Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Essais  
Dorsoduro SMV 750
Aprilia : 2008

(par Superman le 01/11/2009)

liens & avis
C’est à l’occasion d’une petite balade en Ardèche que j’ai eu l’occasion de tester la toute récente APRILIA 750 SMV Dorsoduro de Nico.

Présentations

La Dorsoduro, littéralement « dos dur » en italien, tire son nom du seul quartier de Venise construit sur un sol rocheux, et non pas marécageux comme le reste de la cité. Pas de panique, cet aparté culturel n’a pas pour but d’étaler ma culture éblouissante, il suffit de deux clics dans google pour en connaitre autant, mais c’est une façon d’en arriver à ma première constatation : la Dorsoduro a la selle dure !

Une fois assis, la position est tout à fait naturelle, le guidon est large et bien positionné et la selle semble relativement haute, je pose difficilement les deux pieds à plat du haut de mon mètre 78.
Pourtant, les débattements de suspensions sont particulièrement réduits : à peine 160mm pour l’arrière et l’avant, soit 50mm de moins que mon ex- 690SM, mais la forme de la selle est certainement la cause de cette hauteur de selle plutôt élevée.

Techniquement, la sept et demi propose 92 cv pour un poids de 186kgs à sec, le tout pour un tarif d’un peu moins de 9000€.

Esthétiquement, la moto est plutôt jolie, avec une caractéristique assez courante chez Aprilia : un arrière magnifique, avec un pneu ultra large, un feu à diodes effilé et deux silencieux magnifiquement intégrés, mais une partie avant correcte, sans plus. Cela dit, force est de reconnaitre qu’avec la RSV4, Aprilia a enfin réussi à faire une moto avec une belle gueule ET un beau petit cul.

Enfin, le coloris noir de la moto de Nico évite les fautes de gout habituelles des Aprilias type Tuono à damiers ou aux coloris patchworkesques bleu/blanc/rouge/bronze/doré…

Ignition !

Une fois la clé de contact tournée, l’écran du tableau de bord nous affiche un joli dessin du profil de la Dorso, et tout un tas d’informations plus ou moins intéressantes. La première qui intrigue est celle du mode d’injection, qu’on peut régler au choix sur S, T ou R comme Sport, Touring et Rain.

Pour aujourd’hui, je reste en mode Sport, et ce pour 3 raisons, la première c’est que j’ai pas l’intention de faire du tourisme, la 2° parce que Nico sait pas comment changer de mode et la 3° parce que moi non plus ! Sauf erreur, le tableau de bord n’indique pas le rapport engagé, personnellement j’aurais trouvé ça plus utile qu’un bô dessin mais bon, pas rédhibitoire pour autant.

Le Cheylard, Pit stop traditionnel des virées ardéchoises, je prends le guidon de la bête en direction de St Agrève, une portion classique mais efficace, gavée d’enchainements de virages au revêtement plus que correct. L’aprilia se révèle tout d’abord très douce, ne cognant que sous les 2000 tours.

Le bruit des échappements est rageur à la décélération, émettant un Broooo très sympa, un peu à la manière de la supermémé d’Olive, mais est relativement timide à l’ouverture des gaz. La gestion « ride by wire » de la poignée de gaz laisse entrevoir quelques hésitations au moment d’ouvrir en grand, un peu comme si la moto réfléchissait avant de bien vouloir envoyer la purée, ça dure pas longtemps mais suffisamment pour être ressenti de façon aléatoire.

A l’instar de la selle, les suspensions semblent fermes de prime abord, on est loin du confort de la 690 SM auquel j’étais habitué mais encore une fois ce n’est pas le tourisme qui m’intéresse dans l’instant et comparé à la Ninja, l’Aprilia offre un confort tout à fait satisfaisant. Passés les 5 premiers kilomètres de prise en main et de chauffe des peu-neus, les sirènes de la virole m’envoutent et je passe en mode Sport tout comme ma monture.

En bon supermot’ qui se respecte, la moto se balance relativement facilement mais ne donne pas un grand retour d’informations en provenance du train avant, limitant de fait les entrées en courbe sauvages, je freine, j’attends d’être sur de l’appui du pneu, j’angle et je soude en sortie. Concrètement y a moyen d’être rapide mais une sportive bien suspendue permet de zapper la 2° étape assez facilement.

Et puisqu’on parle de freins, profitons en pour analyser l’Aprilia : peu de garde au levier, de la puissance mais malheureusement aucun mordant sur ce système full-radial. Un point certainement perfectible avec un autre jeu de plaquettes bien rodé. L’arrière est efficace et loin d’être piégeur comme feue ma KTM et son système « spécial tout droits »

Le moteur

Il est souple dès 2000 trs, ça on l’a dit, mais et après ?
A ce stade, première déception : le twin manque cruellement de couple à mi-régime, une constatation assez curieuse car je n’avais pas ressenti ça sur sa frangine la 750 Shiver. Sur le supermot’, la puissance tarde à pointer le bout du nez et en mode attaque, point de répit sous les 7000 tours, voire même 8000 pour la vraie poussée bien velue.
Encore une fois on retrouve une spécificité des Aprilias : un moteur sans patate sur les mi-régimes mais avec une allonge digne d’un quatre cylindres ! La fiche technique ne contredira pas les sensations avec une puissance maxi obtenue à 8750 trs/min.

Bon, admettons donc que cette moto à vocation sportive ait un moteur qui s’exploite de façon sportive, d’une certaine manière c’est cohérent. Oui, mais…

Mais voila, après St Agrève, la départementale sinueuse en direction de Lamastre découvre un bitume un peu moins bichonné par la DDE, laissant entrevoir le 2° point faible de ma monture : la tenue sur le bosselé.
Pas de gros défaut à signaler, la moto reste saine, mais en la jetant sur l’angle sur une compression ou une petite bosse, elle envoie de grosses ondulations qui empêchent de se sentir pleinement en confiance.

Entendons nous bien, cette moto n’est pas un saucisson et permet de tenir un rythme plus que correct, mais pour peu qu’on soit en chasse d’un lapin bien coriace, cette dernière ne sera pas la meilleure arme pour punir l’insolent et risque de vous laisser sur votre faim plus d’une fois ! En terme de maniabilité, le grand guidon fait du bon boulot mais les 200 kgs tout pleins faits ne la rendent pas aussi efficace qu’une petite 690 dans les mêmes conditions, elle sera clairement plus à son avantage sur une route permettant d’exploiter les 92cv du bicylindre.

Petits points de détail observés au passage : la boite est assez rêche et les wheelings en 2 semblent assez difficiles, quant à l’autonomie, la réserve s’allume au bout de 150 km environ.

Conclusion

Non, cette meule n’est pas une daube ! Elle offre une position agréable, un moteur puissant, un look très sympa et un comportement routier dans la bonne moyenne.

En revanche, si vous aimez le senti de piston, préférez une Ducati Hypermotard, si vous cherchez la maniabilité d’un vrai supermotard, optez pour une 690 KTM, et si vous aimez les partie cycles irréprochables, le 990 SMR sera le choix évident !

A voir aussi...

Galeries : Aprilia Dorsoduro SMV 750
News : Aprilia RSV4.
Galeries : Aprilia SL 1000 Falco
Galeries : Tuonolive
Essais : Tuono
  

Commentaires
 
Pascal (02/11/2009)
Malheureusement la conclusion est erronnée : "si vous aimez le senti de piston, préférez une KTM 660 SMC, si vous cherchez la maniabilité d’un vrai supermotard, optez pour une 660 KTM, et si vous aimez les partie cycles irréprochables, le 660 SMC sera le choix évident !". C'est pourtant facile de ne pas se tromper.

Bernard Pivot (03/11/2009)
Oui, Dorsoduro signifie dos dur en Italien. Et Rocco signifie bite dure, en Italien aussi. Il fallait le dire.

Ben (03/11/2009)
on en revient toujours au senti de piston de toute façons, c'est ce que je me tue à dire ^^

Rsvbroooarrr (05/11/2009)
Ben moua ze suis pas trop d'accord. On va me jeter des bananes mais j'ai vraiment aimé la dorso, je l'ai même préféré à la superduke. Alors je sais pas, peut être que mon modèle d'essai été dopé au nitrous, mais elle à le compromis agilité stabilité, les watts qui vont bien et la grosse patate aux mi-régime, une allonge exploitable (j'entend exploitable, pas comme la superduke ou à 7500, tu as envie de changer de rapport)... Tu rajoute un joli petit look, un moteur hyper fiable et tu as un super petit outil. Je suis pas un trainesex mais cette moto m'a très agréablement surpris !! aslup

Dave (27/04/2010)
Merci pour l'avis et les infos très interressantes, je suis en quete de ma future monture, j'ai essayé le 690SM et l'hypermotard 796 - venant d'une sportive la KTM m'a bien amusée mais ca tire vraiment trop court pour moi (manque un peu de polyvalence), pour la 796 je suis descendu avec la banane, j'ai RDV demain pour un essai de la Dorsoduro...

Olive (28/04/2010)
Ok, tu nous fais un feed back en chanson ? huhu !

Dave (28/04/2010)
Je vais rejoindre l'avis de "Rsvbroooarrr", franchement ca m'a vraiment plu, Je l'ai trouvée plus velu que la Ducat, disons moins consensuelle (j'aime bien ce mot composé :-) ) mais les différents modes de cartographie apporte la polyvalence que je recherche (le mode Touring en tout cas car le mode Rain tu as l'impression d'etre sur un ER6). Le mode sport envoi vraiment bien - coupleux à souhait - et ca sent le jouet à plein nez...je suis pas expert en supermot mais je pense que c'est ce que je recherche comme changement !! y a plus qu'a ... Vanina ah ah Vanina ah ah...


 
Noter l'article (40 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ