable…
Allez, c’est mon tour, le stress commence enfin à débouler en masse, je m’en étais bien passé jusqu’à présent mais on y a tous droit à ce moment précis je crois.
Top départ, je pars pas trop mal mais ma mémoire me fait défaut sur quelques enchainements de virages et je perds quelques secondes ça et là.
Les supercorsas raides de neuf se comportent à merveille malgré la température fraiche et le temps d’attente de 30 minutes avant le départ, pas l’ombre d’une glisse et je termine la spéciale en 1’19, à 2s de Flo, 3 de Max et à 4 du scratch de Thomas.



Je suis moyennement content de moi et effectivement ce temps me donnera la 22° place.
Le routier se passe sans encombre, nous partons ensuite pour la boucle Ouest avec la spéciale de la forêt que j’aime particulièrement.
Cette fois encore je me laisserai surprendre par un enchainement de 2 gauches car je pensais que le 2° était rapide mais je n’en serai quitte que pour une petite frayeur et un virage passé à l’arret.
Malgré cela je termine 13° en 1’23, à 1s de Max et à 4 de Thomas qui loupe le scratche de peu.
Quant à Flo, je lui reprends 1 seconde et demi, la bagarre est lancée !

Fin des 2 premières boucles, à peine le temps de m’enfiler un sandwich que nous devons repartir pour le même parcours ! c’est short les temps d’assistance, d’autant que depuis le matin je rêve d’une pause méditation dans les toilettes du camping…ça sera pour plus tard ^^.



ES3, retour à Villemorie, je profite de la file d’attente pour aller causer avec Max et Tom, qui ne semblent visiblement pas trop décidés à nous laisser jouer avec eux ! j’ai progressé depuis mon premier rallye mais le chemin est encore long pour pouvoir envoyer des chronos comme ça.
J’annonce à mes collègues que je vais péter mon temps de 2s au 2° passage, collègues qui me conseillent gentiment d’arrêter de rêver en ricanant…ah ouais c’est comme ça…tant pis pour vous y aura pas de prisonniers !

Et à l’issue d’une monte pas trop mal négociée, la récompense est là avec un temps de 1’17, 2s inférieur à mon premier passage, ce qui me fait remonter à la 14° place, à moins de 4 s du scratch de Mano et à 1s de Flo qui m’a encore repris un peu de temps.

Retour à St Ours avec une petite frayeur dans la partie caillouteuse ou je manque de perdre l’avant par excès d’optimisme.
Direction la boucle Ouest et la spéciale de la forêt, le routier est plutôt marrant avec une descente vertigineuse sur un tapis de graviers et une route abandonnée ou la nature commence à reprendre ses droits, très joli !



Au départ de la spéciale, je pars le couteau entre les dents et ne gagnerai qu’une seconde sur mon premier temps, je suis déçu car j’ai l’impression de pouvoir faire mieux.
Je termine 14° à un peu moins de 5 s du scratch de Thomas, mais j’arrive à reprendre 2s pleines à Flo qui est moins à l’aise dans cette spéciale ! la baston va être sans pitié décidément !
Fin de la boucle, enfin 15s de pause pour pouvoir aller méditer tranquillement, je repars au top de ma forme en fauchant quelques bonbons au départ du CH pour me donner un petit coup de fouet avant la spéciale de Villemorie.
J’arrive au départ sans réelle stratégie, ne sachant pas trop si je pouvais améliorer mon temps, je finis par décider d’enrouler plus les courbes pour avoir une meilleure vitesse de passage.
Bonnes sensations à l’arrivée, je gagne encore 1s et termine 8° à moins de 3s du scratch, reprenant même quelques dixièmes à Flo, génial ! mon premier top 10 sur route sèche, je suis trop content.

Sur la route en direction de la 6° et dernière spéciale de l’épreuve de jour, j’aurai la mauvaise surprise de voir Thomas sur le bord de la route, genou en sang et moral à zéro, à cause d’une bête erreur d’inattention sur les graviers.
C’est vraiment trop bête car le scratch jour était à sa portée.

Au départ de la spéciale de la forêt, je tente ma stratégie précédente (moins bourrin, plus coulé) et l’enfilade finale passe de mieux en mieux, résultat je finis 6°, et pour la première fois de la journée devant Max (et Thomas du coup…), et Flo se prend 1 seconde et demi dans les dents.



Résultat de la journée, je finis 11° juste devant Flo qui me talonne à 1,7s…sachant qu’il est meilleur de nuit ça va être chaud..enfin froid plutôt.
Max réalise une belle 4° place avec en ligne de mire la superbe MV de Cedric qu’il compte bien déloger du podium avant la fin du rallye.

Repas rapide en compagnie de nos assistant(e)s frigorifiées puis coup de speed pour être prêts à l’heure prévue, soit 21h.
Le départ de l’épreuve de nuit sera finalement décalé à 21h30, puis 22h.
La bonne nouvelle pour moi c’est que la 2° boucle sera annulée et que nous n’aurons que 130km à parcourir et 2 spéciales, eh oui je suis pas le « roi de la night » comme qui dirait, et je me verrai bien attaquer la fiesta dès maintenant !

Allez, on se motive, départ dans la nuit noire et glaciale, je commence à douter de la chauffe de mes pneus pour la première spéciale.
Heureusement il n’y aura pas d’attente et à part une ou deux petites amorces de glisse dans les premiers virages, le pirellis ne me trahiront pas.
J’arrive à prendre un rythme correct grâce à ma connaissance de la spéciale et à mon éclairage plutôt efficace, mais je me loupe à l’entrée du long gauche avant l’arrivée, j’ai été surpris par le virage qui se refermait.
Résultat : 1’26 soit 10s de moins que mon temps de jour, à 8s du scratch je sais que je ne suis pas dans le coup mais malgré tout ce temps me donne la 17° place.
Ce renard de Flo en profite pour me mettre 2s et refait son retard dans notre « course dans la course », il a même carrément 3 dixièmes d’avance sur moi.
Max quant à lui ne faiblit pas et réalise le 3° temps.




8° et dernière spéciale, l’épilogue, je sème mes derniers grammes de titane sur la spéciale de la forêt et termine à 6s du scratch, 5s moins vite que mon temps de jour, et surtout…9 dixièmes devant Flo !
Cerise sur le gateau, je prends la 10° place comme annoncé par Thomas !

A cet instant nous ne connaissions pas les résultats car les derniers chronos n’étaient pas affichés mais l’ambiance en rentrant était au beau fixe.
Pendant ce temps, Etienne et les fille avaient géré le retour de Thomas au camp qui s’en tire plus blessé moralement que physiquement et décide d’abandonner le rallye, c’est vraiment dommage mais c’est sa décision.

La soirée sera comme prévue bien arrosée grâce au champ’ de maman et à la bière qui coulait à flot à la buvette, tout le monde fête avec entrain la fin de la saison et notamment Manoel Delaval qui empoche le rallye et le titre scratch ! Bravo à lui.

Dimanche 31 : les résultats

Mal réveillé mais impatient, je fonce dès mon réveil voir les résultats de l’épreuve de nuit

Je suis classé 13° de l’épreuve de nuit, jute derrière Flo, et Max prend la 5° place.
Au classement scratch rallye, Manoël Delaval emporte le rallye suivi de Daniel Blanchon et de Max qui empoche la 3° place, Flo la 12°, et moi la ….11° !
Au final je suis super content d’avoir pu faire le rallye sur le sec et en roulant dans les mêmes conditions que les élites, ça confirme ma bonne forme actuelle sur la kawa, qui est définitivement plus adaptée à ma conduite que la KTM !

Enfin, au championnat, j’échoue à la porte des élites en prenant la 21° place, mais je garde la 2° place du classement espoir, ce qui était mon objectif de la saison.
Voila, fin de la saison, petit pincement au cœur en faisant les photos de groupe mais heureusement le Moto Tour arrive à grand pas et nous permettra d’attendre sereinement la saison 2010 !

A voir aussi...

Galeries : Rallye des Volcans 2009
Galeries : Rallye de l'Ain 2009
Rallyes : Rallye de l'Ain 2009
Galeries : Rallye des Garrigues 2009
Galeries : Rallye de la Sarthe 2009
  

Commentaires
 
Pascal (06/09/2009)
Bravo pour ton classement et bonne chance pour le DDMT !

Olive (06/09/2009)
Ouais vivement la spéciale dans la Té-Ci à Rouen !

Aude (07/09/2009)
Quel rallye ! ! Max semble avoir retrouvé sa confiance, Flo est devenu fou avec sa nouvelle monture, et Ben se met à rêver au top 10…. Aïe aïe aïe ils sont pas prêts d’arrêter !!! Quant à Thomas, on est fiers de toi : tu pourras enfin dire que tu connais les joies du camping ;-) … Bref, pour résumer, toujours une super ambiance pendant ce rallye, et un groupe génial que j’ai hâte de retrouver l’année prochaine (et au DDT pour les concernés !). Merci aux assistants pour le rapatriement de la moto de Tom (Jéjé, Jean-Marc, Etienne et Denis) , et bravo aux filles (Catherine, Ophélie, Chloé) d’avoir géré les repas pour tout ce monde… et le retour de Thomas au campement pendant la nuit ! malgré les températures hivernales, le moral était au beau fixe, et le petit champ’ de Dominique nous a permis de fêter la fin de saison comme il se doit ! ! Bravo aussi à l’équipe Triumphall qui, sans l’intervention efficace d’Etienne, aurait jeûné avant l’épreuve de nuit ! ! !

Jenny (08/09/2009)
Bravo les d'jeun's ... vous êtes vraiment marteaux, mais c'est comme ça qu'on vous aime, et encore une fois (sans vouloir rabâcher, ni sans aucun parti pris) ces super CR donnent encore plus le bourdon de n'avoir pas participé en direct live à toutes ces émotions hautes en couleurs !! Et résultats à l'appui ... que demande le peuple ?? (oui Maman, on a bien compris, mais il n'est pas prêt de le lâcher le guidon, moutard ou pas, il investira dans un side ;-) ???!). Groupie sister number 2.

Imido (09/09/2009)
bon, c'est une cabale ou quoi ? je sais que je ne fais pas le poids, mais pour moi Superman n'a plus rien à prouver. C'est le meilleur ! et que la force reste avec lui (ainsi que sa bonne étoile). Bravo pour tes résultats et ta progression régulière. chi va piano va sano et chi va sano va lontano.....


 
Noter l'article (29 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ