Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
KTM 990 SuperDuke R
KTM : 2009

(par Superman le 03/07/2009)

liens & avis



Oui, je sais, c’est ma période KTM en ce moment, mais ce n’est tout de même pas de ma faute si les autrichiens font des motos ultra-bandantes.
Et il se trouve que lors de ma grosse balade dans les Pyrénées de début Juin, j’ai du passer pas loin de 400 bornes en compagnie d’une splendide SuperDuke collée à mes basques malgré un rythme pas toujours très raisonnable, et force est de constater que son cavalier Jérôme ne semblait pas à l’agonie.
Et même si dans certaines portions ultra-sinueuses la 690 parvenait à prendre une légère avance, le gros bicylindre revenait rapidement dans mes rétros lorsque la route se faisait un peu plus roulante, de quoi exciter ma curiosité donc.

Sur les bons conseils d’Olive dit « la fouine », j‘ai donc trouvé une SuperDuke à l’essai sur Valence, dans sa version « R » avec le cadre DDE et les coloris spécifiques à ce modèle.
Commençons par les présentations : la SuperDuke R c’est donc 186 kgs à sec pour 132 cv, soit 12 cv de plus que la SuperDuke de base pour un poids identique.
Sortie en 2007, la version R de la SD ne disposait à l’époque « que » des 120cv du modèle standard, mais depuis 2008, KTM a rajouté quelques épices dans sa recette avec de nouveaux pistons allégés, de nouvelles bielles, des soupapes d'admission en titane plus larges, des corps d'injection de plus gros diamètre, des tubulures d'échappement « Akrapovic » sérigraphiées (la grande classe, même s’il manque forcément les silencieux assortis).



La version R se distingue cependant autrement que par sa seule puissance améliorée et propose également des modifications sur la partie-cycle : angle de chasse plus fermé (1.2°), débattement de l’amortisseur réduit de 10mm, hauteur de selle augmentée de 15mm, garde au sol réduite de 15mm, selle monoplace et amortisseur de direction.
Comparé à la SuperMoto 990R, le roadster est donc évidemment bien rabaissé d’environ 50mm et les suspensions perdent entre 20 et 30mm de débattement.

Voila, j’en ai fini avec les chiffres, retournons donc chez le concessionnaire pour découvrir la bête en vrai.
Le sympathique vendeur de chez Honda effectue quelques tours de roue autour du magasin, j’imagine pour la faire chauffer avant essai (comme si j’avais une tête de sauvage…bref)
J’en profite pour la dévorer des yeux et je dois dire que ces coloris si particuliers commencent à me plaire, tout particulièrement sur la SuperDuke dont l’esthétique générale est bien plus fine et agressive que celle de la SuMo.
La sonorité du bicylindre est bestiale à bas-régime, elle a ce petit quelque chose de guttural qui fait frémir mon oreille attentive. (pas caverneux JeanJean, guttural ^^)

Je me débarrasse de mon permis de conduire en échange du guidon de la katoche et m’installe inconfortablement sur la « selle », si tant est qu’on puisse qualifier ce bout de mousse de selle, et si tant est qu’on puisse qualifier ce bout de plastique de mousse également.
J’essaie de pomper sur les suspensions à l’arrêt mais leur raideur n’autorise visiblement qu’une amplitude limitée d’un ou deux centimètres, tandis que la SuperDuke standard sur laquelle j’ai pu poser mon séant deux jours plus tôt me semblait presque confortable à l’arrêt.

Le tableau de bord est quasiment identique à celui de mon canardose, avec pour seules différence un gros « R » orange en fond et l’affichage de la température ambiante, pas de quoi être dépaysé pour si peu.



Après avoir attentivement écouté la proposition de road book de mon hôte (aller = 10 km de double voie, retour = 10km de simple voie avec traversée de village), je fonce en direction de mon roadbook à moi, qui bien sur se devra de comporter du roulant, du sinueux bien revêtu et du pourri.
N’ayant pas le temps de me diriger vers mes routes fétiches ardéchoises, j’opte pour un itinéraire campagnard autour de chateauneuf-sur-isère.

La première portion sera délibérément roulante et droite pour la première partie de mon essai, j’aime bien analyser le moteur avant de me concentrer bêtement sur le seul plaisir de conduite.
La position est naturelle et typique du roadster sportif, légèrement basculée sur l’avant, le filet de gaz est doux et les deux gros pistons pistonnent en douceur dès 4000 trs.
Comparé à celui de la SMR, le moteur est moins souple et cogne à 3000, là ou le supermotard répond en souplesse, il faudra maintenir les tours environ 1000 trs plus haut pour la balade bucolique donc.
Au-delà on retrouve le bicylindre coupleux et bien rempli de la gamme 990, qui propulse efficacement la moto et son pilote à défaut de lui donner de vraies sensations moteurs.
A l’approche des 7000 la fusée orange entre dans sa phase de post-combustion et commence à tirer sérieusement sur les bras, mais 1000 trs plus loin c’est game-over, et notre bonne vieille législation française coupe le robinet à kérosène en ricanant « tu sais ou tu peux te les mettre tes 132 cv ? hi hi hi oui voila, exactement là ! »

Bref, rien de bien intéressant à espérer dans les tours dans cette version castrée et malheureusement la qualité des wheelings s’en ressent puisqu’à part en ouvrant en grand en première, la seule façon de la lever est de mettre un coup de cirette en 2° à très bas régime (3-4000 trs)…aucune chance de la lever dans les tours alors que je suis persuadé qu’elle ne demande que ça, et même en 3.
Une fois en l’air le dosage des gaz est super fin et promet un gros potentiel tout comme sur la SMR.



Fin de la phase moteur, je traverse St Marcel en direction d’une route sinueuse menant à Chateauneuf/isère, enclenchement du mode « super-C », bourrez vous les caisseux je veux pas en voir un sur ma trajectoire.
Et la, j’ai envie de dire (bouchez les oreilles des enfants) : mais bordel de nom de dieu, comment KTM fait pour sortir des motos aussi faciles, intuitives et efficaces ???
Après mon coup de cœur sur la 990 SMR, me voila de nouveau en train de tomber amoureux de sa soeurette SuperDuke !
Une position qui incite à déhancher, une selle à l’ergonomie étudiée qui ne glisse pas et positionne parfaitement son pilote lors de la mise sur l’angle, un train avant meilleur que sur toutes les sportives que j’ai possédées bien servi par un supercorsa neuf à l’avant (BT16 neuf à l’arrière), des suspensions au réglage parfait sur revêtement lisse, un moteur dosable et sans phase de somnolence sur les mi-régimes…encore mieux que sur la SMR que j’ai encensée pas plus tard que la semaine dernière !

Ce qui confirme le premier point important : le roadster me convient mieux en conduite typée piste, également appelée conduite type super-côooonnard ^^, et me permet de rentrer plus fort en courbe, quel regret de ne pas avoir eu les sliders et ma cote du pin à dispo !
Fin de la route rapide, j’enchaîne sur une petite campagnette (c’est comme une chevrette mais à la campagne) pourrie, et bien qu’étant plus rigide que la SuMo, la Duke se comporte étonnamment bien et avale une grande partie des bosses sans me faire part de son mécontentement comme avait pu le faire la Brutale auparavant (pourtant doté d’un amortisseur de même provenance).
Pour autant il serait abusif de lui donner le titre de tapis volant car mêmes si les bosses ne désunissent pas la moto, celles-ci restent parfaitement retransmises à votre sacrum (spéciale dédicace à Thomas) grâce à la mini-selle en plastoc et le débattement limité des suspensions.

La maniabilité n’a rien à envier à ses concurrentes et s’avère même largement supérieure à la référence du genre, la CB1000R que j’ai eu l’occasion de tester dans les Pyrénées en début du mois.

KTM ne fabrique pas des motos, mais des armes…

Voila ce qui résume bien mon ressenti sur mes deux précédents essais de la gamme 990 R, sur ces motos il semble que tout soit étudié pour dévorer du lapin, et même du lièvre musclé, filez moi une meule comme ça et je finis en prison à vie accusé de génocide de léporidés, impossible de résister à la tentation de jeter ces motos sur l’angle et de tartiner au moindre enchainement de virages, du bonheur en barre !

Bien sur cette SuperDuke manque de capacités routières, à cause de sa selle dure et monoplace, excluant de fait sa passagère.
Et si les suspensions sortent de l’épreuve des routes bosselées avec les honneurs, la SMR remplira cet office avec beaucoup plus de brio et se révèlera d’une manière générale beaucoup plus adaptée à la route.
Mais attention, qu’une spéciale rapide et bien revêtue se profile à l’horizon, que l’occasion d’une session piste se présente et la SMR peut dire adieu à sa couronne et se fera croquer tout cru par une SuperDuke dans son élément !
Et alors ? Laquelle je choisis ? bah ! au risque d’enfoncer les portes ouvertes, la Duke pour les rallyes et la SuMo pour la route, définitivement !















Les + :
- Tenue de route
- Train avant extraordinaire
- Position parfaite pour l’attaque
- Moteur plein comme un œuf
- Design fin et agressif


Les - :
- Coloris pas très raccords avec mon Alpinestar de kéké
- Et Aude je la mets ou ??
- La Selle est une farce en terme de confort
- Akra et débridage OBLIGATOIRE
- Moteur grincheux sous 4000 trs

  

Commentaires
 
Sml (03/07/2009)
Le meilleur qualificatif que j'ai lu sur son compte pour le moment "La machine à baffes"... P'tet que je finirai par craquer un jour quand même, parce qu'elle est vraiment troooooop sexy c'te meule !

Ben (04/07/2009)
clair! mmmm ce ptit cul en l'air !!

Anonyme (05/07/2009)
Après tout, une SD-R pour les longues balades, et une SXV 5.5 pour les arsouilles autour de la maison, ça pourrait le faire, non ? Comme disait le poète : "On n'est pas sérieux, quand on a 17 ans". Alors quand on approche 2 x 17, je ne vous raconte pas ! ;)

Edgard_chef (06/07/2009)
salut vient faire un tour sur superduke990 tu apprendras encore plus de chose !! en plus moi je suis pas loin de montelimar !!

JeanJean (06/07/2009)
Ca serait pas mon site que je croirais que c'est de la pub dites donc ? Bon comme on est pas des sauvages (en dehors des routes), je transforme l'url en lien.

Ben (07/07/2009)
le lien marche pas, à mon avis t'as rajouté motoz en trop sur le lien. edgar > on le programme quand l'essai de ta superduke alors ? B-)

J!bé (07/07/2009)
J'avais flashé sur cette meule au Mondial. Après essai de la version "basique", grosse déception : - Moteur linéaire pour un bi - Pas de senti de pistons - Moto asceptisée, comme les derniers Tuono - Débridage et ligne qui va bien à ajouter aux 14000€ du prix de base pour, espérons le, avoir des sensations dignent de ce nom. J'ai opté pour de la bolognaise, même si cette Katoche reste une arme ;-)

Ben (07/07/2009)
ouaip, c'est vrai que c'est plus l'efficacité de l'engin que les sensations moteur qui m'attire, mais je suis sur que les silencieux aident bien

Boy George (07/07/2009)
Se faire pistonner le fion y'a que ça de vrai

Dave (08/07/2009)
grave...


 
Noter l'article (73 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ