Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Balades  
Stage Rallye Patrick Curtat
Provence-Alpes-Côte d'Azur du 01/07/2007 au 04/07/2007
800 kms

(par Superman le 04/07/2007)

liens & avis

Ouverture de la chasse au lapin

15h, Nyons, je retrouve mes 2 compères toulousaings. Seb et sa 950 Supermoto et Pascal et sa ZX6R « Rat’s edition » ont taillé la route pour 2 jours de stage intensif…mais au fait, c’est quoi donc ce stage ?

Alléchés par un encart sur le site du MotoTour, nous décidons d’en savoir plus sur ce fameux stage « rallye routier » proposé par Patrick Curtat, une pointure dans le milieu, champion de France 2002 et toujours dans le top 5 du MotoTour depuis sa création.

Le but ? savoir appréhender un rallye, son déroulement, son règlement, la préparation des motos etc… Bon, ça c’est la version officielle…l’autre, c’est surtout passer 2 jours avec un vrai lapin de compète ! Mais on y est pas encore, revenons a nos moutons…la pluie commence a mouiller la route, plein sud, cap sur le mont Ventoux.

Pour faire plaisir a Seb, amateur de petites routes pas trop rapides, je décide de passer par Bedoin plutot que Malaucène. Mais en arrivant a Malaucène, un lâcher de lapins bifurque sous mon nez ! désolé seb, la petite route ça sera pour une autre fois, la j’ai du taff. Et pas qu’un peu, un troupeau de marseillais en sportives/roadsters et cuirs flashys, mes préférés ! Passé les 5 derniers traineteubs, j’attrape une 999 par la queue, puis une belle gex jaune, de vrais lapins comme je les aime ! La route se trempe de plus en plus mais les power 2CT sont toujours aussi ballistiques sous la pluie.



On profite d’une belle ligne droite paisible pour faire quelques vidéos de wheels, puis la route nous amène jusqu'à chez Patrick, une belle bicoque planquée dans une oliveraie. Présentations, scrutation de son arme, une espèce de Tiger 1050 tiounée « rallye », puis binouze bien méritée chez notre hote qui sait recevoir

Au programme : installation des dérouleurs de Roadbooks maison fabriqués par Patrick, simples et efficaces sur base de boite de cachous Lajaunie



Patrick nous emmène ensuite au gîte qu’il nous a réservé, en selle pour 4 kms finissant par 500m de petite route gravillonnée ou cet enfoiré nous largue immédiatement, ça commence bien…

Bon, c’est pas grave, le gîte est une tuerie, situé juste à coté Mées offrant une vue imprenable sur les Pénitents.



Amuse-gueules, apéros maison et pinaaaaard a volonté, ambiance hyper sympa et cuisine au top, tout ça pour même pô cher, une adresse a retenir : « Campagne du Barri » Les Mées (04)

Première leçon de plateau

Rencard a 8h30 a l’auto-école de Patrick (son vrai boulot) pour une séance de théorie intensive, on apprendra les bases du déroulement d’un rallye, les CH, les CP, les spéciales, les bases chrono, les pénalités, la préparation des breles, tout quoi !

2h plus tard, les roadbooks sont soigneusement enroulés et en route pour le premier CH, 38 bornes a parcourir en 38 minutes pour respecter les 60 de moyenne.
Pascal part devant sur une petite route semi-sèche et gravillonnée, je pars derrière Patrick…pas pour longtemps, le lascar enquille comme une brute sur cette route au revêtement fort aléatoire, moi qui suis sur la réserve je suis largué au bout du 2° kilomètre.

Ça commence bien ! Bon on continue, la route est glissante et mes power de merde me le font bien sentir, pas cool ! La gestion du dérouleur et du suivi du roadbook est assez déstabilisante au début, pas évident de se concentrer sur une conduite rapide et en même temps de surveiller chaque changement de direction en déroulant le roadbook simultanément. Mais bon, l’habitude vient et je me prends très vite au jeu, c’est bien cool ce jeu de piste pour motard.



Le parcours nous fait passer au beau milieu d’un marché que Pascal me conseille optimistement de traverser…trop cool la poussette au milieu des passants qui semblent bien se marrer en nous voyant transpirer comme des bœufs en poussant les brêles. Patrick qui a fait le tour du village se foutra bien de notre gueule au passage !

En route pour le 2°CH ou Pascal se paumera 2/3 fois, 28 km au programme où nous rejoignons l’arrivée avec 8 min d’avance. Midi, l’heure d’aller se péter la panse au gîte pendant que Seb galère avec sa Supermoto qui ratatouille a mort a bas-régime, pas de bol, les carbus et les bougies sont inaccessibles sur sa capricieuse autrichienne. A partir de la, le pauvre Seb sera obligé de rouler tout le temps dans les tours avec une moto qui cale dans toutes les épingles, pas glop !

1° CH de l’aprem, une petite route entre Malijai et Puimichel bien pourrie et étroite, je pars devant avec un poil d’avance, tant bien que mal j’essaie d’envoyer du gros mais bien vite le Tiger arrive dans le rétro suivi par Pascal a l’aspi. Patrick passe devant dans un style très particulier pour un arsouilleur : droit sur la moto, toujours sur la voie de droite, pas un virage coupé et pourtant une efficacité bluffante. Il a même le temps de me montrer les champs de lavande, mais honnêtement je pense surtout à ne pas m’envoler dans le fossé suivant…

2° CH de l’aprem avec 49km au programme et une pure route comme je les aime entre Oraison et Valensole, viroleuse et mal revêtue mais un poil plus large, je suis en confiance et la confiance revient bien.

Pendant ce temps Patrick donne un cours particulier à Seb et je les retrouve lors d’un arrêt photos au milieu des champs de lavande, c’est superbe ! Pause à Allemagne en Provence, Patrick veut nous montrer une spéciale du Moto Tour.
J’en profite pour lui prendre la roue et filmer le pro en action.



Ben y a pas, derrière lui on prend un rythme au dessus même si le lascar ressort plus vite des courbes. Avec une route récemment gravillonnée sur le dernier kilomètre et quelques voitures en face, on boucle la spéciale en 2’30 ce qui nous aurait classés dans les 30 lors de la vraie spéciale en 2006.

Retour sur Valensole, je demande à Patrick si je peux filmer le morceau qui me plaisait tant à l’aller, no problemo. Pascal veut prendre sa roue mais comme c’est moi qui ai la paluche, c’est moi qui ai droit à la leçon. Et la, c’est parti pour 6 minutes de spéciale, a bloc de chez a bloc, Patrick se fait une petite frayeur sur une plaque de gravier en plein virage, travers et bas coté au programme. La speed se fait secouer dans tous les sens et le pneu arrière semble en perpétuelle recherche d’adhérence, jamais roulé aussi vite de ma vie !

Suivre Patrick c’est vraiment la progression accélérée et cette fois la route me plait, la confiance est la, je l’ai pas lâché de toute la portion, trop content l’arsouilleur de quartier ! Renseignements pris, Patrick se gardait de la marge, il n’accroche pas trop sur la Tiger (trop lourde) et son pneu est mort… Pas grave, je suis trop content d’avoir réussi à suivre un demi-Curtat !

Pascal qui a raté le wagon en doublant une caisse s’est fait un peu larguer, c’est quand même un signe de tartinage intensif. Seb, quant à lui fait ce qu’il peut avec sa katoche farceuse. Pfiouuu, ça fatigue de rouler comme ça en mode concentré a donf.

Le retour sur Peyruis se fait par des petites routes terreuses et nid’pouleuses, et en guise de cerise sur le gâteau une belle bosse ou on décollera tous les 4 des 2 roues, un truc de malade, mais c’est l’ambiance qui veut ça.

Fin de journée, on savoure d’être encore en un seul morceau au bord de la piscine, puis la maîtresse de maison nous cassera le ventre et le foie a coup de bons petit plats accompagnés de rosé et rouge a volonté. Fallait bien ça !

C’est la saint Pascal

8h30, on décolle du gîte et Pascal me klaxonne.
- « il est gonflé mon pneu ? »
- « ben non t’es a plat »

Séquence galère, le temps de trouver un garage et de changer le pneu (content le Pascal avec son Power à 200€ !!). Du coup, le programme de la journée est raccourci et nous nous contenterons de 4 CH pour une distance de 200 bornes, à finir avant de bouffer.

Patrick ne nous accompagne pas mais sera présent a chaque CH pour valider les temps en condition rallye. Au programme : des petits cols, des mini-routes chouettes comme tout et un rythme un peu plus décontracté malgré quelques passages sur des courses de cote a bloc.

3° CH, photo souvenir pour les bourrés



4° CH, Patrick nous fait une liaison « Whoops » marrante mais trop flippantes pour décoller dessus. 15h, fin du stage et Patrick nous fait un super barbec’ a la cool arrosé d’un pinard « Norton-Morgon » de rigueur. On décolle finalement à 17h et Pascal fait un foin pour ne pas rentrer par la nationale, retour a Valence en mode petites routes de merde donc



Sederon, col du Soubeyrand, St Nazaire, tiens, Pascal chope les abeilles et se met à envoyer du gros. Pfff le salaud il envoie quand même et je me crache dans les pognes pour le suivre, et la..un gauche, Pascal plein angle, pascal plein annnnngle SCRIIIIIIIITCHHHHHHHHHH

Et meeeeerde, le 6R qui part visiter le fossé, Pascal qui surfe le bitume et au final la kawa 3m plus bas ….fait chier. Le temps de se remettre, on redresse la brêle qui redémarre aussi sec et remonte le fossé après 50m d’enduro, efficace les protections de piste ! Bilan des courses, un rétro et une pédale de frein arrière, quedalle quoi, ouf.

Allez, on rentre tranquille maintenant. Ah ben non, Pascal remet le couvert, sûrement histoire de pas psychoter trop longtemps, comme le coup de la chute de cheval en somme !

Alors ce stage ?

Ben pour résumer, je dirais que le rallye, c’est exactement notre façon de voir la moto, des bonnes balades dans des petites routes sympas, une arsouille de temps en temps et le tout dans une ambiance conivivialo-arsouillesque, avec en prime un jeu de piste pour stimuler le sens de l’orientation.

J’ai vraiment adoré en fait et je me suis fixé le rallye de l’Ain en 2008 comme objectif, sans « trop » me mettre la pression. Et puis, la concrétisation on peut dire que ça sera le Moto Tour en 2009, ça laissera le temps de mettre plein de ronds de coté !

En terme de formation, j’ai trouvé Patrick au top, la théorie est claire, la pratique est extra et les routes gravillonnées sont globalement moins flippantes maintenant.
Le pompon c’est la sympathie du bonhomme et finalement ça confirme le fait que quand on est né joueur, on le reste ;-))

  

Commentaires
 
Anonyme (25/03/2008)
c'est quoi ce vieux deterrage ?

Ben (25/03/2008)
si ils vous font chier mes CR vous avez qu'a le dire bande de ploucs parisiens

JeanJean (25/03/2008)
Je sais pas si c'est du déterrage mais en tout cas il a bossé ce WE le Ben, et c'est pas pour me déplaire tout ca !

Ben (25/03/2008)
bah c'est des CR qui étaient sur Bordeland et pas encore sur motoz, maintenant si !!!


 
Noter l'article (50 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ